Pyrrhus vs Chine: 1 à 0. Donald pourrait avoir à (re)lire ses classiques chinois

mardi, 21.01.2020

L’accord commercial entre Pékin et Washington signé le 15 janvier libère les marchés d’une incertitude qui a marqué l’année entière.

Alexis Bienvenu*

Alexis Bienvenu.

Les marchés américains et chinois comptent parmi les plus haussiers depuis le début de l’année. Et pour cause: annoncé comme un cadeau de Noël le 20 décembre dernier, l’accord commercial tant attendu entre la Chine et les Etats-Unis a été signé mardi 15 janvier! Il libère les marchés d’une incertitude qui a marqué l’année entière.
Donald Trump n’a pas manqué de se rengorger: ce serait un «accord magnifique» pour «America first». Pour une part, il a raison: l’accord prévoit des achats massifs, inédits, de produits américains par la Chine, dans tous les secteurs: agriculture, industrie, énergie, services. Il entérine le maintien d’une grande partie des taxes à l’importation sur 250 milliards de dollars de produits chinois.
Seules les taxes prévues pour s’appliquer depuis décembre 2019 sont suspendues. Les taxes imposées depuis septembre dernier sont réduites de moitié.
Les prélèvements contribueront à renflouer les caisses américaines, qui en ont bien besoin étant donné l’énorme déficit commercial et budgétaire qu’a accentué la présidence de Trump (5% sur l’année fiscale 2019, alors même que la croissance était bonne).
Ce n’est pas tout. En sus de ces aspects commerciaux immédiatement tangibles, l’accord aborde des questions de long terme plus délicates, telles que la protection par la Chine de la propriété intellectuelle et la lutte contre la contrefaçon. En outre, la Chine s’engage à ne pas dévaluer sa monnaie à des fins commerciales, pourtant l’une de ses armes favorites. Enfin, elle devra faciliter l’accès des entreprises américaines à son marché de services financiers. C’est donc un accord large, clairement asymétrique, qui vient d’être imposé à la première puissance mondiale (en parité de pouvoir d’achat).
Litchi sur le gâteau, les deux pays conviennent de régler leurs éventuels différends entre eux seuls, sans passer par une instance internationale. Le bilatéralisme cher à D. Trump, qui lui évite de devoir composer avec des pays qui pourraient faire alliance avec la Chine, comme la Russie, est conforté.
Pourtant, la victoire est-elle totale?
Tout d’abord, le montant total des engagements d’achats de la part de la Chine semble difficile à tenir: il suppose un doublement en deux ans des exportations américaines vers la Chine, alors même que certains produits technologiques américains ne peuvent plus y être vendus. La Chine devrait même quadrupler ses achats agricoles américains. Les Chinois peuvent-ils avoir subitement besoin de toutes ces importations jusqu’ici non nécessaires? De l’autre côté de l’océan, les Etats-Unis peuvent-ils faire honorer ces achats sans réduire leurs exportations destinées à d’autres pays? S’ils les réduisent, le jeu n’est-il pas à somme nulle?
En outre, certaines dispositions peuvent avoir un effet pernicieux sur l’emploi américain. Par exemple, en protégeant mieux la propriété intellectuelle, la Chine incite des entreprises américaines à s’installer sur son sol, ce qui pourrait contribuer à la désindustrialisation des Etats-Unis.
Enfin, les droits de douane sur les importations chinoises étant en grande partie maintenus, l’industrie américaine utilisant de nombreux composants chinois, déjà en récession, continuera à souffrir.
Dans le même temps, les mesures contre Huawei et la 5G chinoise incitent la Chine à s’émanciper de la tutelle des services Google. Le géant prend son autonomie.
La Chine a-t-elle donc cédé? Ou au contraire a-t-elle appliqué la sagesse deux fois millénaire de Sun-tzu, qui enseignait: «Quand vous agissez, feignez l’inactivité»?
Donald Pyrrhus pourrait avoir à (re)lire ses classiques chinois. Cela dit, le marché salue la trêve, même précaire. Accompagnons la liesse, mais gardons la tête froide.

Richemont globalement positif en dépit de l’actualité hongkongaise

Les résultats publiés par le groupe de luxe suisse sont encourageants, soutenus par les performances des pôles horlogerie et joaillerie, légèrement supérieures aux attentes.
Le numéro deux mondial du luxe enregistre une croissance de son chiffre d’affaires à +4%, à taux de change constant, pour le troisième trimestre de son exercice 2019/2020 décalé. L’Europe est en hausse de 9%, au-dessus des attentes, avec une dynamique homogène sur tous les marchés régionaux.
Les ventes en Asie progressent de 2% avec des chiffres bien orientés en Chine en dépit de ventes très faibles à Hong-Kong. L’horlogerie également fait mieux que prévu avec un modeste +2%. Seules les ventes en ligne déçoivent, en croissance de seulement 2%, contre 11% attendu.
Dans un environnement concurrentiel de plus en plus tendu, le commerce en ligne a été affecté par des événements météorologiques ayant impacté un entrepôt du distributeur en ligne, Mr. Porter.
Le titre pâtit d’un certain scepticisme de la part du marché, et chaque publication «en ligne» ou «meilleure» que les attentes du consensus est perçue comme un soulagement.
Néanmoins son niveau de valorisation reste selon nous attractif, en relatif au regard des multiples observés sur le secteur.
En effet, à 24 fois le ratio PE la valorisation se situe globalement dans le haut de fourchette historique mais reste toutefois faible par rapport au secteur. A titre de comparaison, LVMH avait racheté Tiffany à près de 30 fois le PE. La joaillerie, qui représente 80% du résultat d’exploitation de Richemont, reste un motif de satisfaction.

