Après l’apparition du coronavirus, que penser des marchés émergents?

mardi, 17.03.2020

Gestion de fortune. Au début de l’année, les gestionnaires d’actifs étaient prêts à adopter une attitude favorable vis-à-vis des marchés émergents, et cet optimisme semblait bien placé.

Mathieu Saint-Cyr* Alain Chevée**

Mathieu Saint-Cyr et Alain Chevée

Les actions des marchés émergents ont terminé l’année 2019 sur une note positive avec une hausse de 18,4% en dollars américains. 

À ce moment-là, la plupart des prévisions s’accordaient sur le fait que le dollar allait s’affaiblir et, les banques centrales étant de plus en plus réticentes à réduire les taux d’intérêt, que la croissance des marchés développés allait ralentir, rendant les marchés émergents encore plus attrayants.

Aujourd’hui, avec l’apparition du coronavirus qui a provoqué des perturbations majeures de l’activité économique en Chine et sur d’autres marchés asiatiques, il est intéressant de voir s’il y a encore des raisons pour les investisseurs de rester positifs à l’égard des marchés émergents.

Un début d’année difficile

Il ne fait aucun doute que l’épidémie de coronavirus sera douloureuse à court terme pour ­certains marchés émergents. Et le fait qu’une grande partie de l’activité économique de la deuxième économie mondiale ait fermé ses portes ne peut que le garantir.

À l’heure actuelle, il semble que l’impact pourrait encore se dissiper avant l’été. 

Malgré la gravité de l’épidémie, il est possible, mais pas garanti, qu’elle sera contenue d’ici quelques mois et que les industries touchées reviendront à la normale. Cela libérerait à son tour les flux de capitaux et permettrait un retour au scénario envisagé au début de l’année. De même, les produits de base des marchés émergents devraient connaître un rebond lorsque la situation se stabilisera. 

Dans ces circonstances, les actifs des marchés émergents pourraient bien être la meilleure option disponible à l’heure actuelle.

Les craintes que le virus ne freine la croissance mondiale ont fait baisser les rendements des obligations du Trésor, tandis que des années de politiques «d’argent facile» de la part des banques centrales ont rendu la chasse aux rendements élevés plus difficile que jamais. 

Dans ce contexte, la dette des marchés émergents continue de surpasser les autres catégories d’actifs et il n’est donc pas étonnant qu’au début du mois de février les flux vers les fonds de dette des marchés émergents s’élevaient à environ 10 milliards de dollars américains.

Une fois que la crise autour du Coronavirus se sera calmée, certains actifs des marchés émergents pourraient même connaître des rendements supérieurs à ceux prévus au début de l’année. Par ailleurs, si les banques centrales réagissent au virus par des plans de relance, il pourrait y avoir un rallye «suralimenté» pour les monnaies locales. La Thaïlande, Singapour et les Philippines ont en effet déjà réduit leurs taux ou ont exprimé leur volonté de le faire.

Au-delà de la crise

En dehors de l’incertitude causée par l’épidémie de coronavirus, les perspectives pour les marchés émergents restent donc fortes. Et même si JP Morgan prévoit que la croissance chinoise continuera à ralentir, la société pense que d’autres marchés compenseront cette décélération. En conséquence, la croissance des marchés émergents pourrait s’accélérer, passant de 4,1% en 2019 à 4,3% en 2020.

Les monnaies émergentes fortes, quant à elles, sont prêtes à offrir des rendements d’environ 8%, avec un chiffre plus proche de 11% pour la monnaie locale. En outre, puisque aucun signe d’amélioration du scénario de faible croissance des pays développés n’est perceptible dans un avenir proche, la prime de croissance des marchés émergents continuera de s’accroître pendant le reste de l’année 2020. 

L’élément essentiel de cette prime réside dans le fait que les marchés émergents sont aujourd’hui plus résistants qu’ils ne l’étaient autrefois grâce à des exportations de plus en plus sophistiquées et à des niveaux toujours plus élevés d’échanges intra-marchés émergents.

Avertissement de la croissance 

Il y a, cependant, une mise en garde à ne pas ignorer. Si la croissance mondiale se détériore suffisamment en raison de la baisse des bénéfices des entreprises, les investisseurs pourraient se replier sur la sécurité relative du dollar, et donc délaisser les économies émergentes. Une autre possibilité pourrait être l’augmentation des défaillances d’entreprises en raison d’un manque de liquidités. Il convient de rappeler que les réserves de liquidité des entreprises sont souvent comprises entre un et deux mois seulement.

Avec les élections américaines de novembre en vue et le désir d’une reprise rapide après la crise du coronavirus, les États-Unis et la Chine seront contraints de jouer franc jeu, ce qui améliorera encore les perspectives des économies émergentes.

*Managing Director, Head of Asset Management, Geneva Management Group

**Director, Geneva Management Group





 
 
 

La Suisse pourrait compter près de 10.000 cas de coronavirus

Vendredi, 13 mars 2020

Selon l'analyste Pierre Dessemontet, le nombre de personnes affectées en Suisse par le coronavirus est beaucoup plus élevé que les chiffres officiels et approcherait les 10.000 cas.

Selon l'analyste Pierre Dessemontet, le nombre de personnes affectées en Suisse par le coronavirus se monterait plutôt à 10.000. Lui et d'autres experts appellent la...

