Comment contribuer à réaliser les 17 objectifs de l'ONU?

lundi, 27.05.2019

Jean-François Beausoleil* Cyril Meury**

Jean-François Beausoleil, directeur régional, UBS Genève.

«Nous sommes la première génération à faire face à toute l’étendue des problèmes de notre planète. Et nous sommes la dernière à pouvoir agir à titre préventif»: la façon dont une récente étude d’UBS a résumé la situation est éloquente – il est minuit moins une. Autrement dit: il est urgent d’agir. 

L’affaire de toutes et de tous

C’est dans ce but qu’en 2015, le Sommet des Nations unies sur le développement durable a défini dix-sept objectifs à atteindre au niveau mondial d’ici à 2030 (ils figurent en détail en pied de page). Leur but: une planète en meilleure santé. Et un monde meilleur pour tous. Mais que peut faire chacun à son niveau pour atteindre ces objectifs? Et que peut faire un établissement bancaire pour concrétiser ces objectifs?

Car pour atteindre l’intégralité des dix-sept ambitions énoncées dans le plan 2030, il est crucial que toutes les bonnes volontés s’allient et s’unissent. Non seulement les responsables politiques, mais aussi les dirigeants économiques se doivent d’agir. Et, au final, toute la population. 

Lutter contre la pauvreté

Premier objectif: mettre fin à la pauvreté sous toutes ses formes et partout dans le monde. Selon la Banque mondiale, plus de 800 millions de personnes vivent au-dessous du seuil de pauvreté, autrement dit avec moins de 1,25 dollar américain par jour. Environ 70% des personnes concernées sont des femmes. 

Dans les pays les plus pauvres, c’est aujourd’hui encore une question de vie ou de mort. Pour obtenir ces améliorations, il faut mettre en place des systèmes de protection sociale adaptés aux besoins des différents pays, ainsi qu’une protection de base pour tous. Il convient en outre d’encourager les stratégies de développement orientées vers la pauvreté et l’égalité entre les sexes. Pour que l’argent soit affecté plus rapidement au traitement des problèmes.

Protéger les océans

Les autres points au programme ne sont pas moins urgents. L’objectif n°14, par exemple, appelle à réduire drastiquement tous les types de pollution dans les mers. Il vise aussi à ramener l’acidification des océans au niveau minimum d’ici à 2025. Dans un avenir presque immédiat, dès 2020, les écosystèmes marins et côtiers devront être gérés et protégés de façon durable. 

La pêche devra aussi avoir été régulée d’ici là. Afin d’endiguer la surexploitation des ressources halieutiques, l’objectif prévu est de mettre fin aux activités de pêche illégales et non régulées ainsi qu’aux pratiques destructrices d’ici à la fin de l’an prochain. De plus, il est prévu d’interdire certaines formes de subventionnement de la pêche.

Mettre fin au déboisement effréné

Les problèmes ne sont pas moins aigus sur les terres. La biodiversité ne cesse de reculer et les surfaces forestières disparaissent à une vitesse effrénée. L’objectif n°15 appelle par conséquent, dès l’année prochaine, à mettre un terme au déboisement et à rétablir les forêts mises à mal. La reforestation doit prendre beaucoup plus d’ampleur au niveau mondial. 

La désertification est un autre problème majeur. L’objectif vise à assainir, à un horizon de dix ans, les surfaces concernées ou touchées par la sécheresse ou par les inondations. Dans le cadre de la protection des espèces, l’objectif n°15 exige encore des mesures mettant fin au braconnage et au commerce des espèces animales et végétales protégées.

Chacun à son niveau

Certains esprits un peu chagrins rétorqueront qu’il est facile de prêcher la bonne parole, surtout quand les attentes exprimées visent d’autres que soi. Ils n’ont pas complètement tort. Chacun doit prendre ses responsabilités. 

Dans le secteur bancaire, UBS s’est engagée, comme société, en inscrivant sa participation au plan 2030 dans un partenariat. La question du développement durable est d’ailleurs un enjeu majeur dans le cadre de son activité et de ses objectifs internes. Elle le démontre concrètement, d’une part en mettant l’accent sur les investissements durables, d’autre part en agissant à son propre niveau.

L’engagement d’un institut bancaire

Le développement durable se laisse aussi traduire dans la réalité économique et financière. Il peut constituer un critère d’investissement déterminant pour les patrimoines que la banque administre ou pour les crédits qu’elle accorde. 

Belles paroles. Mais il faut aussi des actes concrets, mesurables et vérifiables. Ainsi, en Suisse, UBS propose à ses clients privés des portefeuilles d’investissement 100% durables. Les encours de ces mandats dépassent aujourd’hui déjà les 5 milliards de francs. Au niveau mondial, ce sont déjà 10% des avoirs gérés, soit quelque 313 milliards de dollars de fonds de clientèle qui sont investis de façon durable. En progression de 72% par rapport au niveau d’un an passé.

