La BCE sous pression pour livrer sa potion anti-crise

jeudi, 12.09.2019

La Banque centrale européenne se retrouve acculée à agir une fois encore jeudi, malgré ses débats internes, tant la conjoncture demeure fragile en zone euro.

Draghi devrait préparer une transition en douceur avec la Française Christine Lagarde.(Keystone)

La Banque centrale européenne a beau soutenir énergiquement l'économie depuis des années, la conjoncture fragie en zone euro la pousse à annoncer des mesures fortes.

Baisse de taux, nouveaux rachats de dettes publiques et privées, système de taux dégressif et prêts géants pour soulager la banque: l'institut pourrait annoncer pas moins de quatre mesures simultanément, soit un "paquet" guetté tout l'été par les marchés financiers.

Il y a six semaines, Mario Draghi, le président italien de l'institut monétaire, avait jugé nécessaire de garder un "degré significatif de stimulus monétaire" face au coup de froid conjoncturel, surtout perceptible en Allemagne, sur fond de guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis.

Le climat ne s'est pas amélioré depuis, aussi l'institut "n'hésitera pas à annoncer des mesures fortes", prédit Eric Bourguignon, dirigeant chez Swiss Life Asset Management, même si les marges de manoeuvre de la BCE ont été rongées par des années de soutien à l'économie.

D'autant qu'avant d'achever fin octobre ses huit ans de mandat, M. Draghi devrait préparer une transition en douceur avec la directrice sortante du Fonds monétaire international, la Française Christine Lagarde.

Contrarier Trump

Si la BCE "devait décevoir en septembre, il lui faudrait en faire davantage plus tard, avec des chances de réussite réduites", explique d'ailleurs Frédéric Ducrozet, stratégiste chez Pictet Wealth Management.

Même si l'institut livre dès jeudi le cocktail attendu, les réactions pourraient être vives: en pesant sur le cours de l'euro face au dollar, de telles mesures "pourraient être perçues par le président des États-Unis comme un comportement anticoncurrentiel de la BCE", selon Chiara Zangarelli, économiste à la banque Nomura.

Et le risque n'est pas seulement de déclencher sur Twitter les foudres de Donald Trump, mais surtout de voir son administration "centrer ses efforts sur les tarifs douaniers" frappant les importations d'automobiles, un dossier reporté à novembre par Washington et qui menace particulièrement les constructeurs allemands.

Quoi qu'il arrive, la BCE devra surmonter les dissensions nées cet été au sein de son Conseil des gouverneurs, divisé sur l'opportunité de sortir maintenant le grand jeu monétaire.

L'institut francfortois pourra s'appuyer sur de nouvelles prévisions économiques, alors que celles de juin tablaient sur une inflation de 1,3% dans la zone euro en 2019 et 1,6% à l'horizon 2021, encore loin de l'objectif de la BCE "proche de 2%" à moyen terme.

Au minimum, la BCE devrait laisser son taux de refinancement des banques à zéro, et il est acquis pour les observateurs qu'elle va abaisser celui sur les dépôts.
Compromis sur les achats de dette ?

Déjà négatif de 0,40%, il revient à taxer les banques pour les liquidités qu'elles choisissent de confier à la Banque centrale plutôt que de les prêter aux entreprises et aux ménages.
En parallèle pourrait être annoncé un système de taux par paliers pour alléger la charge d'intérêt pesant pour plus de 7 milliards par an sur les banques.

Mais le plus délicat sera de relancer les achats de dette, le fameux "Quantitative Easing" ou "QE" mis en sommeil fin 2018. Plusieurs banquiers centraux, notamment l'Allemand Jens Weidmann et le Néerlandais Klaas Knot, s'y sont publiquement opposés.

"Une enveloppe totale de 600 milliards d'euros serait justifiée aujourd'hui", juge cependant Frederik Ducrozet, mais les débats internes à la BCE "suggèrent d'en faire moins".

L'institut va en outre confirmer la nouvelle vague à compter du 19 septembre de prêts géants aux banques, alloués à des conditions préférentielles, pour stimuler la distribution de crédit dans l'économie.

Enfin, la BCE pourrait ajuster la communication sur ses intentions, destinée à piloter les attentes des investisseurs pour éviter toute embardée sur les marchés et préserver sa crédibilité.(awp)





 
 
 

Managers égocentriques: bonne nouvelle, certains peuvent être soignés!

Mardi, 15 octobre 2019 // Nathalie Brodard*

Vous l’avez certainement croisé, star des stars, ce baron, qui d’un jour à l’autre devient manager. Excellent dans son  activité, il a envie d’autre chose. Par peur de perdre sa star, l’employeur va alors aller dans sa direction. Le baron devient un manager capricieux, un petit chef autoritaire, sans empathie pour ses subordonnés, sans...

Les familles suisses rêvent toujours de posséder une maison

Mardi, 15 octobre 2019

Près des trois quarts des familles actuellement en location envisagent d'acquérir un logement dans les dix prochaines années, selon une étude.

Malgré les prix d'achat souvent élevés, les Suisses rêvent de devenir propriétaires. Selon une étude publiée par Swiss Life mardi, près des trois quarts des familles actuellement en location envisagent...

