Les Bourses toujours prises dans une spirale baissière

mercredi, 18.03.2020

Les investisseurs continuent de redouter les conséquences de la pandémie de coronavirus. En fin de matinée, l'indice SMI des vingt valeurs vedettes de la Bourse suisse dégringolait de 3,91%.

Après un bon départ, Tokyo a dérapé et lâché 1,68%. (Keystone)

Rien n'y fait... Les milliards promis par les grandes puissances pour soulager l'économie mondiale face au Covid-19 semblaient ne pas pouvoir enrayer la spirale baissière des places d'Europe et d'Asie mercredi. Perdant le goût du risque, les investisseurs continuent de redouter les conséquences de la pandémie de coronavirus.

Après un bon départ, Tokyo a dérapé et lâché 1,68%. En Europe, les principales places boursières ont toutes balayé leur rebond de la veille, ouvrant en baisse, de plus de 2% à Paris, 3% à Londres et 4% à Francfort. Vers 11h40, l'indice SMI des vingt valeurs vedettes de la Bourse suisse dégringolait de 3,91%.

>>> Lire notre dossier Coronavirus 

Quant aux indices des contrats à terme américains, ils laissent présager aussi un nouveau décrochage à Wall Street. L'écroulement de certaines valeurs reflète la détresse de l'industrie mondiale: à commencer par le secteur aéronautique - Airbus plongeait de 14% à Paris - ou par la filière automobile contrainte de fermer des usines.

A Francfort, BMW perdait plus de 8%, Daimler plus de 6%. Certaines biotechs positionnées dans la recherche d'un vaccin contre le Covid-19 voient cependant leurs actions s'envoler, à l'instar de l'allemande BioNtech cotée sur le Nasdaq. Les marchés évoluent en tôle ondulée ces derniers jours, signe que la nervosité est bien installée.

"Ni lisibilité, ni maîtrise"

"La mer est déchaînée, c'est normal que ça parte dans tous les sens", observe Thierry Leclercq, gérant actions chez Mandarine Gestion, interrogé par l'AFP. Un grand nombre de banques centrales ont abaissé récemment leurs taux directeurs, plusieurs grands pays ont annoncé de larges soutiens budgétaires, mais tant que le virus persiste, les experts doutent de l'efficacité de telles mesures.

La note de tous ces efforts va être très salée: les Etats-Unis affinent un plan de soutien dont le montant avoisinerait les 1000 milliards de dollars, selon les médias américains. De son côté, la Banque centrale américaine, la Réserve fédérale, a également créé un nouveau mécanisme devant permettre aux ménages et aux entreprises américains d'avoir plus facilement accès au crédit.

La Banque centrale européenne (BCE) a pour sa part fourni plus de 100 milliards d'euros de liquidités aux banques. Un coup de pouce qui s'ajoute aux dizaines de milliards débloqués par plusieurs pays du Vieux Continent devenu l'épicentre de la pandémie.

"Pour le moment les gouvernements ajoutent des décisions nouvelles à d'autres à peine prises, les banques centrales semblent claquemurées dans leur autonomie et la coopération internationale est réduite aux acquêts", écrit dans une note la LBPAM. "Le tout n'envoie un message ni de lisibilité, ni de maîtrise un tant soit peu prospective de la situation. Redonner confiance est alors une tâche compliquée", poursuit la Banque Postale Asset Management.

Craintes pour les Etats-Unis

Pour Vincent Boy d'IG France, "toutes les liquidités du monde ne serviront à rien si l'activité ne peut pas reprendre au plus vite". Alors que l'Union européenne ferme toutes ses frontières avec l'extérieur jusqu'au 17 avril, la présidente de la Commission européenne a admis que les responsables politiques avaient tous "sous-estimé" au départ l'ampleur du danger représenté par l'épidémie.

Après l'Italie, l'Espagne et la France, c'était au tour de la Belgique mercredi de passer au confinement général. Les intervenants de marché s'attendent à une mise en place inévitable du confinement de la population américaine, ce qui accentuerait l'impact de l'épidémie sur l'économie.

"La question n'est pas de savoir s'il y aura une récession induite par le coronavirus mais à quel point elle sera grave", affirme Ipek Ozkardeskaya, analyste chez Swissquote Bank. "Maintenant, il n'est pas certain que les mesures drastiques aident les statistiques économiques, si l'activité américaine devait cesser pour éviter une propagation comme c'est le cas en Europe", estime l'expert.

Cela fait déjà trois semaines que les marchés de capitaux sont partis en vrille et qu'ils prennent connaissance de statistiques économiques de plus en plus moribondes. Les régulateurs boursiers sont donc venus à la rescousse: l'Italie a décidé d'interdire les ventes à découvert pour une durée de trois mois, l'Espagne, la France et la Belgique pour un mois. (awp)





 
 
 

La Suisse pourrait compter près de 10.000 cas de coronavirus

Vendredi, 13 mars 2020

Selon l'analyste Pierre Dessemontet, le nombre de personnes affectées en Suisse par le coronavirus est beaucoup plus élevé que les chiffres officiels et approcherait les 10.000 cas.

Selon l'analyste Pierre Dessemontet, le nombre de personnes affectées en Suisse par le coronavirus se monterait plutôt à 10.000. Lui et d'autres experts appellent la...

