La liquidité des ETF obligataires

lundi, 29.04.2019

Les Exchange Traded Funds obligataires gagnent en popularité. Intéressons-nous aux raisons de cette engouement à toute épreuve.

Jacques-Etienne Doerr*

Jacques-Etienne Doerr, directeur général, Vanguard Investments Switzerland.

En trois ans, le nombre d’ETF indiciels obligataires cotés en Suisse est passé de 24 à 36 et l’encours a doublé pour s’établir à 18,5 milliards de francs (Morningstar).

Les raisons de cette croissance sont évidentes. Les ETF sont des outils à faible coût et flexibles. En une transaction, les investisseurs peuvent accéder à un portefeuille diversifié. Mais certains investisseurs se méfient encore des ETF obligataires, craignant que leur liquidité s’effondre en cas de poussée de volatilité, ce qui pourrait rendre les transactions risquées. Ces craintes sont infondées.

Les deux couches de liquidité qu’offrent les ETF obligataires les rendent insensibles aux mouvements de leurs sous-jacents, moins liquides. Les parts d’ETF sont créées et rachetées sur le marché primaire, alors qu’elles s’échangent sur le marché secondaire. En Europe, environ 60 % des volumes d’échange ont lieu sur le marché secondaire. Les ETF obligataires permettent donc d’accéder à un large éventail d’obligations avec une fourchette de prix nettement plus étroite que pour un investissement dans les obligations sous-jacentes.

Pour autant, cela ne permet pas de dissiper les craintes, notamment sur la liquidité des ETF obligataires. Qu’adviendrait-il en cas de marché illiquide? Qu’adviendrait-il des actifs des investisseurs si la liquidité venait à tarir? Ce sont des inquiétudes légitimes.

Comprendre les marchés obligataires

L’une des principales différences entre les ETF actions et les ETF obligataires concerne les marchés sur lesquels ils s’échangent.

Les actions s’échangent sur un marché relativement centralisé et liquide. Il est donc facile d’échanger plusieurs actions en une seule transaction.

Ce n’est pas le cas des obligations, notamment des obligations d’entreprise, lesquelles s’échangent par le biais d’un réseau fragmenté de courtiers qui offrent des bassins de liquidité distincts plus ou moins liquides que les investisseurs doivent évaluer.

Le marché obligataire est donc moins transparent que le marché des actions et il est difficile de connaître le vrai prix d’une obligation. Son fonctionnement est aussi plus complexe: il est plus difficile d’échanger tous les titres d’un portefeuille en une seule fois.

Ces nuances alimentent des malentendus. Tordons le cou à deux mythes sur les ETF obligataires.

Mythe 1: Les investisseurs d’ETF obligataires sont confrontés à un manque de liquidité durant les corrections

En réalité, les volumes d’échange des ETF obligataires s’envolent en période de volatilité du marché. En examinant les données sur les volumes d’échange en Bourse, nous observons que le volume de nombre d’ETF obligataires augmente lorsque le marché est volatil.

Les investisseurs qui souhaitent acheter ou vendre un ETF obligataire durant une période de turbulence profitent d’un marché secondaire plus liquide qu’à l’accoutumée. Un investisseur qui souhaiterait accéder à un portefeuille d’obligations devrait donc trouver une contrepartie pour chaque obligation, ce qui serait quasi impossible et hors de prix dans un marché volatil.

Les ETF permettent de centraliser la liquidité sur une plateforme qui permet la rencontre d’intérêts acheteurs et vendeurs. Comme mentionné plus haut, en Europe, plus de 60 % des volumes d’échanges d’ETF obligataires ont lieu sur le marché secondaire. Ce chiffre montre à 83 % aux États-Unis. Cela signifie essentiellement que lorsqu’un ETF change de main, ce n’est pas le cas des obligations sous-jacentes.

Mythe 2: La fourchette de prix des ETF obligataires s’élargit durant les corrections boursières

En réalité, la fourchette de prix des ETF se maintient durant les corrections boursières et reste tout de même plus réduite que lors d’échanges direct d’obligations individuelles. Les investisseurs d’ETF peuvent ainsi échanger des portefeuilles d’obligations sur le marché des actions sans payer les coûts liés à la négociation des obligations sous-jacentes. Cela permet aux investisseurs obligataires de réaliser des économies importantes.

Comme le montre le graphique ci-dessous (données US), même durant les jours les plus volatils, la fourchette de prix pondérée en fonction des volumes d’échange des ETF obligations d’entreprise n’est que de quelques points de base. C’est bien inférieur aux coûts de transaction liés à l’achat ou à la vente d’un portefeuille d’obligations.

La prise de conscience sur le fonctionnement des ETF et sur les dynamiques du marché obligataire alimente l’engouement pour les ETF obligataires. Les investisseurs sont de plus en plus nombreux à utiliser ces outils bon marché et polyvalents pour construire leurs portefeuilles.

* Directeur général, Vanguard Investments Switzerland





 
 
 

La Suisse pourrait compter près de 10.000 cas de coronavirus

Vendredi, 13 mars 2020

Selon l'analyste Pierre Dessemontet, le nombre de personnes affectées en Suisse par le coronavirus est beaucoup plus élevé que les chiffres officiels et approcherait les 10.000 cas.

Selon l'analyste Pierre Dessemontet, le nombre de personnes affectées en Suisse par le coronavirus se monterait plutôt à 10.000. Lui et d'autres experts appellent la...

