Private equity: les barrières à l’entrée se lèvent

dimanche, 27.09.2020

Les fonds semi-liquides offrent une solution avec un ticket d’entrée moins onéreux – parfois dès 50.000 francs – et un horizon de placement de trois à cinq ans seulement.

Benjamin Alt*

Au cours des dernières décennies, les investisseurs professionnels ont investi des sommes considérables dans des participations privées au capital d’entreprises non cotées. 

Plusieurs raisons ont motivé cette pratique, notamment la diversification par rapport aux classes d’actifs traditionnelles, des trajectoires de bénéfices moins volatiles que dans le «coté», ainsi que des rendements historiques élevés. En 2017, les capitaux levés dans le private equity ont atteint un niveau record à près de 450 milliards de francs, hors fonds en renminbi (voir graphique).

Au regard de son succès, le capital-investissement séduit également les investisseurs privés. Or cette classe d’actifs était jusqu’à présent quasiment inaccessible à ce type d’investisseurs. Ils pouvaient certes acheter des parts de fonds de private equity et les actions de fournisseurs, mais, de par la cotation, ces instruments s’apparentent plutôt à des placements classiques sur les marchés financiers. 

Les actions de sociétés de private equity sont plus fortement corrélées à l’évolution des marchés financiers que les placements en private equity et les fonds spécialisés typiques, qui s’échangent généralement avec une décote par rapport à la valeur liquidative. 

La voie royale: les fonds «semi-liquides»

Les structures de private equity traditionnelles restaient généralement hors de portée des investisseurs privés compte tenu de barrières à l’entrée très élevées, l’horizon de placement étant souvent fixé à 15 ans et le montant d’investissement minimal à plusieurs millions de francs.

Les fonds semi-liquides offrent une solution intermédiaire, avec un ticket d’entrée nettement moins onéreux – parfois dès 50.000 francs – et un horizon de placement de trois à cinq ans, accessible aux investisseurs qualifiés.

En règle générale, les investisseurs ont la possibilité de sortir des fonds semi-liquides tous les trois mois, dans les limites d’un certain pourcentage de la valeur liquidative. 

Par ailleurs, les fournisseurs se réservent la plupart du temps un certain délai au cours duquel ils peuvent différer le paiement, et ce afin de protéger les investisseurs. En effet, il s’agit d’éviter ainsi toute vente forcée dans des circonstances inopportunes.

Compte tenu de l’évolution positive des marchés financiers ces dernières années nombre d’investisseurs privés se demandent si la période actuelle est propice au private equity. Ils doivent également être nombreux à se poser les questions suivantes: les niveaux de valorisation actuels sont-ils encore raisonnables? Les perspectives de rendement ne devraient-elles pas être revues à la baisse? 

Le point culminant du cycle économique a-t-il été atteint? Quand la prochaine récession aura-t-elle lieu?

Les rachats de petite taille restent attractifs

Le Fund Raising Indicator (FRI), l’un des indicateurs avancés conçus par Schroder Adveq, fournit des éléments de réponse à ces questions. 

Dans l’ensemble, l’indicateur de levée de fonds suggèreuniquement un faible risque de surchauffe des fonds de private equity à l’échelle du globe.

Historiquement, les années présentant de hauts niveaux de levées de fonds affichent une performance plus faible que les millésimes aux volumes de capitaux levés plus réduits. Depuis 2017, la situation s’est globalement détendue.

Certains segments, tels que les opérations de rachat (buyout) d’envergure, se situent toutefois nettement au-delà de la tendance historique à long terme. 

Les valorisations d’entrée des rachats de petite et grande envergure en Europe et aux États-Unis l’illustrent également, bien que l’écart de valorisation sur le Vieux Continent, avec un facteur d’environ 3,3, contre 2,9 outre-Atlantique, se soit encore creusé en 2017. 

L’écart de tendance reste malgré tout moins marqué qu’entre 2006 et 2008. 

Les opérations de rachat dans la partie inférieure du marché devraient ainsi continuer à offrir des opportunités.

Les structures semi-liquides changent la donne: les investisseurs qualifiés peuvent désormais accéder aux placements en private equity, jusqu’à présent l’apanage des investisseurs institutionnels, des family offices et des particuliers très fortunés. 

Les placements semi-liquides présentent également des avantages pour ces derniers, à commencer par une plus grande flexibilité au sein du portefeuille. 

Cette classe d’actifs devrait dès lors gagner en maturité ainsi qu’en transparence, et aussi bénéficier d’une plus grande acceptation.

*Head of Investments DACH, Nordics & CEE, Schroder Adveq





 
 
 

La Suisse pourrait compter près de 10.000 cas de coronavirus

Vendredi, 13 mars 2020

Selon l'analyste Pierre Dessemontet, le nombre de personnes affectées en Suisse par le coronavirus est beaucoup plus élevé que les chiffres officiels et approcherait les 10.000 cas.

Selon l'analyste Pierre Dessemontet, le nombre de personnes affectées en Suisse par le coronavirus se monterait plutôt à 10.000. Lui et d'autres experts appellent la...

Baisse du QI, appauvrissement du langage et ruine de la pensée

Dimanche, 17 novembre 2019 // Christophe Clavé *

L’effet de Flynn du nom de son concepteur, a prévalu jusque dans les année 1960. Son principe est que le Quotient Intellectuel (QI) moyen ne cesse d’augmenter dans la population. Or depuis les années 1980, les chercheurs en sciences cognitives semblent partager le constat d’une inversion de l’effet Flynn, et d’une baisse du QI moyen. La...

