Leadership: réussir la transformation digitale

lundi, 29.04.2019

Daniel Held

Daniel Held, Directeur, PI Management.

Il est évident que toute entreprise doit passer par la digitalisation. Mais le principal défi n’est pas technologique. Le terme de transformation digitale est dans toutes les bouches. La technologie a envahi nos entreprises comme nos vies. Les solutions innovantes sont partout. Tous les processus de l’entreprise se transforment: emplois, contenus des activités, manières de réaliser le travail et de créer de la valeur.

La digitalisation – on parle souvent d’industrie 4.0 - décrit un monde robotisé, connecté et intelligent. Ces termes décrivent trois réalités différentes et complémentaires, qui sont trop souvent confondues:

- Robotisé: toutes les activités répétitives et à faible création de valeur, où un robot, dont le comportement est constant et supporte la répétitivité sans se fatiguer, fait souvent mieux et plus vite que l’Homme;

- Connecté: les clients, collaborateurs, partenaires sont interconnectés et peuvent interagir en temps réel, pour communiquer, acheter/vendre, négocier, donner du feedback, etc. Le connecté modifie la création de valeur, les attentes, la manière de faire des affaires;

- Intelligent: c’est le vrai défi de l’utilisation de l’intelligence artificielle (IA) pour rendre l’Homme plus performant et plus indispensable, car plus intelligent sur la base des informations que lui apportent les systèmes informatiques.

Les défis concernent un peu la robotisation, qui est inévitable dès que la baisse des coûts rend le robot plus avantageux que l’Homme. Il faudra bien sûr anticiper les tendances, mettre en place des programmes de reconversion et réorienter les personnes vers des activités que le robot ne fera pas mieux que l’Homme. Ils concernent la connectivité, parce que cela modifie la manière de recruter, de vendre, de collaborer, de diriger. La connectivité donne des informations et retours en direct, mais permet aussi à l’autre partie de communiquer, de dire sa déception ou son désaccord. Ils concernent surtout l’utilisation intelligente de l’IA. D’ici peu, il ne sera plus possible d’être médecin, avocat, CEO ou DRH sans s’appuyer sur l’IA. Ceux qui penseront pouvoir s’en passer seront très vite «largués» par la concurrence ou remplacés pour de vrai par des machines, qui auront l’avantage d’avoir plus de connaissances et moins d’états d’âme.

L’IA va permettre d’accéder à des informations que nous n’avons pas (diagnostics, thérapies, aides à la décision, etc). Les solutions d’IA qui sont attendues sont des solutions qui feront mieux que l’Homme certaines choses (p.ex. la mesure de paramètres et la mise en commun des informations), mais surtout qui permettront à l’Homme de prendre pleinement sa place, de donner du sens, de mettre les choses en perspective, d’arbitrer les propositions, de faire valoir une expérience, une intuition, un talent particulier.

L’essentiel des investissements vont dans les deux premiers domaines. Or, le vrai défi se trouve dans le troisième, où il s’agit à la fois de trouver les solutions adaptées pour faciliter la décision, l’action, l’accompagnement et de permettre à l’Homme de grandir, de progresser dans sa sensibilité, son intelligence émotionnelle, sa capacité à offrir une vision, du sens, du recul. Il s’agit aussi de donner à chacun sa place, sa dignité, sa responsabilité dans la conduite de sa vie (santé, carrière, développement, etc).

Les démarches de transformation qui réussiront ne seront pas technologiques. Elles viseront à remettre la création de valeur et le sens au centre, avec l’aide de la technologie. En d’autres termes, il s’agit de tout faire pour que l’environnement de travail du futur reste stimulant, valorisant, où l’Homme plus que jamais joue un rôle clé, pour lequel il s’agit de le préparer. Et cette préparation, tout comme l’accompagnement et le leadership, n’ont plus rien à voir avec ce qu’on fait encore partout. Les outils d’évaluation, méthodes d’apprentissage et d’évaluation des performances, environnements de travail, formations seront totalement différents. C’est là que les innovations sont attendues. Certaines existent déjà. La plupart restent à inventer. Aux professionnels d’accepter de lâcher ce qui les retient dans l’«ancien monde» pour s’ouvrir au nouveau. C’est peut-être là que la résistance au changement sera la plus forte.

Daniel Held, Dr. Sc. Econ., est dirigeant fondateur de PI Management, Empowering for change, spécialisé dans l’évaluation, le développement, le leadership de talents et l’accompagnement du changement. Partenaire international Saville Assessment. Enseignant en haute école et auteur de plus de 250 articles RH, Leadership et Changement. piman.ch – dheld(at)piman(point)ch

* Directeur, PI Management





 
 
 

La Suisse pourrait compter près de 10.000 cas de coronavirus

Vendredi, 13 mars 2020

Selon l'analyste Pierre Dessemontet, le nombre de personnes affectées en Suisse par le coronavirus est beaucoup plus élevé que les chiffres officiels et approcherait les 10.000 cas.

Selon l'analyste Pierre Dessemontet, le nombre de personnes affectées en Suisse par le coronavirus se monterait plutôt à 10.000. Lui et d'autres experts appellent la...

Baisse du QI, appauvrissement du langage et ruine de la pensée

Dimanche, 17 novembre 2019 // Christophe Clavé *

L’effet de Flynn du nom de son concepteur, a prévalu jusque dans les année 1960. Son principe est que le Quotient Intellectuel (QI) moyen ne cesse d’augmenter dans la population. Or depuis les années 1980, les chercheurs en sciences cognitives semblent partager le constat d’une inversion de l’effet Flynn, et d’une baisse du QI moyen. La...