Les quatre profils de leaders incompétents les plus fréquents

Dimanche, 13 octobre 2019 // Christophe Clavé *

Dans un article de la Harvard Business Review, Scott Gregory propose 4 profils caractéristiques de leaders incompétents. L’impact d’un mauvais leader est énorme Dans le pire des cas, le leader est suffisamment mauvais pour démotiver tout le monde. Les équipes sont désengagées. Les salariés travaillent pour eux-mêmes et non pour l’entreprise....

Elections fédérales: «L’UDC devrait rester le premier parti du pays»

Dimanche, 13 octobre 2019 // Maude Bonvin

Pour le politologue Georg Lutz, la bataille se jouera entre les formations écologistes et le PDC, le 20 octobre.

«L’UDC va perdre des plumes, même s’il reste très difficile de chiffrer ses pertes», déclare le politologue, Georg Lutz. Ce parti devrait, malgré tout, rester numéro un dans un pays où les changements politiques sont modestes....

L’envolée folle de Neuvoo, le Google de l'emploi

Jeudi, 19 septembre 2019 // Stéphanie Giroud

L’entreprise Neuvoo, basée à Lausanne et Montréal, vient de lever 40 millions de francs auprès de la Caisse de dépôt et placement du Québec.

Si Neuvoo ne vous dit rien, c’est probablement que vous n’êtes pas à la recherche d’un travail. Lancée en 2011, la jeune entreprise, qui se profile comme le Google de l’emploi à ...

Vaudoise se prépare à franchir un nouveau seuil

Mercredi, 18 septembre 2019 // Philippe Rey

Ses objectifs pour 2020-22 englobent une croissance sélective, notamment en Suisse alémanique. Modernisation de l’IT en non vie pour le groupe Vaudoise présent mercredi à Investora Zurich.

Une croissance des assurances de patrimoine dans la branche non vie au-dessus de celle du marché suisse, avec un ratio combiné (taux de frais + taux de sinistres)...

Les Suisses ne préparent pas suffisamment leur retraite

Jeudi, 12 septembre 2019 // Matteo Ianni

Selon le baromètre de la prévoyance publié par Raiffeisen, les Suisses attendent trop longtemps avant de penser à leur prévoyance vieillesse. La confiance vis-à-vis du système suisse des trois piliers a continué de s’effriter.

Pour sa seconde édition, le baromètre suisse sur la prévoyance publié par Raiffeisen a donné des résultats plutôt...

Apple mise toujours sur l'iPhone

Dimanche, 8 septembre 2019

Cette année, experts et observateurs parient sur trois nouveaux modèles d'iPhone qui sera encore la vedette de la présentation Apple de mardi.

L'iPhone sera la star de la présentation Apple de mardi mais le géant californien des technologies en profitera aussi sans doute pour faire valoir son offre de services et de contenus, en pleine...

Un conseiller clients important quitte Pictet

Vendredi, 6 septembre 2019

La banque privée genevoise va devoir gérer le départ de l'un des principaux responsables pour la gestion de fortune en Europe.

Chez Pictet, l'un des principaux responsables pour la gestion de fortune en Europe serait sur le départ. Patrick Prinz aurait démissionné après plus de 17 ans passés au sein du groupe bancaire genevois, rapporte vendredi le...

Géraldine Juge: «Une entreprise c’est comme un enfant auquel on pense toute la journée»

Jeudi, 5 septembre 2019 // Marine Humbert

A la tête de Separate Ways, Géraldine Juge est la neuvième invitée de notre chronique. Les entrepreneurs s'y racontent sans filet: recette du succès, routines du dimanche, ambitions et inquiétudes. Plongée dans les coulisses de l'entrepreneuriat.

A la tête de Separate Ways depuis 2016, Géraldine Juge propose un service d’accompagnement dans...

Abionic dispose désormais d’une référence précieuse avec Genentech

Jeudi, 5 septembre 2019 // Christian Affolter

Le test rapide qualité laboratoire permettant de diagnostiquer l’asthme allergique sera développé en collaboration avec la biotech américaine membre de Roche.

La plateforme d’Abionic pour des solutions de diagnostic rapides d’une précision proche de celle obtenue en laboratoire après plusieurs heures a un nouveau partenaire de référence. Pour...

UBS bifferait plusieurs centaines de postes dans la banque d'affaires

Jeudi, 5 septembre 2019

La première banque de Suisse UBS va se restructurer. Plusieurs centaines de postes pourraient être supprimés.

Une restructuration serait dans l'air pour les activités de banque d'affaires d'UBS. Le numéro un bancaire helvétique plancherait sur un programme qui pourrait déboucher sur la suppression de plusieurs centaines d'emplois, a rapporté mercredi...

Brexit: Johnson abandonne l'obstruction au texte anti-"no deal"

Jeudi, 5 septembre 2019

Boris Johnson, le Premier ministre britannique, ne fera pas obstruction au texte législatif demandant un nouveau report du Brexit.

Après avoir perdu sa majorité à la Chambre des Communes et échoué à convoquer des élections anticipées mercredi, le Premier ministre britannique Boris Johnson a accepté jeudi matin de ne pas faire d'obstruction au texte...

AGEFI

Rafraîchir cache: Ctrl+F5 ou Wiki




...