ESG: fort potentiel de l'obligataire émergent

lundi, 27.05.2019

Karine Jesiolowski*

Karine Jesiolowski, Head of Responsible Investment Asset Management, Union Bancaire Privée (UBP).

L’année 2018 a été placée sous le signe de la volatilité, avec la hausse des taux américains, l’appréciation du dollar, les craintes d’un ralentissement de la croissance mondiale, la baisse des prix des matières premières et les tensions commerciales. Ces facteurs, couplés à des crises comme en Turquie, ont pesé sur les marchés émergents. Cependant, malgré cet environnement agité, les obligations d’entreprises («corporate») émergentes n’ont cédé que 1,7%, et le segment «investment-grade» (plus sûr) que 0,7%, signe de sa capacité de résistance.

2019 a débuté sur une note plus positive, avec des afflux de plus d’USD 40 milliards sur l’ensemble des obligations émergentes. Les investisseurs ont pris conscience de l’attractivité des rendements de l’univers émergent et de la vigueur des fondamentaux du marché. Les obligations corporate émergentes ont gagné 6,2% sur les quatre premiers mois de l’année. Cette dynamique devrait se poursuivre, même si la performance devrait être portée davantage par le carry (portage) que par un resserrement significatif des spreads sur le reste de l’année. La sélectivité restera cruciale, et un processus de sélection ESG peut être la clé.

A l’instar des marchés développés, les émergents recèlent de bonnes et de mauvaises sociétés. Toutes les entreprises n’ont pas encore adopté de solides pratiques ESG mais des progrès notables ont été observés ces dernières années et c’est cela qui importe. Les sociétés émergentes sont de plus en plus conscientes de la nécessité d’améliorer leurs normes ESG en vue de générer une croissance opérationnelle durable.

Lorsqu’elles émettent des titres sur les marchés en devises fortes (USD, EUR, etc.), les entreprises émergentes doivent être compétitives par rapport aux émetteurs développés pour susciter l’attrait des investisseurs. Tout comme, autrefois, les investisseurs exigeaient d’elles des standards de reporting internationaux, ils leur demandent aujourd’hui davantage de transparence sur les données non financières, ce qui est positif car cette prise de conscience croissante se traduit progressivement par des pratiques plus responsables. 

Par ailleurs, la lutte contre le changement climatique prend une place grandissante dans nombre de ces pays. C’est le cas de la Chine avec son plan antipollution ou encore de l’Inde avec son focus sur l’énergie solaire. Ces tendances ont un impact direct sur ces économies et ne peuvent donc être ignorées. Enfin, un profond changement s’opère aussi du côté des investisseurs domestiques. La part des Millennials parmi les investisseurs ne cesse de croître et cette génération en appelle à des pratiques plus responsables. Les entreprises émergentes savent qu’elles doivent s’adapter à ces tendances.

Un strict processus de sélection ESG peut aussi permettre d’éviter des sociétés comme Vale, qui a vu la rupture d’un barrage minier en janvier, causant la mort de plus de 230 personnes.

Sur le long terme, les solutions en émetteurs «corporate» émergents axés sur l’investissement responsable devraient aider à éviter le risque d’événement extrême («tail risk») et ainsi générer une plus forte performance ajustée du risque, tout en contribuant à inciter les sociétés émergentes à améliorer leurs pratiques ESG et à réduire leurs émissions carbone. D’après le dernier rapport de la Global Sustainable Investment Alliance, les actifs investis selon une approche durable ont crû de 34% entre 2016 et 2018, et cette tendance devrait se poursuivre.

En effet, l’investissement responsable est perçu de plus en plus comme faisant partie intégrante de l’obligation fiduciaire, et une part croissante des investisseurs cherchent à investir selon les valeurs qui leur sont chères. Ces derniers devraient ainsi être confiants dans le fait qu’il existe véritablement des sociétés responsables via lesquelles investir sur les marchés émergents.

* Head of Responsible Investment Asset Management, Union Bancaire Privée (UBP)





 
 
 

Des chercheurs de l'EPFZ impriment des valves cardiaques en 3D

Mardi, 23 juillet 2019

Les premières valves cardiaques en silicone ont été créées. Il faudra attendre 10 ans avant de les utiliser.

Des chercheurs de l'EPFZ et de l'entreprise sud-africaine SAT ont créé des valves cardiaques en silicone avec une imprimante 3D. Relativement bon marché et pouvant être conçues sur mesure, elles ne seront toutefois pas utilisées...

Nouvelle loi sur les faillites: données personnelles oubliées

Mardi, 9 juillet 2019 // Maude Bonvin

La nouvelle législation sur les faillites donne trop de pouvoir aux fournisseurs d’accès au cloud.

C’est une révision de loi qui est passée quasiment inaperçue mais qui pourrait avoir de grandes conséquences sur nos données personnelles et celles des entreprises. Le Conseil fédéral veut, en effet, davantage réglementer le cloud. Actuellement,...

Les solutions de tri sélectif de Greenoffice conquièrent les bureaux tout autour du globe

Mardi, 9 juillet 2019 // Sophie Marenne

L’entreprise française Greenoffice a construit sa stratégie d’expansion internationale en s’appuyant sur la Suisse. Après Genève, Bâle et Zurich, elle vient de s’implanter à Lausanne.

Greenoffice a réussi à transformer un objet jusqu’alors dissimulé en un élément de décor tendance: la poubelle. Orientée grands comptes, la...

Décès de Valérie Boagno, ancienne directrice du Temps

Lundi, 8 juillet 2019

Valérie Boagno, qui a dirigé le Temps de 2010 à 2014, est décédée vendredi à l'âge de 54 ans.

Ancienne directrice du Temps, Valérie Boagno est décédée vendredi dernier à l'âge de 54 ans des suites d'une maladie. Elle avait dirigé le quotidien de 2010 à 2014, rappelle lundi le journal en lui rendant hommage. "Elle laissera l'image d'une...

Vers un retour de Bank of China à Genève

Lundi, 8 juillet 2019 // Elsa Floret

De retour de Pékin, le conseiller d'Etat en charge de l'économie, Pierre Maudet annonce notamment un partenariat avec une plateforme d’innovation et l'imminente implantation de Bank of China à Genève.

S’il reste difficile de quantifier arithmétiquement les dividendes commerciaux réels des déplacements comme ceux de cette délégation économique...


...