Un début d’année pour le moins mitigé

lundi, 07.01.2019

Les investisseurs ont vendu des actions après avoir pris connaissance de nouvelles négatives au retour des Fêtes.

René Morgenthaler*

Les marchés actions ont subi un coup de froid en toute fin d’année. Le «shutdown» partiel du gouvernement fédéral américain s’est ajouté à la guerre commerciale. La rancœur politique à Washington a exacerbé l’incertitude déjà bien présente dans les marchés financiers. 

Cette vague de vente a commencé mercredi, le jour où l’indice ISM manufacturier chinois était annoncé pour le mois de décembre, l’économie chinoise se trouvant dans une situation de contraction pour la première fois en 19 mois. Les préoccupations des investisseurs se sont aggravées car le géant technologique américain Apple a réduit ses perspectives de bénéfices pour le quatrième trimestre 2018. De plus, l’indice ISM manufacturier américain s’est inscrit à 54.1 en décembre contre 59.3 en novembre. Un ralentissement de la croissance aux Etats-Unis et à l’échelle mondiale en est ainsi la cause, alors que les Etats-Unis avaient jusqu’à maintenant été épargnés par le ralentissement mondial. Par conséquent, les craintes sur le cycle de croissance ont favorisé un changement des investisseurs financiers quant à leurs attentes en termes de politique monétaire américaine pour 2019.

Alors que plusieurs hausses de taux directeurs américains étaient encore envisagées jusqu’à fin novembre pour cette année, ils ne tablent actuellement sur aucune hausse. 

Donald Trump sous pression

La préoccupation des investisseurs devrait obliger le président américain à trouver rapidement une solution avec les Démocrates et les Chinois. La première étape sera de mettre un terme au «shutdown». Concernant la guerre commerciale, des signaux encourageants sont venus à la fin de la semaine passée avec l’annonce de la réception d’une délégation américaine en Chine en début de semaine. Il est essentiel pour les deux pays de trouver un terrain d’entente pour éviter une hausse des barrières tarifaires qui pèserait encore davantage sur la croissance mondiale. 

Tant que ces incertitudes persisteront, les investisseurs devront s’attendre à une continuation de la volatilité sur les marchés financiers.

Recommandations

Apple (ISIN: US0378331005, USD 148.26)

La marque à la pomme a lancé un sévère avertissement sur résultats, ses ventes étant revues à la baisse de plus de 7% pour le dernier trimestre 2018. La société déplore une baisse de la demande d’iPhones, particulièrement en Chine.

A l’inverse, les segments non liés à l’iPhone (services, accessoires) affichent une croissance combinée de 19% sur un an.

Ces résultats démontrent que les entreprises américaines ne sont pas immunisées par la guerre commerciale avec la Chine.

De plus, les consommateurs chinois, de nature assez nationaliste parfois, boycottent de plus en plus les marques américaines.

Des employés chinois ont d’ailleurs vu leur salaire baisser pour avoir tweeté avec un iPhone. D’autres entreprises du pays dissuadent leur salariés d’utiliser la marque à la pomme ou subventionnent l’achat de maques nationales.

Les difficultés d’Apple semblent également liées à l’allongement du cycle de remplacement des iPhones et du prix de ventes élevé à plus de 1000 dollars.

Le titre a corrigé de presque 40% depuis octobre. Le cours actuel semble nous offrir une certaine marge de sécurité.

Apple devrait être en mesure de continuer à monétiser une base d’utilisateurs de plus en plus premium, et sera moins dépendant des ventes en volumes d’iPhones.

Garder

Bucher Industries AG (ISIN: CH0002432174, CHF: 277.40)

En moins de 12 mois le cours du titre a corrigé de 50% de la hausse des 10 dernières années (entre 2009 et début 2018). Le groupe Bucher se compose de 5 divisions bien diversifiées axées sur la construction mécanique et automobile. Sa principale division «Kuhn group» représente à elle seule 40% du chiffre d’affaires et se profile comme un des leaders mondiaux de la machine agricole (moissonneuse/batteuse et tracteurs). Les autres divisions importantes sont «Bucher Hydrolics» qui développe des pompes, valves et moteurs hydrauliques; «Bucher Municipal» fabriquant les véhicules d’entretien pour les villes (nettoyeuses urbaines/saleuses/déblayeuses) ainsi que la division «Glass» produisant entre autre les machines permettant la mise en bouteille sur les chaines de production. Le groupe se positionne clairement dans le haut de gamme et dispose d’une technologie de pointe garantissant une productivité maximale. La contraction observée ramène le titre à des valorisations historiquement basses (env. 13x les bénéfices 2019. Le groupe Bucher dispose d’un bilan très solide (2x moins de dettes sur actifs que la moyenne du secteur) et son endettement est entièrement couvert par les liquidités dont il dispose. Le titre fait partie de notre liste de recommandations d’achat. 

Objectif: CHF 318.–

*Gérant discrétionnaire de la Banque Bonhôte & Cie SA





 
 
 

AGEFI

Rafraîchir cache: Ctrl+F5 ou Wiki



...