Des esclaves dans les portefeuilles?

dimanche, 20.01.2019

L’engagement des investisseurs contre l’esclavage contemporain permet de limiter les risques mais il doit être soutenu par une réglementation plus stricte.

Andrea Astone*

L’esclavage n’a pas pris fin au XIXe siècle. Il a évolué vers des formes plus subtiles, difficiles à détecter et omniprésentes dans de nombreuses industries, aussi bien dans les pays développés que dans les pays en développement. Selon l’Organisation internationale du Travail, l’esclavage touchait environ 40,3 millions de personnes en 2016. Les revenus tirés de la traite d’êtres humains s’établissaient dans une fourchette comprise entre 840 millions et 1,7 milliard de dollars. Sur quatre victimes de l’esclavage moderne, l’une d’entre elles était un enfant.

Pour lutter contre ce fléau, le UK Modern Slavery Act, loi britannique sur l’esclavage contemporain de 2015, exige que toute entreprise active au Royaume-Uni et dont le chiffre d’affaires annuel dépasse 36 millions de livres, publie chaque année un rapport concernant l’esclavage et la traite des êtres humains. Ce compte-rendu doit indiquer les mesures prises pour s’assurer que l’esclavage ne se pratique ni au sein de l’entreprise, ni le long de sa chaîne d’approvisionnement. 

La loi britannique n’est pas la première du genre, le Transparency in Supply Chains Act, loi californienne concernant l’esclavage dans les chaînes d’approvisionnement, l’a précédée en 2010. Récemment, l’Australie a adopté une loi allant dans le même sens et la pression monte pour que des mesures similaires soient appliquées dans d’autres pays et notamment au Canada. 

En tant qu’investisseurs à long terme, nous encourageons les entreprises, en particulier dans les secteurs particulièrement exposés, à prendre des mesures pour déceler et gérer les risques liés à l’esclavage. Ces mesures devraient permettre de limiter les risques de réputation ou ceux liés à la réglementation. Ils sont effet susceptibles de se répercuter négativement sur les bénéfices et, en fin de compte, sur les investisseurs. 

En 2018, nos actions liées à la lutte contre l’esclavage ont porté pour l’essentiel sur les entreprises britanniques et les multinationales actives au Royaume-Uni. Elles se sont concentrées sur les secteurs particulièrement exposés à l’esclavage moderne (alimentation, construction, textile,  commerce de détail, hôtellerie, loisirs et restauration). 

Cet engagement nous a permis de constater que la loi de 2015 s’est avérée un véritable catalyseur de l’action des entreprises contre l’esclavage contemporain. Elle a été un bon moyen rendre les conseils d’administration et les cadres supérieurs attentifs au sujet. De plus, les entreprises ont réagi favorablement à nos actions. Elles apprécient le fait que les investisseurs se préoccupent de la question d’esclavage même si, de leur point de vue, ils ne s’expriment pas suffisamment.

Cependant, nous devons déplorer le fait que de nombreuses entreprises ne fournissent pas suffisamment de précisions sur leurs politiques d’identification et de réduction des risques. La loi britannique met davantage l’accent sur la publication d’informations que sur la mise en place de mesures destinées à réduire l’esclavage et elle ne fixe aucune norme de qualité. Cela se traduit par une inégalité marquée des pratiques. Certaines entreprises font montre d’un certain scepticisme vis-à-vis du bien-fondé de la divulgation d’informations liées à la problématique de l’esclavage et ceci les place en première ligne en matière de risque de réputation, dès lors qu’un cas serait décelé dans le cadre de leur activité.

Une réglementation plus stricte impliquerait l’établissement d’une norme en matière de gestion des risques ainsi que des sanctions financières en cas de non-respect de celle-ci. Bien que certains dirigeants d’entreprises aient déjà pris des mesures pour éradiquer l’esclavage contemporain au sein de leurs opérations et dans leurs chaînes d’approvisionnement, une réglementation plus contraignante serait nécessaire pour amener l’ensemble des acteurs du marché à s’engager dans ce sens. En tant qu’investisseurs, nous considérons qu’il est de notre devoir d’exiger des entreprises qu’elles rendent compte de leurs actions. Il nous incombe également de les inciter à passer de la simple présentation de rapports à la mise en œuvre de politiques plus strictes de réduction des risques liés à l’esclavage contemporain.

