Comment éviter le greenwashing?

lundi, 03.06.2019

Investissement durable. Avec l’augmentation croissante de nouveaux fonds durables, cette question revient de plus en plus souvent, notamment dans les médias.

Masja Zandbergen*

Les labels ISR se multiplient tandis que l’UE est en train de mettre au point un écolabel. Si par le passé un fonds était simplement labellisé (socialement) responsable ou non, aujourd’hui le marché fait la distinction entre différentes manières de mettre en œuvre la durabilité. Les stratégies qui se contentent d’appliquer des exclusions et qui restent labellisées durables ne devraient plus exister. Investir durablement ne se limite pas à acheter un ensemble de scores ESG que l’on applique à un portefeuille. C’est beaucoup plus que cela et bien plus complexe.

Il existe très clairement des secteurs que les investisseurs durables veulent éviter, tels que le tabac, les armes, le non-respect des droits de l’homme et certains types d’énergies fossiles comme le charbon thermique. D’autres secteurs sont moins évidents. Les énergies fossiles traditionnelles, par exemple, contribuent fortement au réchauffement climatique. Or, elles font toujours l’objet d’une forte demande et d’une forte consommation. Certains estiment que les producteurs d’énergie font à la fois partie du problème et de la solution. D’autres veulent simplement les éviter. La question est donc de savoir s’il n’est pas plus judicieux d’investir dans ces sociétés et de dialoguer avec elles pour susciter le changement que de les éviter.

Une approche intégrée

Une stratégie n’est durable que si elle est également pérenne sur le plan financier. Une approche intégrée est donc importante. Comment les tendances ESG à long terme et les coûts externes tels que le changement climatique, la perte de biodiversité et la montée des inégalités modifient-ils les modèles économiques? Investir dans les ESG ne consiste plus à réduire un univers d’investissement aux valeurs qui obtiennent les meilleurs scores. Cela suppose de s’interroger sur le développement durable et la façon dont il affecte les entreprises et les stratégies d’investissement. L’intégration structurelle des critères ESG dans le processus d’investissement aide donc les équipes d’investissement à prendre des décisions plus éclairées. Mais tout cela nécessite des ressources et des recherches dédiées. Si vous demandez à une équipe d’investissement d’ajouter les critères ESG à son processus, vous devez lui fournir les ressources et connaissances qui lui permettront de le faire. La plupart du temps, les investisseurs ne les auront pas acquises à l’université ou durant leurs formations. Étant donné qu’il existe aussi de nombreuses données sur les critères ESG, il est très important de pouvoir comprendre et apprécier ces données.

Actionnariat actif

L’actionnariat actif est une autre façon d’intégrer la durabilité amis il est nécessaire de disposer de ressources importantes pour le faire de manière crédible. Le comportement en matière de vote est également intéressant. Les études montrent que certains des principaux investisseurs (passifs) votent presque toujours sur recommandation de la direction, même lorsqu’il s’agit de propositions d’actionnaires liées aux questions environnementales et sociales. Cela jette un doute sur la crédibilité du gérant. Par ailleurs, nous observons que les propositions environnementales et sociales des actionnaires deviennent mieux formulées et davantage en ligne avec la création de valeur actionnariale à long terme.

Passer de la parole aux actes

Voilà ce qui m’amène à mon point principal: passer de la parole aux actes. Quelle est la crédibilité d’un gérant d’actifs qui offre quelques très bons fonds d’investissement durable mais qui ne s’engage pas dans ses autres produits ou ses propres opérations, comme l’indique l’attitude de vote évoquée ci-dessus? Les clients devraient poser de nombreuses questions pour tester la crédibilité du gérant. À cet égard, le guide de sélection des gérants rédigé par les PRI «Asset Owners manager selection guide» est une autre ressource intéressante.

Finalement, les labels peuvent fournir des recommandations utiles et une manière d’identifier un fonds, ce qui est une bonne chose pour les investisseurs particuliers. Cependant, les labels actuels diffèrent dans leurs approches elles-mêmes très différentes.