Baisse du QI, appauvrissement du langage et ruine de la pensée

Dimanche, 17 novembre 2019 // Christophe Clavé *

L’effet de Flynn du nom de son concepteur, a prévalu jusque dans les année 1960. Son principe est que le Quotient Intellectuel (QI) moyen ne cesse d’augmenter dans la population. Or depuis les années 1980, les chercheurs en sciences cognitives semblent partager le constat d’une inversion de l’effet Flynn, et d’une baisse du QI moyen. La...

Les quatre profils de leaders incompétents les plus fréquents

Dimanche, 13 octobre 2019 // Christophe Clavé *

Dans un article de la Harvard Business Review, Scott Gregory propose 4 profils caractéristiques de leaders incompétents. L’impact d’un mauvais leader est énorme Dans le pire des cas, le leader est suffisamment mauvais pour démotiver tout le monde. Les équipes sont désengagées. Les salariés travaillent pour eux-mêmes et non pour l’entreprise....

Elections fédérales: «L’UDC devrait rester le premier parti du pays»

Dimanche, 13 octobre 2019 // Maude Bonvin

Pour le politologue Georg Lutz, la bataille se jouera entre les formations écologistes et le PDC, le 20 octobre.

«L’UDC va perdre des plumes, même s’il reste très difficile de chiffrer ses pertes», déclare le politologue, Georg Lutz. Ce parti devrait, malgré tout, rester numéro un dans un pays où les changements politiques sont modestes....

L’envolée folle de Neuvoo, le Google de l'emploi

Jeudi, 19 septembre 2019 // Stéphanie Giroud

L’entreprise Neuvoo, basée à Lausanne et Montréal, vient de lever 40 millions de francs auprès de la Caisse de dépôt et placement du Québec.

Si Neuvoo ne vous dit rien, c’est probablement que vous n’êtes pas à la recherche d’un travail. Lancée en 2011, la jeune entreprise, qui se profile comme le Google de l’emploi à ...

Vaudoise se prépare à franchir un nouveau seuil

Mercredi, 18 septembre 2019 // Philippe Rey

Ses objectifs pour 2020-22 englobent une croissance sélective, notamment en Suisse alémanique. Modernisation de l’IT en non vie pour le groupe Vaudoise présent mercredi à Investora Zurich.

Une croissance des assurances de patrimoine dans la branche non vie au-dessus de celle du marché suisse, avec un ratio combiné (taux de frais + taux de sinistres)...

Les Suisses ne préparent pas suffisamment leur retraite

Jeudi, 12 septembre 2019 // Matteo Ianni

Selon le baromètre de la prévoyance publié par Raiffeisen, les Suisses attendent trop longtemps avant de penser à leur prévoyance vieillesse. La confiance vis-à-vis du système suisse des trois piliers a continué de s’effriter.

Pour sa seconde édition, le baromètre suisse sur la prévoyance publié par Raiffeisen a donné des résultats plutôt...

Apple mise toujours sur l'iPhone

Dimanche, 8 septembre 2019

Cette année, experts et observateurs parient sur trois nouveaux modèles d'iPhone qui sera encore la vedette de la présentation Apple de mardi.

L'iPhone sera la star de la présentation Apple de mardi mais le géant californien des technologies en profitera aussi sans doute pour faire valoir son offre de services et de contenus, en pleine...

Un conseiller clients important quitte Pictet

Vendredi, 6 septembre 2019

La banque privée genevoise va devoir gérer le départ de l'un des principaux responsables pour la gestion de fortune en Europe.

Chez Pictet, l'un des principaux responsables pour la gestion de fortune en Europe serait sur le départ. Patrick Prinz aurait démissionné après plus de 17 ans passés au sein du groupe bancaire genevois, rapporte vendredi le...

Géraldine Juge: «Une entreprise c’est comme un enfant auquel on pense toute la journée»

Jeudi, 5 septembre 2019 // Marine Humbert

A la tête de Separate Ways, Géraldine Juge est la neuvième invitée de notre chronique. Les entrepreneurs s'y racontent sans filet: recette du succès, routines du dimanche, ambitions et inquiétudes. Plongée dans les coulisses de l'entrepreneuriat.

A la tête de Separate Ways depuis 2016, Géraldine Juge propose un service d’accompagnement dans...

Abionic dispose désormais d’une référence précieuse avec Genentech

Jeudi, 5 septembre 2019 // Christian Affolter

Le test rapide qualité laboratoire permettant de diagnostiquer l’asthme allergique sera développé en collaboration avec la biotech américaine membre de Roche.

La plateforme d’Abionic pour des solutions de diagnostic rapides d’une précision proche de celle obtenue en laboratoire après plusieurs heures a un nouveau partenaire de référence. Pour...

UBS bifferait plusieurs centaines de postes dans la banque d'affaires

Jeudi, 5 septembre 2019

La première banque de Suisse UBS va se restructurer. Plusieurs centaines de postes pourraient être supprimés.

Une restructuration serait dans l'air pour les activités de banque d'affaires d'UBS. Le numéro un bancaire helvétique plancherait sur un programme qui pourrait déboucher sur la suppression de plusieurs centaines d'emplois, a rapporté mercredi...

Brexit: Johnson abandonne l'obstruction au texte anti-"no deal"

Jeudi, 5 septembre 2019

Boris Johnson, le Premier ministre britannique, ne fera pas obstruction au texte législatif demandant un nouveau report du Brexit.

Après avoir perdu sa majorité à la Chambre des Communes et échoué à convoquer des élections anticipées mercredi, le Premier ministre britannique Boris Johnson a accepté jeudi matin de ne pas faire d'obstruction au texte...

AGEFI

Rafraîchir cache: Ctrl+F5 ou Wiki



...