Des détaillants britanniques épinglés 

En janvier 2016, le propriétaire de Kozee Sleep, fournisseur de meubles pour de grandes marques britanniques comme Next et John Lewis, a été reconnu coupable de traite d’êtres humains. Des travailleurs hongrois ont été attirés au Royaume-Uni avec la promesse de bons salaires, de logement et de nourriture. En réalité, leur rémunération n’était que de dix livres par jour. Ils devaient vivre jusqu’à 42 dans une habitation comportant deux chambres à coucher et travailler cinq à sept jours par semaine au rythme de dix à seize heures par jour.

BMO Global Asset Management s’est donc approché de Next pour examiner en détail les mesures prises par l’entreprise pour protéger les travailleurs de sa chaîne d’approvisionnement d’une telle exploitation. L’une d’entre elles, essentielle, a consisté à faire assurer la supervision des usines concernées par ses propres équipes locales plutôt que de s’en remettre uniquement aux audits de tiers. De notre point de vue, ce contrôle additionnel constitue la meilleure pratique en matière de surveillance des risques. 

L’esclavage contemporain est un problème systémique dans la confection et la vente au détail. Et malgré les importantes mesures de prévention qu’elle avait mises en place, Next n’est pas parvenue à y échapper. Ceci implique donc la nécessité pour les entreprises d’évaluer en continu l’efficacité de leurs politiques de détection et d’élimination des cas d’esclavage, en leur sein et au niveau de leurs chaînes d’approvisionnement.

*Directeur et spécialiste de l’investissement responsable, BMO GAM





 
 
 

La Suisse pourrait compter près de 10.000 cas de coronavirus

Vendredi, 13 mars 2020

Selon l'analyste Pierre Dessemontet, le nombre de personnes affectées en Suisse par le coronavirus est beaucoup plus élevé que les chiffres officiels et approcherait les 10.000 cas.

Selon l'analyste Pierre Dessemontet, le nombre de personnes affectées en Suisse par le coronavirus se monterait plutôt à 10.000. Lui et d'autres experts appellent la...

Baisse du QI, appauvrissement du langage et ruine de la pensée

Dimanche, 17 novembre 2019 // Christophe Clavé *

L’effet de Flynn du nom de son concepteur, a prévalu jusque dans les année 1960. Son principe est que le Quotient Intellectuel (QI) moyen ne cesse d’augmenter dans la population. Or depuis les années 1980, les chercheurs en sciences cognitives semblent partager le constat d’une inversion de l’effet Flynn, et d’une baisse du QI moyen. La...

Les quatre profils de leaders incompétents les plus fréquents

Dimanche, 13 octobre 2019 // Christophe Clavé *

Dans un article de la Harvard Business Review, Scott Gregory propose 4 profils caractéristiques de leaders incompétents. L’impact d’un mauvais leader est énorme Dans le pire des cas, le leader est suffisamment mauvais pour démotiver tout le monde. Les équipes sont désengagées. Les salariés travaillent pour eux-mêmes et non pour l’entreprise....

Elections fédérales: «L’UDC devrait rester le premier parti du pays»

Dimanche, 13 octobre 2019 // Maude Bonvin

Pour le politologue Georg Lutz, la bataille se jouera entre les formations écologistes et le PDC, le 20 octobre.

«L’UDC va perdre des plumes, même s’il reste très difficile de chiffrer ses pertes», déclare le politologue, Georg Lutz. Ce parti devrait, malgré tout, rester numéro un dans un pays où les changements politiques sont modestes....

L’envolée folle de Neuvoo, le Google de l'emploi

Jeudi, 19 septembre 2019 // Stéphanie Giroud

L’entreprise Neuvoo, basée à Lausanne et Montréal, vient de lever 40 millions de francs auprès de la Caisse de dépôt et placement du Québec.

