La technologie blockchain pourrait-elle éviter une autre fraude à la Madoff?

lundi, 08.07.2019

Les contrats intelligents pourraient fortement contribuer à éliminer les faux qui représentent une plaie dans le financement du commerce international.

Dave Elzas*

Tenter de colmater les brèches ne suffit plus. Les autorités de réglementation et de surveillance et les acteurs du secteur financier doivent changer leur stratégie s’ils veulent être en mesure d’enrayer une criminalité en col blanc qui maîtrise parfaitement les nouveaux canaux tels que la blockchain.
Début 2009, Bernard Madoff reconnaissait sa culpabilité pour avoir construit la plus grande pyramide de Ponzi de tous les temps et ainsi la fraude financière la plus importante jamais vue aux États-Unis. Pendant près de trois décennies, le financier a volé des milliards de dollars à ses investisseurs en leur fournissant des rapports falsifiés. Bien que personne n’ait réussi à surpasser Madoff depuis, la fraude reste un problème répandu. Au Royaume-Uni par exemple, on estime que les activités frauduleuses coûtent 110 milliards de livres sterling par an à l’économie. Au plan mondial, les pertes seraient de l’ordre de 3’200 milliards de livres par an.

Un passéisme de mauvais aloi

Tout le problème vient du fait que la plupart des entités chargées de la détection et du contrôle des fraudes recourent encore à des méthodes dépassées. Dans une tribune d’opinion publiée en 2016 par le Guardian, l’ex-représentant au Congrès américain, Randy Hultgren, relevait le fait que les autorités chargées d’enquêter sur Madoff en étaient encore à utiliser le papier et le crayon! Des rapports financiers régulièrement falsifiés ont ainsi pu passer inaperçus des vérificateurs bien que l’entreprise de Bernard Madoff ait fait l’objet de six plaintes, déposées entre 1992 et 2008.
Plus récemment, Bloomberg expliquait dans un récent article que le financement du commerce international, qui représente un montant de 9’000 milliards de dollars, est encore largement tributaire du papier. Par contre, de l’autre côté de la barrière, les criminels, ont adopté les technologies numériques et les utilisent intensivement.
Qu’il s’agisse de techniques de pointe destinées à hameçonner les clients des banques ou d’algorithmes sophistiqués qui permettent de soustraire des montants infinitésimaux aux milliards de transactions internationales, les criminels en col blanc actuels sont des experts des nouvelles technologies. Leurs agissements deviennent de plus en plus difficiles à détecter et les fraudes n’avaient jamais jusqu’à présent atteint un tel niveau de complexité. Cela ne signifie pas pour autant que la bataille contre la criminalité en col blanc est perdue d’avance. Tous ceux dont l’activité repose sur l’accès à des données financières exactes et vérifiables possèdent les moyens de riposter.
Tant les autorités de réglementations que les acteurs du secteur financier devraient axer leurs efforts sur la blockchain. Du fait que les données ou transactions enregistrées ne peuvent être ni modifiées ni effacées, il devient presque impossible de dissimuler des opérations illicites.
La blockchain possède en outre d’autres avantages. Cette technologie permet une vérification indépendante effectuée par des tiers. Toutes les transactions sont enregistrées selon un ordre chronologique qui ne peut être modifié. Les enregistrements stockés dans les blocs étant accessibles via les millions d’ordinateurs qui constituent la blockchain, la fraude devient beaucoup plus difficile à mettre en œuvre, ne serait-ce que d’un point de vue logistique. Toutes ces caractéristiques confèrent à cette technologie une utilité qui va bien au-delà du suivi des transactions financières. Les contrats intelligents, par exemple, pourraient fortement contribuer à éliminer les faux qui représentent une véritable plaie dans le financement du commerce international.

Pour une adoption rapide

Comme pour toute technologie nouvelle, la blockchain a connu un certain nombre de problèmes de jeunesse, mais ils ne devraient pas dissuader les autorités ou d’autres acteurs de s’intéresser à cette technologie. D’ailleurs les banques l’ont adoptée plus rapidement que prévu et certaines d’entre elles, y compris de grands acteurs tels qu’UBS, ont créé de véritables laboratoires dans le but d’explorer ses applications potentielles.
D’autres acteurs ont aussi un rôle à jouer. Les registres de propriété foncière, les entreprises, et toutes les entités d’enregistrement pourraient tirer parti du rapport coût/bénéfice intéressant, du potentiel d’automatisation ainsi que de la précision des applications de la blockchain. Mais il est essentiel que ces différents acteurs travaillent ensemble à la normalisation des processus et des protocoles. Ce type de collaboration existe déjà: le soutien apporté par le canton à la Geneva Fintech Association préfigure des besoins globaux en matière de développement de la blockchain. Les initiatives de ce genre devraient se multiplier, car colmater les fuites ne suffit plus, le temps est venu de changer de canalisations.

* CEO, Geneva Management Group





 
 
 

Managers égocentriques: bonne nouvelle, certains peuvent être soignés!

Mardi, 15 octobre 2019 // Nathalie Brodard*

Vous l’avez certainement croisé, star des stars, ce baron, qui d’un jour à l’autre devient manager. Excellent dans son  activité, il a envie d’autre chose. Par peur de perdre sa star, l’employeur va alors aller dans sa direction. Le baron devient un manager capricieux, un petit chef autoritaire, sans empathie pour ses subordonnés, sans...

Les familles suisses rêvent toujours de posséder une maison

Mardi, 15 octobre 2019

Près des trois quarts des familles actuellement en location envisagent d'acquérir un logement dans les dix prochaines années, selon une étude.

