L'Opep et ses alliés ont trouvé un accord

samedi, 07.12.2019

Les grands pays producteurs de pétrole vont réduire leur production. Un accord est intervenu vendredi.

L'objectif que se sont fixé les producteurs fera l'objet d'un examen d'étape lors d'une "réunion extraordinaire" début mars 2020 à Vienne. (Keystone)

Les grands pays exportateurs de pétrole et la Russie ont trouvé un accord vendredi pour réduire encore leur production d'au moins 500.000 barils par jour afin de soutenir les cours du brut, qui ont terminé la séance à leur plus haut niveau depuis fin septembre.

Cette réduction va porter l'effort total de limitation de la production à 1,7 million de barils par jour (mbj) pour l'ensemble du groupe de 24 pays, ont indiqué à Vienne les ministres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et leurs partenaires.

Cette alliance de producteurs pompe environ la moitié du brut mondial. Leurs représentants ont passé deux jours dans des réunions marathon au siège de l'Opep afin de s'entendre sur les modalités d'une baisse de production fébrilement attendue par les marchés.

Les deux premiers contributeurs à ces quotas renforcés, l'Arabie saoudite et la Russie, vont supporter près de la moitié de l'effort supplémentaire, avec des coupes respectives de 167.000 et 70.000 barils par jour.

"Réduction volontaire"

A ce nouvel objectif s'ajouteront des baisses "volontaires et supplémentaires" de plusieurs producteurs, le Royaume saoudien en tête.

"Nous allons poursuivre notre réduction volontaire de 400.000 barils par jour", a affirmé le nouveau ministre saoudien de l'Energie, Abdel Aziz ben Salmane, demi-frère du puissant prince héritier Mohammed ben Salmane.

Par rapport aux niveaux de production d'octobre 2018, le total des baisses devrait atteindre 2,1 mbj, selon les participants à la réunion.

La nouvelle a réjoui les investisseurs sur les marchés pétroliers. A Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en février s'est apprécié de 1,00 dollar, ou 1,6%, pour finir à 64,39 dollars. A New York, le baril américain de WTI pour janvier a gagné 77 cents, ou 1,3%, pour clôturer à 59,20 dollars, terminant à leurs plus hauts niveaux depuis fin septembre.

Ce coup de fouet est bienvenu pour Ryad qui s'apprête à ouvrir le capital de sa compagnie nationale Aramco et réaliser la plus grosse introduction en Bourse de l'histoire.

Les fonds levés valorisent pour l'instant l'entreprise saoudienne à 1.700 milliards de dollars mais Abdel Aziz ben Salmane a "parié" devant la presse que celle-ci serait "supérieure à 2.000 milliards de dollars".

Evaluation en mars

L'objectif que se sont fixé les producteurs fera l'objet d'un examen d'étape lors d'une "réunion extraordinaire" début mars 2020 à Vienne.

"Nous déciderons si nous continuons (à réduire la production) jusqu'à la fin de l'année", a déclaré le ministre irakien du Pétrole Thamer al-Ghadbane lors d'une conférence de presse à l'issue de la réunion.

Evoquant "quelques difficultés" lors des discussions de la veille, il a rappelé la "volonté de chacun" de respecter "l'engagement collectif". Les négociations avaient joué jeudi les prolongations, laissant deviner des tiraillements sur la répartition de l'effort à accomplir.

"Les luttes intestines habituelles continuent au sein de l'Opep, les Saoudiens appelant à un respect plus strict de la cible", a commenté David Madden, analyste de Markets.com.

"L'incertitude porte désormais sur le niveau de l'offre de l'Opep+ à partir du mois d'avril", a observé Caroline Bain, analyste de Capital Economics, estimant que les coupes "devraient être prolongées jusqu'à la fin de l'année".

Avec dix autres pays pétroliers, dont le géant russe, les 14 membres de l'Opep ont formé une alliance il y a trois ans afin de peser face au boom du gaz de schiste américain, baptisée Opep+.

L'Arabie saoudite, premier exportateur mondial, porte à elle seule l'essentiel de l'effort et produit déjà en dessous de son quota. Ryad s'agace du non-respect des objectifs de production par plusieurs pays, comme l'Irak, le Nigeria ou la Russie.

Le contexte économique mondial laisse peu de marge au cartel : la guerre commerciale avec les Etats-Unis affecte la croissance chinoise, très gourmande en pétrole, tandis que celle de l'Europe, autre zone de forte demande, reste faible.

Parallèlement, les niveaux de production des pays non membres de l'Opep battent des records, ajoutant à une offre pléthorique : les États-Unis, premier producteur mondial depuis 2018, extraient de grandes quantités de pétrole de schiste, le Brésil et le Canada ont également augmenté leur production et d'autres, comme la Norvège, projettent de le faire. (awp)





 
 
 

La Suisse pourrait compter près de 10.000 cas de coronavirus

Vendredi, 13 mars 2020

Selon l'analyste Pierre Dessemontet, le nombre de personnes affectées en Suisse par le coronavirus est beaucoup plus élevé que les chiffres officiels et approcherait les 10.000 cas.

Selon l'analyste Pierre Dessemontet, le nombre de personnes affectées en Suisse par le coronavirus se monterait plutôt à 10.000. Lui et d'autres experts appellent la...