* Gérant à la Financière de l'Echiquier





 
 
 

Baisse du QI, appauvrissement du langage et ruine de la pensée

Dimanche, 17 novembre 2019 // Christophe Clavé *

L’effet de Flynn du nom de son concepteur, a prévalu jusque dans les année 1960. Son principe est que le Quotient Intellectuel (QI) moyen ne cesse d’augmenter dans la population. Or depuis les années 1980, les chercheurs en sciences cognitives semblent partager le constat d’une inversion de l’effet Flynn, et d’une baisse du QI moyen. La...

Les quatre profils de leaders incompétents les plus fréquents

Dimanche, 13 octobre 2019 // Christophe Clavé *

Dans un article de la Harvard Business Review, Scott Gregory propose 4 profils caractéristiques de leaders incompétents. L’impact d’un mauvais leader est énorme Dans le pire des cas, le leader est suffisamment mauvais pour démotiver tout le monde. Les équipes sont désengagées. Les salariés travaillent pour eux-mêmes et non pour l’entreprise....

Elections fédérales: «L’UDC devrait rester le premier parti du pays»

Dimanche, 13 octobre 2019 // Maude Bonvin

Pour le politologue Georg Lutz, la bataille se jouera entre les formations écologistes et le PDC, le 20 octobre.

«L’UDC va perdre des plumes, même s’il reste très difficile de chiffrer ses pertes», déclare le politologue, Georg Lutz. Ce parti devrait, malgré tout, rester numéro un dans un pays où les changements politiques sont modestes....

L’envolée folle de Neuvoo, le Google de l'emploi

Jeudi, 19 septembre 2019 // Stéphanie Giroud

L’entreprise Neuvoo, basée à Lausanne et Montréal, vient de lever 40 millions de francs auprès de la Caisse de dépôt et placement du Québec.

Si Neuvoo ne vous dit rien, c’est probablement que vous n’êtes pas à la recherche d’un travail. Lancée en 2011, la jeune entreprise, qui se profile comme le Google de l’emploi à ...

Vaudoise se prépare à franchir un nouveau seuil

Mercredi, 18 septembre 2019 // Philippe Rey

Ses objectifs pour 2020-22 englobent une croissance sélective, notamment en Suisse alémanique. Modernisation de l’IT en non vie pour le groupe Vaudoise présent mercredi à Investora Zurich.

Une croissance des assurances de patrimoine dans la branche non vie au-dessus de celle du marché suisse, avec un ratio combiné (taux de frais + taux de sinistres)...

Les Suisses ne préparent pas suffisamment leur retraite

Jeudi, 12 septembre 2019 // Matteo Ianni

Selon le baromètre de la prévoyance publié par Raiffeisen, les Suisses attendent trop longtemps avant de penser à leur prévoyance vieillesse. La confiance vis-à-vis du système suisse des trois piliers a continué de s’effriter.

Pour sa seconde édition, le baromètre suisse sur la prévoyance publié par Raiffeisen a donné des résultats plutôt...

Apple mise toujours sur l'iPhone

Dimanche, 8 septembre 2019

Cette année, experts et observateurs parient sur trois nouveaux modèles d'iPhone qui sera encore la vedette de la présentation Apple de mardi.

L'iPhone sera la star de la présentation Apple de mardi mais le géant californien des technologies en profitera aussi sans doute pour faire valoir son offre de services et de contenus, en pleine...

Un conseiller clients important quitte Pictet

Vendredi, 6 septembre 2019

La banque privée genevoise va devoir gérer le départ de l'un des principaux responsables pour la gestion de fortune en Europe.

Chez Pictet, l'un des principaux responsables pour la gestion de fortune en Europe serait sur le départ. Patrick Prinz aurait démissionné après plus de 17 ans passés au sein du groupe bancaire genevois, rapporte vendredi le...

Géraldine Juge: «Une entreprise c’est comme un enfant auquel on pense toute la journée»

Jeudi, 5 septembre 2019 // Marine Humbert

A la tête de Separate Ways, Géraldine Juge est la neuvième invitée de notre chronique. Les entrepreneurs s'y racontent sans filet: recette du succès, routines du dimanche, ambitions et inquiétudes. Plongée dans les coulisses de l'entrepreneuriat.

A la tête de Separate Ways depuis 2016, Géraldine Juge propose un service d’accompagnement dans...

Abionic dispose désormais d’une référence précieuse avec Genentech

Jeudi, 5 septembre 2019 // Christian Affolter

Le test rapide qualité laboratoire permettant de diagnostiquer l’asthme allergique sera développé en collaboration avec la biotech américaine membre de Roche.

La plateforme d’Abionic pour des solutions de diagnostic rapides d’une précision proche de celle obtenue en laboratoire après plusieurs heures a un nouveau partenaire de référence. Pour...

UBS bifferait plusieurs centaines de postes dans la banque d'affaires

Jeudi, 5 septembre 2019

La première banque de Suisse UBS va se restructurer. Plusieurs centaines de postes pourraient être supprimés.

Une restructuration serait dans l'air pour les activités de banque d'affaires d'UBS. Le numéro un bancaire helvétique plancherait sur un programme qui pourrait déboucher sur la suppression de plusieurs centaines d'emplois, a rapporté mercredi...

Brexit: Johnson abandonne l'obstruction au texte anti-"no deal"

Jeudi, 5 septembre 2019

Boris Johnson, le Premier ministre britannique, ne fera pas obstruction au texte législatif demandant un nouveau report du Brexit.

Après avoir perdu sa majorité à la Chambre des Communes et échoué à convoquer des élections anticipées mercredi, le Premier ministre britannique Boris Johnson a accepté jeudi matin de ne pas faire d'obstruction au texte...

AGEFI

Rafraîchir cache: Ctrl+F5 ou Wiki




...