Malgré les prix d'achat souvent élevés, les Suisses rêvent de devenir propriétaires. Selon une étude publiée par Swiss Life mardi, près des trois quarts des familles actuellement en location envisagent...

Les quatre profils de leaders incompétents les plus fréquents

Dimanche, 13 octobre 2019 // Christophe Clavé *

Dans un article de la Harvard Business Review, Scott Gregory propose 4 profils caractéristiques de leaders incompétents. L’impact d’un mauvais leader est énorme Dans le pire des cas, le leader est suffisamment mauvais pour démotiver tout le monde. Les équipes sont désengagées. Les salariés travaillent pour eux-mêmes et non pour l’entreprise....

Elections fédérales: «L’UDC devrait rester le premier parti du pays»

Dimanche, 13 octobre 2019 // Maude Bonvin

Pour le politologue Georg Lutz, la bataille se jouera entre les formations écologistes et le PDC, le 20 octobre.

«L’UDC va perdre des plumes, même s’il reste très difficile de chiffrer ses pertes», déclare le politologue, Georg Lutz. Ce parti devrait, malgré tout, rester numéro un dans un pays où les changements politiques sont modestes....

L’envolée folle de Neuvoo, le Google de l'emploi

Jeudi, 19 septembre 2019 // Stéphanie Giroud

L’entreprise Neuvoo, basée à Lausanne et Montréal, vient de lever 40 millions de francs auprès de la Caisse de dépôt et placement du Québec.

Si Neuvoo ne vous dit rien, c’est probablement que vous n’êtes pas à la recherche d’un travail. Lancée en 2011, la jeune entreprise, qui se profile comme le Google de l’emploi à ...

Vaudoise se prépare à franchir un nouveau seuil

Mercredi, 18 septembre 2019 // Philippe Rey

Ses objectifs pour 2020-22 englobent une croissance sélective, notamment en Suisse alémanique. Modernisation de l’IT en non vie pour le groupe Vaudoise présent mercredi à Investora Zurich.

Une croissance des assurances de patrimoine dans la branche non vie au-dessus de celle du marché suisse, avec un ratio combiné (taux de frais + taux de sinistres)...

Les Suisses ne préparent pas suffisamment leur retraite

Jeudi, 12 septembre 2019 // Matteo Ianni

Selon le baromètre de la prévoyance publié par Raiffeisen, les Suisses attendent trop longtemps avant de penser à leur prévoyance vieillesse. La confiance vis-à-vis du système suisse des trois piliers a continué de s’effriter.

Pour sa seconde édition, le baromètre suisse sur la prévoyance publié par Raiffeisen a donné des résultats plutôt...

Apple mise toujours sur l'iPhone

Dimanche, 8 septembre 2019

Cette année, experts et observateurs parient sur trois nouveaux modèles d'iPhone qui sera encore la vedette de la présentation Apple de mardi.

L'iPhone sera la star de la présentation Apple de mardi mais le géant californien des technologies en profitera aussi sans doute pour faire valoir son offre de services et de contenus, en pleine...

Un conseiller clients important quitte Pictet

Vendredi, 6 septembre 2019

La banque privée genevoise va devoir gérer le départ de l'un des principaux responsables pour la gestion de fortune en Europe.

Chez Pictet, l'un des principaux responsables pour la gestion de fortune en Europe serait sur le départ. Patrick Prinz aurait démissionné après plus de 17 ans passés au sein du groupe bancaire genevois, rapporte vendredi le...

Géraldine Juge: «Une entreprise c’est comme un enfant auquel on pense toute la journée»

Jeudi, 5 septembre 2019 // Marine Humbert

A la tête de Separate Ways, Géraldine Juge est la neuvième invitée de notre chronique. Les entrepreneurs s'y racontent sans filet: recette du succès, routines du dimanche, ambitions et inquiétudes. Plongée dans les coulisses de l'entrepreneuriat.

A la tête de Separate Ways depuis 2016, Géraldine Juge propose un service d’accompagnement dans...

Abionic dispose désormais d’une référence précieuse avec Genentech

Jeudi, 5 septembre 2019 // Christian Affolter

Le test rapide qualité laboratoire permettant de diagnostiquer l’asthme allergique sera développé en collaboration avec la biotech américaine membre de Roche.

La plateforme d’Abionic pour des solutions de diagnostic rapides d’une précision proche de celle obtenue en laboratoire après plusieurs heures a un nouveau partenaire de référence. Pour...

UBS bifferait plusieurs centaines de postes dans la banque d'affaires

Jeudi, 5 septembre 2019

La première banque de Suisse UBS va se restructurer. Plusieurs centaines de postes pourraient être supprimés.

Une restructuration serait dans l'air pour les activités de banque d'affaires d'UBS. Le numéro un bancaire helvétique plancherait sur un programme qui pourrait déboucher sur la suppression de plusieurs centaines d'emplois, a rapporté mercredi...

Brexit: Johnson abandonne l'obstruction au texte anti-"no deal"

Jeudi, 5 septembre 2019

Boris Johnson, le Premier ministre britannique, ne fera pas obstruction au texte législatif demandant un nouveau report du Brexit.

Après avoir perdu sa majorité à la Chambre des Communes et échoué à convoquer des élections anticipées mercredi, le Premier ministre britannique Boris Johnson a accepté jeudi matin de ne pas faire d'obstruction au texte...

AGEFI

Rafraîchir cache: Ctrl+F5 ou Wiki




...