Si Neuvoo ne vous dit rien, c’est probablement que vous n’êtes pas à la recherche d’un travail. Lancée en 2011, la jeune entreprise, qui se profile comme le Google de l’emploi à ...

Vaudoise se prépare à franchir un nouveau seuil

Mercredi, 18 septembre 2019 // Philippe Rey

Ses objectifs pour 2020-22 englobent une croissance sélective, notamment en Suisse alémanique. Modernisation de l’IT en non vie pour le groupe Vaudoise présent mercredi à Investora Zurich.

Une croissance des assurances de patrimoine dans la branche non vie au-dessus de celle du marché suisse, avec un ratio combiné (taux de frais + taux de sinistres)...

Les Suisses ne préparent pas suffisamment leur retraite

Jeudi, 12 septembre 2019 // Matteo Ianni

Selon le baromètre de la prévoyance publié par Raiffeisen, les Suisses attendent trop longtemps avant de penser à leur prévoyance vieillesse. La confiance vis-à-vis du système suisse des trois piliers a continué de s’effriter.

Pour sa seconde édition, le baromètre suisse sur la prévoyance publié par Raiffeisen a donné des résultats plutôt...

Apple mise toujours sur l'iPhone

Dimanche, 8 septembre 2019

Cette année, experts et observateurs parient sur trois nouveaux modèles d'iPhone qui sera encore la vedette de la présentation Apple de mardi.

L'iPhone sera la star de la présentation Apple de mardi mais le géant californien des technologies en profitera aussi sans doute pour faire valoir son offre de services et de contenus, en pleine...

Un conseiller clients important quitte Pictet

Vendredi, 6 septembre 2019

La banque privée genevoise va devoir gérer le départ de l'un des principaux responsables pour la gestion de fortune en Europe.

Chez Pictet, l'un des principaux responsables pour la gestion de fortune en Europe serait sur le départ. Patrick Prinz aurait démissionné après plus de 17 ans passés au sein du groupe bancaire genevois, rapporte vendredi le...

Géraldine Juge: «Une entreprise c’est comme un enfant auquel on pense toute la journée»

Jeudi, 5 septembre 2019 // Marine Humbert

A la tête de Separate Ways, Géraldine Juge est la neuvième invitée de notre chronique. Les entrepreneurs s'y racontent sans filet: recette du succès, routines du dimanche, ambitions et inquiétudes. Plongée dans les coulisses de l'entrepreneuriat.

A la tête de Separate Ways depuis 2016, Géraldine Juge propose un service d’accompagnement dans...

Abionic dispose désormais d’une référence précieuse avec Genentech

Jeudi, 5 septembre 2019 // Christian Affolter

Le test rapide qualité laboratoire permettant de diagnostiquer l’asthme allergique sera développé en collaboration avec la biotech américaine membre de Roche.

La plateforme d’Abionic pour des solutions de diagnostic rapides d’une précision proche de celle obtenue en laboratoire après plusieurs heures a un nouveau partenaire de référence. Pour...

UBS bifferait plusieurs centaines de postes dans la banque d'affaires

Jeudi, 5 septembre 2019

La première banque de Suisse UBS va se restructurer. Plusieurs centaines de postes pourraient être supprimés.

Une restructuration serait dans l'air pour les activités de banque d'affaires d'UBS. Le numéro un bancaire helvétique plancherait sur un programme qui pourrait déboucher sur la suppression de plusieurs centaines d'emplois, a rapporté mercredi...

Brexit: Johnson abandonne l'obstruction au texte anti-"no deal"

Jeudi, 5 septembre 2019

Boris Johnson, le Premier ministre britannique, ne fera pas obstruction au texte législatif demandant un nouveau report du Brexit.

Après avoir perdu sa majorité à la Chambre des Communes et échoué à convoquer des élections anticipées mercredi, le Premier ministre britannique Boris Johnson a accepté jeudi matin de ne pas faire d'obstruction au texte...

AGEFI

Rafraîchir cache: Ctrl+F5 ou Wiki



...