Coronavirus: un ennemi commun pour les marchés et le monde

jeudi, 26.03.2020

La plus longue phase d’expansion a brutalement pris fin. Qu’elle se termine n’est pas une surprise, mais la nature du choc , sa rapidité et son ampleur oui.

Victor Verberk *

Victor Verberk

Quelle différence en un seul trimestre! En décembre, la bulle sur les marchés actions continuait de gonfler et la quête de rendements obligataires restait soutenue en cette fin de cycle. Aujourd’hui, nous sommes confrontés à une grave récession mondiale, un krach du marché actions et des spreads qui sont directement passés de niveaux historiquement bas à des niveaux de récession. 

Le monde a désormais un ennemi commun. Nous devons joindre nos forces pour vaincre le virus et éviter une profonde récession économique. Les autorités vont apporter un soutien budgétaire et monétaire au secteur privé, tandis que les gouvernements et les banques devront travailler main dans la main pour enrayer la chute.

Les semaines à venir vont être difficiles sur le plan économique, les marchés vont souffrir et de nombreux intervenants de marché se ruer sur le cash et les retraits. Mais, grâce aux mesures de relance, les marchés essaieront de regarder vers l’avant et au-delà de la phase de stabilisation des infections au coronavirus. 

Une crise aux causes profondes et anciennes

La plus longue phase d’expansion économique a brutalement pris fin. Qu’elle se termine n’est pas une surprise en soi, c’est la nature du choc exogène, sa rapidité et son ampleur qui le sont. L’histoire est en train de s’écrire. Mais tandis que le Covid-19 en est l’élément déclencheur, nous sommes intimement convaincus que les événements actuels ne sont pas uniquement liés à l’épidémie. Leurs causes sont beaucoup plus anciennes et cycliques.

De nombreux déséquilibres mondiaux sont apparus ces dernières années. En Chine, la dette du secteur privé est passée de seulement 4500 milliards de dollars avant la crise financière mondiale à 30.000 milliards de dollars aujourd’hui. Aux États-Unis, la position extérieure nette du pays (-11.000 milliards de dollars) est cinq fois plus importante qu’avant la crise de 2008. Enfin, les inégalités sociales ont atteint des niveaux inédits depuis les années 1920.

Les déséquilibres se sont creusés durant cette expansion, résultant de 11 années d’accumulation des risques. La politique des banques centrales, parfois trop accommodante (en 2014-17 par exemple), a contribué à alimenter une bulle des actions et à détériorer les conditions de prêt. De nombreuses économies ouvertes comme l’Allemagne ou le Japon avaient déjà ralenti avant 2020, victimes du mercantilisme et des tensions commerciales.

Cette combinaison inhabituelle d’excès de marché et de véritable fragilité économique a rendu les économies et les marchés plus vulnérables à un choc négatif. Personne ne sait prédire un choc exogène et les déclencheurs immédiats d’un krach. S’ils étaient connus, ils seraient pris en compte et il n’y aurait pas de crise.

Cette fois, l’élément déclencheur ne fait aucun doute. Une récession mondiale est à présent inévitable et pourrait être aussi grave que celle de 2008, qui avait vu le PIB américain perdre presque 4% en un an. Les spreads de crédit sont déjà en train de compenser une profonde récession.

Dans ce marché baissier, tout va plus vite, y compris la réponse politique des autorités monétaires et budgétaires. Les autorités ont tiré les leçons de 2008 sont évidemment prêtes à aller plus loin et plus rapidement. Nous allons observer un transfert de risque du secteur privé vers le secteur public, et les déficits budgétaires colossaux qui en résulteront seront financés par les banques centrales, sur fond d’augmentation des programmes de rachats d’actifs. Ce partage des risques par le secteur public est exactement ce qui a mis fin à la crise de 2008, et il est de nouveau nécessaire.

Il précise que les coûts seront cependant considérables et qu’à long terme, la question sera de savoir qui va payer. Les coûts vont-ils incomber au secteur public et se traduire par une «taxe corona» dans les années à venir, ou être supportés par le secteur privé?

Cela sera surement différent d’un pays à l’autre, selon que les gouvernements sont prêts à accepter que les entreprises les plus vulnérables fassent faillite, ou qu’ils préfèrent les en empêcher. 

Repartir après le coup d’arrêt

Nous ne savons pas encore quand l’économie mondiale va repartir. Le Covid-19 continue de se propager rapidement et le pic n’a pas encore été atteint. Tant que la fin de l’épidémie ne sera pas en vue, les marchés devraient rester extrêmement volatils. Cela dit, les marchés s’efforceront de regarder au-delà de toute cette misère et d’intégrer progressivement la bonne prime du Covid-19.

Pour résumer, les fondamentaux sont clairement mauvais. Pendant un certain temps, nous allons vivre une profonde récession et beaucoup d’incertitudes. Mais il est évident que nous sommes dans la phase de peur, de panique et de rejet. En matière de politiques de soutien, l’aide budgétaire sera supérieure à 1000 milliards de dollars dans chaque grande région économique.

*Deputy Head of Investments, Robeco





 
 
 

La Suisse pourrait compter près de 10.000 cas de coronavirus

Vendredi, 13 mars 2020

Selon l'analyste Pierre Dessemontet, le nombre de personnes affectées en Suisse par le coronavirus est beaucoup plus élevé que les chiffres officiels et approcherait les 10.000 cas.

Selon l'analyste Pierre Dessemontet, le nombre de personnes affectées en Suisse par le coronavirus se monterait plutôt à 10.000. Lui et d'autres experts appellent la...