Baisse du QI, appauvrissement du langage et ruine de la pensée

Dimanche, 17 novembre 2019 // Christophe Clavé *

L’effet de Flynn du nom de son concepteur, a prévalu jusque dans les année 1960. Son principe est que le Quotient Intellectuel (QI) moyen ne cesse d’augmenter dans la population. Or depuis les années 1980, les chercheurs en sciences cognitives semblent partager le constat d’une inversion de l’effet Flynn, et d’une baisse du QI moyen. La...

Les quatre profils de leaders incompétents les plus fréquents

Dimanche, 13 octobre 2019 // Christophe Clavé *

Dans un article de la Harvard Business Review, Scott Gregory propose 4 profils caractéristiques de leaders incompétents. L’impact d’un mauvais leader est énorme Dans le pire des cas, le leader est suffisamment mauvais pour démotiver tout le monde. Les équipes sont désengagées. Les salariés travaillent pour eux-mêmes et non pour l’entreprise....

Elections fédérales: «L’UDC devrait rester le premier parti du pays»

Dimanche, 13 octobre 2019 // Maude Bonvin

Pour le politologue Georg Lutz, la bataille se jouera entre les formations écologistes et le PDC, le 20 octobre.

«L’UDC va perdre des plumes, même s’il reste très difficile de chiffrer ses pertes», déclare le politologue, Georg Lutz. Ce parti devrait, malgré tout, rester numéro un dans un pays où les changements politiques sont modestes....

L’envolée folle de Neuvoo, le Google de l'emploi

Jeudi, 19 septembre 2019 // Stéphanie Giroud

L’entreprise Neuvoo, basée à Lausanne et Montréal, vient de lever 40 millions de francs auprès de la Caisse de dépôt et placement du Québec.

Si Neuvoo ne vous dit rien, c’est probablement que vous n’êtes pas à la recherche d’un travail. Lancée en 2011, la jeune entreprise, qui se profile comme le Google de l’emploi à ...

Vaudoise se prépare à franchir un nouveau seuil

Mercredi, 18 septembre 2019 // Philippe Rey

Ses objectifs pour 2020-22 englobent une croissance sélective, notamment en Suisse alémanique. Modernisation de l’IT en non vie pour le groupe Vaudoise présent mercredi à Investora Zurich.

Une croissance des assurances de patrimoine dans la branche non vie au-dessus de celle du marché suisse, avec un ratio combiné (taux de frais + taux de sinistres)...

Les Suisses ne préparent pas suffisamment leur retraite

Jeudi, 12 septembre 2019 // Matteo Ianni

Selon le baromètre de la prévoyance publié par Raiffeisen, les Suisses attendent trop longtemps avant de penser à leur prévoyance vieillesse. La confiance vis-à-vis du système suisse des trois piliers a continué de s’effriter.

Pour sa seconde édition, le baromètre suisse sur la prévoyance publié par Raiffeisen a donné des résultats plutôt...

Apple mise toujours sur l'iPhone

Dimanche, 8 septembre 2019

Cette année, experts et observateurs parient sur trois nouveaux modèles d'iPhone qui sera encore la vedette de la présentation Apple de mardi.

L'iPhone sera la star de la présentation Apple de mardi mais le géant californien des technologies en profitera aussi sans doute pour faire valoir son offre de services et de contenus, en pleine...

Un conseiller clients important quitte Pictet

Vendredi, 6 septembre 2019

La banque privée genevoise va devoir gérer le départ de l'un des principaux responsables pour la gestion de fortune en Europe.

Chez Pictet, l'un des principaux responsables pour la gestion de fortune en Europe serait sur le départ. Patrick Prinz aurait démissionné après plus de 17 ans passés au sein du groupe bancaire genevois, rapporte vendredi le...

Géraldine Juge: «Une entreprise c’est comme un enfant auquel on pense toute la journée»

Jeudi, 5 septembre 2019 // Marine Humbert

A la tête de Separate Ways, Géraldine Juge est la neuvième invitée de notre chronique. Les entrepreneurs s'y racontent sans filet: recette du succès, routines du dimanche, ambitions et inquiétudes. Plongée dans les coulisses de l'entrepreneuriat.

A la tête de Separate Ways depuis 2016, Géraldine Juge propose un service d’accompagnement dans...

Abionic dispose désormais d’une référence précieuse avec Genentech

Jeudi, 5 septembre 2019 // Christian Affolter

Le test rapide qualité laboratoire permettant de diagnostiquer l’asthme allergique sera développé en collaboration avec la biotech américaine membre de Roche.

La plateforme d’Abionic pour des solutions de diagnostic rapides d’une précision proche de celle obtenue en laboratoire après plusieurs heures a un nouveau partenaire de référence. Pour...

UBS bifferait plusieurs centaines de postes dans la banque d'affaires

Jeudi, 5 septembre 2019

La première banque de Suisse UBS va se restructurer. Plusieurs centaines de postes pourraient être supprimés.

Une restructuration serait dans l'air pour les activités de banque d'affaires d'UBS. Le numéro un bancaire helvétique plancherait sur un programme qui pourrait déboucher sur la suppression de plusieurs centaines d'emplois, a rapporté mercredi...

Brexit: Johnson abandonne l'obstruction au texte anti-"no deal"

Jeudi, 5 septembre 2019

Boris Johnson, le Premier ministre britannique, ne fera pas obstruction au texte législatif demandant un nouveau report du Brexit.

Après avoir perdu sa majorité à la Chambre des Communes et échoué à convoquer des élections anticipées mercredi, le Premier ministre britannique Boris Johnson a accepté jeudi matin de ne pas faire d'obstruction au texte...

AGEFI

Rafraîchir cache: Ctrl+F5 ou Wiki



...