La législation européenne pourrait favoriser les investissements ESG

mardi, 13.08.2019

Le critère d’analyse environnementale, sociale et de gouvernance, déjà intégré par les institutions, pourrait redéfinir la façon d’investir des particuliers.

Steve Waygood*

(Keystone)

Les résultats des élections européennes de mai dernier, avec une poussée étonnamment forte des Verts, ont constitué un signe tangible que les Européens commencent à changer d’attitude sur les questions environnementales. Un sondage du centre de recherche Pew réalisé en début d’année indiquait d’ailleurs que le réchauffement climatique était désormais considéré comme la principale menace dans la plupart des pays européens, dépassant même la menace terroriste liée à Daech. 

Cela signifie que le critère d’analyse environnementale, sociale et de gouvernance (ESG), qui est déjà fermement intégré aux investissements institutionnels traditionnels en Europe, pourrait redéfinir les investissements des particuliers également. En effet, les preuves sont déjà nombreuses que les facteurs ESG, particulièrement en relation avec le changement climatique, sont importants pour le public, particulièrement pour les «millenials», et qu’une grande partie des investisseurs particuliers souhaitent que leurs valeurs se reflètent dans leurs investissements. 

Mettre un terme à l’absurdité

Or, ce n’est hélas que trop rarement le cas. La première cause en est que très peu de conseillers financiers demandent à leurs clients s’ils ont des préférences ESG, et encore moins s’ils souhaitent que celles-ci soient prises en compte pour le conseil formulé ou dans le portefeuille d’investissement. Paradoxalement, il semble que les conseillers ne demandent pas à leurs clients leurs préférences ESG car ceux-ci ne les mentionnent pas, et que les clients ne mentionnent pas leurs préférences ESG car les conseillers ne les leur demandent pas. 

La Commission européenne souhaite mettre un terme à cette absurdité en obligeant les conseillers à demander à leurs clients leurs préférences ESG et à intégrer celles-ci au conseil fourni. Toutefois, et bien que nous considérons que les propositions de la Commission européenne peuvent faire pencher la balance en Europe, nous estimons qu’il faut que les détails soient réglés correctement.

A notre avis, la définition des préférences ESG et des investissements durables fournie dans le projet de loi peut certes concorder avec le point de vue de certaines personnes, mais se révèle trop restrictive. Les clients doivent se voir proposer le plus vaste choix d’options. Par exemple, nous souhaiterions que cette définition englobe toute une série d’approches d’investissement durable, y compris la sélection négative, la gérance et les investissements à impact.

Obtenir des avancées dans l’économie réelle

Au sein de la société civile, peu nombreux sont celles et ceux qui comprennent le fonctionnement du système financier et qui réalisent être au final, par le biais de leur retraite et des investissements réalisés, les détenteurs des entreprises qui impactent tous les aspects de notre vie quotidienne. 

Des recherches indiquent malgré tout que la plupart des clients ayant des préférences ESG souhaitent exercer leur pouvoir afin d’obtenir des avancées dans l’économie réelle telles que des changements dans les décisions d’investissement prises par les sociétés en portefeuille – et s’attendent à obtenir des preuves tangibles que les techniques d’investissement utilisées ont été efficaces pour atteindre cet objectif. 

Pendant trop longtemps, les particuliers n’ont même pas su qu’il leur était possible d’investir d’une manière reflétant leurs valeurs, et n’en ont même pas eu l’opportunité. La situation devrait nettement s’améliorer en s’assurant que la question des préférences ESG est posée au client et que celui-ci peut s’exprimer sur la manière dont il souhaite que son argent soit utilisé. C’est son argent, après tout.

*Chief Responsible Investment Officer, Aviva Investors





 
 
 

Des chercheurs de l'EPFZ impriment des valves cardiaques en 3D

Mardi, 23 juillet 2019

Les premières valves cardiaques en silicone ont été créées. Il faudra attendre 10 ans avant de les utiliser.

Des chercheurs de l'EPFZ et de l'entreprise sud-africaine SAT ont créé des valves cardiaques en silicone avec une imprimante 3D. Relativement bon marché et pouvant être conçues sur mesure, elles ne seront toutefois pas utilisées...

Nouvelle loi sur les faillites: données personnelles oubliées

Mardi, 9 juillet 2019 // Maude Bonvin

La nouvelle législation sur les faillites donne trop de pouvoir aux fournisseurs d’accès au cloud.

C’est une révision de loi qui est passée quasiment inaperçue mais qui pourrait avoir de grandes conséquences sur nos données personnelles et celles des entreprises. Le Conseil fédéral veut, en effet, davantage réglementer le cloud. Actuellement,...

Les solutions de tri sélectif de Greenoffice conquièrent les bureaux tout autour du globe

Mardi, 9 juillet 2019 // Sophie Marenne

L’entreprise française Greenoffice a construit sa stratégie d’expansion internationale en s’appuyant sur la Suisse. Après Genève, Bâle et Zurich, elle vient de s’implanter à Lausanne.

Greenoffice a réussi à transformer un objet jusqu’alors dissimulé en un élément de décor tendance: la poubelle. Orientée grands comptes, la...

Décès de Valérie Boagno, ancienne directrice du Temps

Lundi, 8 juillet 2019

Valérie Boagno, qui a dirigé le Temps de 2010 à 2014, est décédée vendredi à l'âge de 54 ans.

Ancienne directrice du Temps, Valérie Boagno est décédée vendredi dernier à l'âge de 54 ans des suites d'une maladie. Elle avait dirigé le quotidien de 2010 à 2014, rappelle lundi le journal en lui rendant hommage. "Elle laissera l'image d'une...

Vers un retour de Bank of China à Genève

Lundi, 8 juillet 2019 // Elsa Floret

De retour de Pékin, le conseiller d'Etat en charge de l'économie, Pierre Maudet annonce notamment un partenariat avec une plateforme d’innovation et l'imminente implantation de Bank of China à Genève.

S’il reste difficile de quantifier arithmétiquement les dividendes commerciaux réels des déplacements comme ceux de cette délégation économique...


...