Baisse du QI, appauvrissement du langage et ruine de la pensée

Dimanche, 17 novembre 2019 // Christophe Clavé *

L’effet de Flynn du nom de son concepteur, a prévalu jusque dans les année 1960. Son principe est que le Quotient Intellectuel (QI) moyen ne cesse d’augmenter dans la population. Or depuis les années 1980, les chercheurs en sciences cognitives semblent partager le constat d’une inversion de l’effet Flynn, et d’une baisse du QI moyen. La...

Les quatre profils de leaders incompétents les plus fréquents

Dimanche, 13 octobre 2019 // Christophe Clavé *

Dans un article de la Harvard Business Review, Scott Gregory propose 4 profils caractéristiques de leaders incompétents. L’impact d’un mauvais leader est énorme Dans le pire des cas, le leader est suffisamment mauvais pour démotiver tout le monde. Les équipes sont désengagées. Les salariés travaillent pour eux-mêmes et non pour l’entreprise....

Elections fédérales: «L’UDC devrait rester le premier parti du pays»

Dimanche, 13 octobre 2019 // Maude Bonvin

Pour le politologue Georg Lutz, la bataille se jouera entre les formations écologistes et le PDC, le 20 octobre.

«L’UDC va perdre des plumes, même s’il reste très difficile de chiffrer ses pertes», déclare le politologue, Georg Lutz. Ce parti devrait, malgré tout, rester numéro un dans un pays où les changements politiques sont modestes....

L’envolée folle de Neuvoo, le Google de l'emploi

Jeudi, 19 septembre 2019 // Stéphanie Giroud

L’entreprise Neuvoo, basée à Lausanne et Montréal, vient de lever 40 millions de francs auprès de la Caisse de dépôt et placement du Québec.

Si Neuvoo ne vous dit rien, c’est probablement que vous n’êtes pas à la recherche d’un travail. Lancée en 2011, la jeune entreprise, qui se profile comme le Google de l’emploi à ...

Vaudoise se prépare à franchir un nouveau seuil

Mercredi, 18 septembre 2019 // Philippe Rey

Ses objectifs pour 2020-22 englobent une croissance sélective, notamment en Suisse alémanique. Modernisation de l’IT en non vie pour le groupe Vaudoise présent mercredi à Investora Zurich.

Une croissance des assurances de patrimoine dans la branche non vie au-dessus de celle du marché suisse, avec un ratio combiné (taux de frais + taux de sinistres)...

Les Suisses ne préparent pas suffisamment leur retraite

Jeudi, 12 septembre 2019 // Matteo Ianni

Selon le baromètre de la prévoyance publié par Raiffeisen, les Suisses attendent trop longtemps avant de penser à leur prévoyance vieillesse. La confiance vis-à-vis du système suisse des trois piliers a continué de s’effriter.

Pour sa seconde édition, le baromètre suisse sur la prévoyance publié par Raiffeisen a donné des résultats plutôt...

Apple mise toujours sur l'iPhone

Dimanche, 8 septembre 2019

Cette année, experts et observateurs parient sur trois nouveaux modèles d'iPhone qui sera encore la vedette de la présentation Apple de mardi.

L'iPhone sera la star de la présentation Apple de mardi mais le géant californien des technologies en profitera aussi sans doute pour faire valoir son offre de services et de contenus, en pleine...

Un conseiller clients important quitte Pictet

Vendredi, 6 septembre 2019

La banque privée genevoise va devoir gérer le départ de l'un des principaux responsables pour la gestion de fortune en Europe.

Chez Pictet, l'un des principaux responsables pour la gestion de fortune en Europe serait sur le départ. Patrick Prinz aurait démissionné après plus de 17 ans passés au sein du groupe bancaire genevois, rapporte vendredi le...

Géraldine Juge: «Une entreprise c’est comme un enfant auquel on pense toute la journée»

Jeudi, 5 septembre 2019 // Marine Humbert

A la tête de Separate Ways, Géraldine Juge est la neuvième invitée de notre chronique. Les entrepreneurs s'y racontent sans filet: recette du succès, routines du dimanche, ambitions et inquiétudes. Plongée dans les coulisses de l'entrepreneuriat.

A la tête de Separate Ways depuis 2016, Géraldine Juge propose un service d’accompagnement dans...

Abionic dispose désormais d’une référence précieuse avec Genentech

Jeudi, 5 septembre 2019 // Christian Affolter

Le test rapide qualité laboratoire permettant de diagnostiquer l’asthme allergique sera développé en collaboration avec la biotech américaine membre de Roche.

La plateforme d’Abionic pour des solutions de diagnostic rapides d’une précision proche de celle obtenue en laboratoire après plusieurs heures a un nouveau partenaire de référence. Pour...

UBS bifferait plusieurs centaines de postes dans la banque d'affaires

Jeudi, 5 septembre 2019

La première banque de Suisse UBS va se restructurer. Plusieurs centaines de postes pourraient être supprimés.

Une restructuration serait dans l'air pour les activités de banque d'affaires d'UBS. Le numéro un bancaire helvétique plancherait sur un programme qui pourrait déboucher sur la suppression de plusieurs centaines d'emplois, a rapporté mercredi...

Brexit: Johnson abandonne l'obstruction au texte anti-"no deal"

Jeudi, 5 septembre 2019

Boris Johnson, le Premier ministre britannique, ne fera pas obstruction au texte législatif demandant un nouveau report du Brexit.

Après avoir perdu sa majorité à la Chambre des Communes et échoué à convoquer des élections anticipées mercredi, le Premier ministre britannique Boris Johnson a accepté jeudi matin de ne pas faire d'obstruction au texte...

AGEFI

Rafraîchir cache: Ctrl+F5 ou Wiki



...