Les quatre profils de leaders incompétents les plus fréquents

Dimanche, 13 octobre 2019 // Christophe Clavé *

Dans un article de la Harvard Business Review, Scott Gregory propose 4 profils caractéristiques de leaders incompétents. L’impact d’un mauvais leader est énorme Dans le pire des cas, le leader est suffisamment mauvais pour démotiver tout le monde. Les équipes sont désengagées. Les salariés travaillent pour eux-mêmes et non pour l’entreprise....

Elections fédérales: «L’UDC devrait rester le premier parti du pays»

Dimanche, 13 octobre 2019 // Maude Bonvin

Pour le politologue Georg Lutz, la bataille se jouera entre les formations écologistes et le PDC, le 20 octobre.

«L’UDC va perdre des plumes, même s’il reste très difficile de chiffrer ses pertes», déclare le politologue, Georg Lutz. Ce parti devrait, malgré tout, rester numéro un dans un pays où les changements politiques sont modestes....

L’envolée folle de Neuvoo, le Google de l'emploi

Jeudi, 19 septembre 2019 // Stéphanie Giroud

L’entreprise Neuvoo, basée à Lausanne et Montréal, vient de lever 40 millions de francs auprès de la Caisse de dépôt et placement du Québec.

Si Neuvoo ne vous dit rien, c’est probablement que vous n’êtes pas à la recherche d’un travail. Lancée en 2011, la jeune entreprise, qui se profile comme le Google de l’emploi à ...

Vaudoise se prépare à franchir un nouveau seuil

Mercredi, 18 septembre 2019 // Philippe Rey

Ses objectifs pour 2020-22 englobent une croissance sélective, notamment en Suisse alémanique. Modernisation de l’IT en non vie pour le groupe Vaudoise présent mercredi à Investora Zurich.

Une croissance des assurances de patrimoine dans la branche non vie au-dessus de celle du marché suisse, avec un ratio combiné (taux de frais + taux de sinistres)...

Les Suisses ne préparent pas suffisamment leur retraite

Jeudi, 12 septembre 2019 // Matteo Ianni

Selon le baromètre de la prévoyance publié par Raiffeisen, les Suisses attendent trop longtemps avant de penser à leur prévoyance vieillesse. La confiance vis-à-vis du système suisse des trois piliers a continué de s’effriter.

Pour sa seconde édition, le baromètre suisse sur la prévoyance publié par Raiffeisen a donné des résultats plutôt...

Apple mise toujours sur l'iPhone

Dimanche, 8 septembre 2019

Cette année, experts et observateurs parient sur trois nouveaux modèles d'iPhone qui sera encore la vedette de la présentation Apple de mardi.

L'iPhone sera la star de la présentation Apple de mardi mais le géant californien des technologies en profitera aussi sans doute pour faire valoir son offre de services et de contenus, en pleine...

Un conseiller clients important quitte Pictet

Vendredi, 6 septembre 2019

La banque privée genevoise va devoir gérer le départ de l'un des principaux responsables pour la gestion de fortune en Europe.

Chez Pictet, l'un des principaux responsables pour la gestion de fortune en Europe serait sur le départ. Patrick Prinz aurait démissionné après plus de 17 ans passés au sein du groupe bancaire genevois, rapporte vendredi le...

Géraldine Juge: «Une entreprise c’est comme un enfant auquel on pense toute la journée»

Jeudi, 5 septembre 2019 // Marine Humbert

A la tête de Separate Ways, Géraldine Juge est la neuvième invitée de notre chronique. Les entrepreneurs s'y racontent sans filet: recette du succès, routines du dimanche, ambitions et inquiétudes. Plongée dans les coulisses de l'entrepreneuriat.

A la tête de Separate Ways depuis 2016, Géraldine Juge propose un service d’accompagnement dans...

Abionic dispose désormais d’une référence précieuse avec Genentech

Jeudi, 5 septembre 2019 // Christian Affolter

Le test rapide qualité laboratoire permettant de diagnostiquer l’asthme allergique sera développé en collaboration avec la biotech américaine membre de Roche.

La plateforme d’Abionic pour des solutions de diagnostic rapides d’une précision proche de celle obtenue en laboratoire après plusieurs heures a un nouveau partenaire de référence. Pour...

UBS bifferait plusieurs centaines de postes dans la banque d'affaires

Jeudi, 5 septembre 2019

La première banque de Suisse UBS va se restructurer. Plusieurs centaines de postes pourraient être supprimés.

Une restructuration serait dans l'air pour les activités de banque d'affaires d'UBS. Le numéro un bancaire helvétique plancherait sur un programme qui pourrait déboucher sur la suppression de plusieurs centaines d'emplois, a rapporté mercredi...

Brexit: Johnson abandonne l'obstruction au texte anti-"no deal"

Jeudi, 5 septembre 2019

Boris Johnson, le Premier ministre britannique, ne fera pas obstruction au texte législatif demandant un nouveau report du Brexit.

Après avoir perdu sa majorité à la Chambre des Communes et échoué à convoquer des élections anticipées mercredi, le Premier ministre britannique Boris Johnson a accepté jeudi matin de ne pas faire d'obstruction au texte...

AGEFI

Rafraîchir cache: Ctrl+F5 ou Wiki




...