Baisse du QI, appauvrissement du langage et ruine de la pensée

Dimanche, 17 novembre 2019 // Christophe Clavé *

L’effet de Flynn du nom de son concepteur, a prévalu jusque dans les année 1960. Son principe est que le Quotient Intellectuel (QI) moyen ne cesse d’augmenter dans la population. Or depuis les années 1980, les chercheurs en sciences cognitives semblent partager le constat d’une inversion de l’effet Flynn, et d’une baisse du QI moyen. La...

Les quatre profils de leaders incompétents les plus fréquents

Dimanche, 13 octobre 2019 // Christophe Clavé *

Dans un article de la Harvard Business Review, Scott Gregory propose 4 profils caractéristiques de leaders incompétents. L’impact d’un mauvais leader est énorme Dans le pire des cas, le leader est suffisamment mauvais pour démotiver tout le monde. Les équipes sont désengagées. Les salariés travaillent pour eux-mêmes et non pour l’entreprise....

Elections fédérales: «L’UDC devrait rester le premier parti du pays»

Dimanche, 13 octobre 2019 // Maude Bonvin

Pour le politologue Georg Lutz, la bataille se jouera entre les formations écologistes et le PDC, le 20 octobre.

«L’UDC va perdre des plumes, même s’il reste très difficile de chiffrer ses pertes», déclare le politologue, Georg Lutz. Ce parti devrait, malgré tout, rester numéro un dans un pays où les changements politiques sont modestes....

L’envolée folle de Neuvoo, le Google de l'emploi

Jeudi, 19 septembre 2019 // Stéphanie Giroud

L’entreprise Neuvoo, basée à Lausanne et Montréal, vient de lever 40 millions de francs auprès de la Caisse de dépôt et placement du Québec.

Si Neuvoo ne vous dit rien, c’est probablement que vous n’êtes pas à la recherche d’un travail. Lancée en 2011, la jeune entreprise, qui se profile comme le Google de l’emploi à ...

Vaudoise se prépare à franchir un nouveau seuil

Mercredi, 18 septembre 2019 // Philippe Rey

Ses objectifs pour 2020-22 englobent une croissance sélective, notamment en Suisse alémanique. Modernisation de l’IT en non vie pour le groupe Vaudoise présent mercredi à Investora Zurich.

Une croissance des assurances de patrimoine dans la branche non vie au-dessus de celle du marché suisse, avec un ratio combiné (taux de frais + taux de sinistres)...

Les Suisses ne préparent pas suffisamment leur retraite

Jeudi, 12 septembre 2019 // Matteo Ianni

Selon le baromètre de la prévoyance publié par Raiffeisen, les Suisses attendent trop longtemps avant de penser à leur prévoyance vieillesse. La confiance vis-à-vis du système suisse des trois piliers a continué de s’effriter.

Pour sa seconde édition, le baromètre suisse sur la prévoyance publié par Raiffeisen a donné des résultats plutôt...

Apple mise toujours sur l'iPhone

Dimanche, 8 septembre 2019

Cette année, experts et observateurs parient sur trois nouveaux modèles d'iPhone qui sera encore la vedette de la présentation Apple de mardi.

L'iPhone sera la star de la présentation Apple de mardi mais le géant californien des technologies en profitera aussi sans doute pour faire valoir son offre de services et de contenus, en pleine...

Un conseiller clients important quitte Pictet

Vendredi, 6 septembre 2019

La banque privée genevoise va devoir gérer le départ de l'un des principaux responsables pour la gestion de fortune en Europe.

Chez Pictet, l'un des principaux responsables pour la gestion de fortune en Europe serait sur le départ. Patrick Prinz aurait démissionné après plus de 17 ans passés au sein du groupe bancaire genevois, rapporte vendredi le...

Géraldine Juge: «Une entreprise c’est comme un enfant auquel on pense toute la journée»

Jeudi, 5 septembre 2019 // Marine Humbert

A la tête de Separate Ways, Géraldine Juge est la neuvième invitée de notre chronique. Les entrepreneurs s'y racontent sans filet: recette du succès, routines du dimanche, ambitions et inquiétudes. Plongée dans les coulisses de l'entrepreneuriat.

A la tête de Separate Ways depuis 2016, Géraldine Juge propose un service d’accompagnement dans...

Abionic dispose désormais d’une référence précieuse avec Genentech

Jeudi, 5 septembre 2019 // Christian Affolter

Le test rapide qualité laboratoire permettant de diagnostiquer l’asthme allergique sera développé en collaboration avec la biotech américaine membre de Roche.

La plateforme d’Abionic pour des solutions de diagnostic rapides d’une précision proche de celle obtenue en laboratoire après plusieurs heures a un nouveau partenaire de référence. Pour...

UBS bifferait plusieurs centaines de postes dans la banque d'affaires

Jeudi, 5 septembre 2019

La première banque de Suisse UBS va se restructurer. Plusieurs centaines de postes pourraient être supprimés.

Une restructuration serait dans l'air pour les activités de banque d'affaires d'UBS. Le numéro un bancaire helvétique plancherait sur un programme qui pourrait déboucher sur la suppression de plusieurs centaines d'emplois, a rapporté mercredi...

Brexit: Johnson abandonne l'obstruction au texte anti-"no deal"

Jeudi, 5 septembre 2019

Boris Johnson, le Premier ministre britannique, ne fera pas obstruction au texte législatif demandant un nouveau report du Brexit.

Après avoir perdu sa majorité à la Chambre des Communes et échoué à convoquer des élections anticipées mercredi, le Premier ministre britannique Boris Johnson a accepté jeudi matin de ne pas faire d'obstruction au texte...

AGEFI

Rafraîchir cache: Ctrl+F5 ou Wiki



...