En France, le Label ISR se concentre davantage sur la stratégie d’investissement, son processus et sa transparence. Il fait l’objet d’une vérification externe, ce qui signifie que vous devez vraiment prouver que vous possédez les bons processus, données et procédures pour l’obtenir.

Le Label Belge est plus prescriptif, notamment en ce qui concerne les secteurs dans lesquels ne pas investir. Mais cela laisse tout de même une grande marge de manœuvre, et les gérants d’actifs doivent toujours effectuer leurs propres recherches. Si vous devez exclure un producteur d’électricité qui ne respecte pas l’accord de Paris, comment procédez-vous?

Ainsi, même avec les labels, il y a toujours sujet à débat. La transparence est très importante. Qu’un fonds soit étiqueté durable, responsable ou autre, les gérants d’actifs doivent clairement montrer ce qui fait partie et ce qui est exclu de la stratégie de ce fonds.

*Responsable de l’intégration ESG, Robeco





 
 
 

Apple mise toujours sur l'iPhone

Dimanche, 8 septembre 2019

Cette année, experts et observateurs parient sur trois nouveaux modèles d'iPhone qui sera encore la vedette de la présentation Apple de mardi.

L'iPhone sera la star de la présentation Apple de mardi mais le géant californien des technologies en profitera aussi sans doute pour faire valoir son offre de services et de contenus, en pleine...

Un conseiller clients important quitte Pictet

Vendredi, 6 septembre 2019

La banque privée genevoise va devoir gérer le départ de l'un des principaux responsables pour la gestion de fortune en Europe.

Chez Pictet, l'un des principaux responsables pour la gestion de fortune en Europe serait sur le départ. Patrick Prinz aurait démissionné après plus de 17 ans passés au sein du groupe bancaire genevois, rapporte vendredi le...

Géraldine Juge: «Une entreprise c’est comme un enfant auquel on pense toute la journée»

Jeudi, 5 septembre 2019 // Marine Humbert

A la tête de Separate Ways, Géraldine Juge est la neuvième invitée de notre chronique. Les entrepreneurs s'y racontent sans filet: recette du succès, routines du dimanche, ambitions et inquiétudes. Plongée dans les coulisses de l'entrepreneuriat.

A la tête de Separate Ways depuis 2016, Géraldine Juge propose un service d’accompagnement dans...

Abionic dispose désormais d’une référence précieuse avec Genentech

Jeudi, 5 septembre 2019 // Christian Affolter

Le test rapide qualité laboratoire permettant de diagnostiquer l’asthme allergique sera développé en collaboration avec la biotech américaine membre de Roche.

La plateforme d’Abionic pour des solutions de diagnostic rapides d’une précision proche de celle obtenue en laboratoire après plusieurs heures a un nouveau partenaire de référence. Pour...

UBS bifferait plusieurs centaines de postes dans la banque d'affaires

Jeudi, 5 septembre 2019

La première banque de Suisse UBS va se restructurer. Plusieurs centaines de postes pourraient être supprimés.

Une restructuration serait dans l'air pour les activités de banque d'affaires d'UBS. Le numéro un bancaire helvétique plancherait sur un programme qui pourrait déboucher sur la suppression de plusieurs centaines d'emplois, a rapporté mercredi...

Brexit: Johnson abandonne l'obstruction au texte anti-"no deal"

Jeudi, 5 septembre 2019

Boris Johnson, le Premier ministre britannique, ne fera pas obstruction au texte législatif demandant un nouveau report du Brexit.

Après avoir perdu sa majorité à la Chambre des Communes et échoué à convoquer des élections anticipées mercredi, le Premier ministre britannique Boris Johnson a accepté jeudi matin de ne pas faire d'obstruction au texte...

Les start-up vaudoises élues meilleures de Suisse

Mercredi, 4 septembre 2019 // Matteo Ianni

Flyability et Lunaphore terminent respectivement à la première et deuxième place du classement des 100 meilleures start-up nationales. Le dernier succès romand au Swiss Start-up Award remontait à 2016. Parmi les dix premiers, Vaud est représenté quatre fois.

Chaque année depuis neuf ans, le classement des 100 start-up les plus prometteuses de Suisse...

AGEFI

Rafraîchir cache: Ctrl+F5 ou Wiki



...