Baisse du QI, appauvrissement du langage et ruine de la pensée

Dimanche, 17 novembre 2019 // Christophe Clavé *

L’effet de Flynn du nom de son concepteur, a prévalu jusque dans les année 1960. Son principe est que le Quotient Intellectuel (QI) moyen ne cesse d’augmenter dans la population. Or depuis les années 1980, les chercheurs en sciences cognitives semblent partager le constat d’une inversion de l’effet Flynn, et d’une baisse du QI moyen. La...

Les quatre profils de leaders incompétents les plus fréquents

Dimanche, 13 octobre 2019 // Christophe Clavé *

Dans un article de la Harvard Business Review, Scott Gregory propose 4 profils caractéristiques de leaders incompétents. L’impact d’un mauvais leader est énorme Dans le pire des cas, le leader est suffisamment mauvais pour démotiver tout le monde. Les équipes sont désengagées. Les salariés travaillent pour eux-mêmes et non pour l’entreprise....

Elections fédérales: «L’UDC devrait rester le premier parti du pays»

Dimanche, 13 octobre 2019 // Maude Bonvin

Pour le politologue Georg Lutz, la bataille se jouera entre les formations écologistes et le PDC, le 20 octobre.

«L’UDC va perdre des plumes, même s’il reste très difficile de chiffrer ses pertes», déclare le politologue, Georg Lutz. Ce parti devrait, malgré tout, rester numéro un dans un pays où les changements politiques sont modestes....

L’envolée folle de Neuvoo, le Google de l'emploi

Jeudi, 19 septembre 2019 // Stéphanie Giroud

L’entreprise Neuvoo, basée à Lausanne et Montréal, vient de lever 40 millions de francs auprès de la Caisse de dépôt et placement du Québec.

Si Neuvoo ne vous dit rien, c’est probablement que vous n’êtes pas à la recherche d’un travail. Lancée en 2011, la jeune entreprise, qui se profile comme le Google de l’emploi à ...

Vaudoise se prépare à franchir un nouveau seuil

Mercredi, 18 septembre 2019 // Philippe Rey

Ses objectifs pour 2020-22 englobent une croissance sélective, notamment en Suisse alémanique. Modernisation de l’IT en non vie pour le groupe Vaudoise présent mercredi à Investora Zurich.

Une croissance des assurances de patrimoine dans la branche non vie au-dessus de celle du marché suisse, avec un ratio combiné (taux de frais + taux de sinistres)...

Les Suisses ne préparent pas suffisamment leur retraite

Jeudi, 12 septembre 2019 // Matteo Ianni

Selon le baromètre de la prévoyance publié par Raiffeisen, les Suisses attendent trop longtemps avant de penser à leur prévoyance vieillesse. La confiance vis-à-vis du système suisse des trois piliers a continué de s’effriter.

Pour sa seconde édition, le baromètre suisse sur la prévoyance publié par Raiffeisen a donné des résultats plutôt...

Apple mise toujours sur l'iPhone

Dimanche, 8 septembre 2019

Cette année, experts et observateurs parient sur trois nouveaux modèles d'iPhone qui sera encore la vedette de la présentation Apple de mardi.

L'iPhone sera la star de la présentation Apple de mardi mais le géant californien des technologies en profitera aussi sans doute pour faire valoir son offre de services et de contenus, en pleine...

Un conseiller clients important quitte Pictet

Vendredi, 6 septembre 2019

La banque privée genevoise va devoir gérer le départ de l'un des principaux responsables pour la gestion de fortune en Europe.

Chez Pictet, l'un des principaux responsables pour la gestion de fortune en Europe serait sur le départ. Patrick Prinz aurait démissionné après plus de 17 ans passés au sein du groupe bancaire genevois, rapporte vendredi le...

Géraldine Juge: «Une entreprise c’est comme un enfant auquel on pense toute la journée»

Jeudi, 5 septembre 2019 // Marine Humbert

A la tête de Separate Ways, Géraldine Juge est la neuvième invitée de notre chronique. Les entrepreneurs s'y racontent sans filet: recette du succès, routines du dimanche, ambitions et inquiétudes. Plongée dans les coulisses de l'entrepreneuriat.

A la tête de Separate Ways depuis 2016, Géraldine Juge propose un service d’accompagnement dans...

Abionic dispose désormais d’une référence précieuse avec Genentech

Jeudi, 5 septembre 2019 // Christian Affolter

Le test rapide qualité laboratoire permettant de diagnostiquer l’asthme allergique sera développé en collaboration avec la biotech américaine membre de Roche.

La plateforme d’Abionic pour des solutions de diagnostic rapides d’une précision proche de celle obtenue en laboratoire après plusieurs heures a un nouveau partenaire de référence. Pour...

UBS bifferait plusieurs centaines de postes dans la banque d'affaires

Jeudi, 5 septembre 2019

La première banque de Suisse UBS va se restructurer. Plusieurs centaines de postes pourraient être supprimés.

Une restructuration serait dans l'air pour les activités de banque d'affaires d'UBS. Le numéro un bancaire helvétique plancherait sur un programme qui pourrait déboucher sur la suppression de plusieurs centaines d'emplois, a rapporté mercredi...

Brexit: Johnson abandonne l'obstruction au texte anti-"no deal"

Jeudi, 5 septembre 2019

Boris Johnson, le Premier ministre britannique, ne fera pas obstruction au texte législatif demandant un nouveau report du Brexit.

Après avoir perdu sa majorité à la Chambre des Communes et échoué à convoquer des élections anticipées mercredi, le Premier ministre britannique Boris Johnson a accepté jeudi matin de ne pas faire d'obstruction au texte...

AGEFI

Rafraîchir cache: Ctrl+F5 ou Wiki



...