Les quatre profils de leaders incompétents les plus fréquents

Dimanche, 13 octobre 2019 // Christophe Clavé *

Dans un article de la Harvard Business Review, Scott Gregory propose 4 profils caractéristiques de leaders incompétents. L’impact d’un mauvais leader est énorme Dans le pire des cas, le leader est suffisamment mauvais pour démotiver tout le monde. Les équipes sont désengagées. Les salariés travaillent pour eux-mêmes et non pour l’entreprise....

Elections fédérales: «L’UDC devrait rester le premier parti du pays»

Dimanche, 13 octobre 2019 // Maude Bonvin

Pour le politologue Georg Lutz, la bataille se jouera entre les formations écologistes et le PDC, le 20 octobre.

«L’UDC va perdre des plumes, même s’il reste très difficile de chiffrer ses pertes», déclare le politologue, Georg Lutz. Ce parti devrait, malgré tout, rester numéro un dans un pays où les changements politiques sont modestes....

L’envolée folle de Neuvoo, le Google de l'emploi

Jeudi, 19 septembre 2019 // Stéphanie Giroud

L’entreprise Neuvoo, basée à Lausanne et Montréal, vient de lever 40 millions de francs auprès de la Caisse de dépôt et placement du Québec.

Si Neuvoo ne vous dit rien, c’est probablement que vous n’êtes pas à la recherche d’un travail. Lancée en 2011, la jeune entreprise, qui se profile comme le Google de l’emploi à ...

Vaudoise se prépare à franchir un nouveau seuil

Mercredi, 18 septembre 2019 // Philippe Rey

Ses objectifs pour 2020-22 englobent une croissance sélective, notamment en Suisse alémanique. Modernisation de l’IT en non vie pour le groupe Vaudoise présent mercredi à Investora Zurich.

Une croissance des assurances de patrimoine dans la branche non vie au-dessus de celle du marché suisse, avec un ratio combiné (taux de frais + taux de sinistres)...

Les Suisses ne préparent pas suffisamment leur retraite

Jeudi, 12 septembre 2019 // Matteo Ianni

Selon le baromètre de la prévoyance publié par Raiffeisen, les Suisses attendent trop longtemps avant de penser à leur prévoyance vieillesse. La confiance vis-à-vis du système suisse des trois piliers a continué de s’effriter.

Pour sa seconde édition, le baromètre suisse sur la prévoyance publié par Raiffeisen a donné des résultats plutôt...

Apple mise toujours sur l'iPhone

Dimanche, 8 septembre 2019

Cette année, experts et observateurs parient sur trois nouveaux modèles d'iPhone qui sera encore la vedette de la présentation Apple de mardi.

L'iPhone sera la star de la présentation Apple de mardi mais le géant californien des technologies en profitera aussi sans doute pour faire valoir son offre de services et de contenus, en pleine...

Un conseiller clients important quitte Pictet

Vendredi, 6 septembre 2019

La banque privée genevoise va devoir gérer le départ de l'un des principaux responsables pour la gestion de fortune en Europe.

Chez Pictet, l'un des principaux responsables pour la gestion de fortune en Europe serait sur le départ. Patrick Prinz aurait démissionné après plus de 17 ans passés au sein du groupe bancaire genevois, rapporte vendredi le...

Géraldine Juge: «Une entreprise c’est comme un enfant auquel on pense toute la journée»

Jeudi, 5 septembre 2019 // Marine Humbert

A la tête de Separate Ways, Géraldine Juge est la neuvième invitée de notre chronique. Les entrepreneurs s'y racontent sans filet: recette du succès, routines du dimanche, ambitions et inquiétudes. Plongée dans les coulisses de l'entrepreneuriat.

A la tête de Separate Ways depuis 2016, Géraldine Juge propose un service d’accompagnement dans...

Abionic dispose désormais d’une référence précieuse avec Genentech

Jeudi, 5 septembre 2019 // Christian Affolter

Le test rapide qualité laboratoire permettant de diagnostiquer l’asthme allergique sera développé en collaboration avec la biotech américaine membre de Roche.

La plateforme d’Abionic pour des solutions de diagnostic rapides d’une précision proche de celle obtenue en laboratoire après plusieurs heures a un nouveau partenaire de référence. Pour...

UBS bifferait plusieurs centaines de postes dans la banque d'affaires

Jeudi, 5 septembre 2019

La première banque de Suisse UBS va se restructurer. Plusieurs centaines de postes pourraient être supprimés.

Une restructuration serait dans l'air pour les activités de banque d'affaires d'UBS. Le numéro un bancaire helvétique plancherait sur un programme qui pourrait déboucher sur la suppression de plusieurs centaines d'emplois, a rapporté mercredi...

Brexit: Johnson abandonne l'obstruction au texte anti-"no deal"

Jeudi, 5 septembre 2019

Boris Johnson, le Premier ministre britannique, ne fera pas obstruction au texte législatif demandant un nouveau report du Brexit.

Après avoir perdu sa majorité à la Chambre des Communes et échoué à convoquer des élections anticipées mercredi, le Premier ministre britannique Boris Johnson a accepté jeudi matin de ne pas faire d'obstruction au texte...

AGEFI

Rafraîchir cache: Ctrl+F5 ou Wiki



...