Les investissements d’impact

A la fin de l’an passé, chez UBS, les placements durables ont atteint le montant de 1110 milliards de dollars américains. Ils représentaient ainsi plus d’un tiers du patrimoine administré par la banque. En outre, lors du Forum de Davos en 2017, elle s’est engagée à mobiliser, sous cinq ans, 5 milliards de dollars de patrimoine privé en vue d’atteindre les objectifs de durabilité des Nations Unies et ceux  de l’accord de Paris sur la protection du climat (impact investments).

Dans ses règles internes, UBS a défini des standards exigeants pour le financement des émissions de CO2. Ces exigences incluent notamment l’interdiction totale de financer, où que ce soit dans le monde, des projets de centrales à charbon. Dans ses livres, par rapport à 2017,  les investissements dans les placements non neutres en CO2 ont reculé de 60%, pour descendre à 2,7 milliards de dollars.

Des mesures environnementales aussi en interne

Comme déjà signalé, le souci de rendre le monde meilleur ne peut pas se limiter à des impératifs frappant les autres. Chacun doit apporter sa contribution à modifier l’état des choses. Ainsi, l’énergie électrique consommée par UBS en Suisse est désormais issue à 100% de sources renouvelables. Dès l’année prochaine, la banque aura réduit ses émissions de gaz à effet de serre de 75% par rapport à 2004.

Autre action: ses employés recourent nettement moins aux transports aériens. En chiffres, les déplacements en avion ont été divisés par deux, passant d’un milliard de kilomètres en vol (2007) à 515 millions de kilomètres (2018). Depuis 2017, la banque compense 100% des émissions rejetées par ses vols en avion.

Impliquer les clients

Si l’on parvient à changer aussi les comportements des clients de l’institut bancaire, l’effet de levier est évidemment massif. D’ores et déjà, près de deux tiers des clients d’UBS reçoivent leurs documents bancaires par voie électronique. Ils ne sont plus qu’un quart à les recevoir exclusivement par la poste. 

Pour situer l’évolution: il y a seulement un an, ils étaient encore deux fois plus nombreux. Et l’impact se laisse chiffrer: ce sont ainsi, chaque année, environ 40 millions de feuilles de papier qui sont économisées, soit la surface en bois de deux terrains de football.

Des actions sur le terrain

Cela fait déjà plusieurs années que le personnel de la banque s’engage, sur le terrain, en faveur de projets de bienfaisance. Au cours de l’an passé, plus de 4500 employés – soit plus d’un cinquième du total des collaborateurs en Suisse – ont effectué près de 43 000 heures de bénévolat. Plus du quart des heures accomplies faisaient appel aux compétences professionnelles des collaborateurs. 

Ces activités bénévoles – valorisées par l’entreprise puisqu’elles sont décomptées comme journées de travail – sont aussi multiples que variées. Elles vont du nettoyage d’un site protégé à l’encouragement de jeunes à suivre une formation et à entamer un apprentissage ou à la lecture d’histoires pour des enfants…

Il y a urgence

On le voit: les pistes sont nombreuses pour donner le bon exemple. Et c’est vrai à tous les niveaux. Car pour atteindre les dix-sept objectifs du plan 2030, l’action des politiques ou des grandes entreprises ne suffira pas: il faudra la participation de tous. Pour que la planète soit encore un lieu habitable dans onze ans.

Pourquoi un «Jour de la Terre»?

Le 22 avril 1970, des millions de gens sont descendus dans la rue pour protester contre l’augmentation de la pollution. Le smog commençait en effet à avoir des conséquences mortelles. Depuis cette date, on célèbre chaque année le «Jour de la Terre». 

Avec un milliard de personnes qui y participent désormais dans 192 pays, il s’agit de la plus grande journée d’action civile dans le monde. Cette année, le «Jour de la Terre» était placé sous le signe de la protection des espèces.

 

  • <media>Consultez les dix-sept Objectifs de développement durable (ODD) définis par les Nations Unies (ONU) en cliquant ici.</media>

 

* Directeur régional, UBS Genève
** Directeur régional, UBS Romandie





 
 
 

Managers égocentriques: bonne nouvelle, certains peuvent être soignés!

Mardi, 15 octobre 2019 // Nathalie Brodard*

Vous l’avez certainement croisé, star des stars, ce baron, qui d’un jour à l’autre devient manager. Excellent dans son  activité, il a envie d’autre chose. Par peur de perdre sa star, l’employeur va alors aller dans sa direction. Le baron devient un manager capricieux, un petit chef autoritaire, sans empathie pour ses subordonnés, sans...

Les familles suisses rêvent toujours de posséder une maison

Mardi, 15 octobre 2019

Près des trois quarts des familles actuellement en location envisagent d'acquérir un logement dans les dix prochaines années, selon une étude.

Malgré les prix d'achat souvent élevés, les Suisses rêvent de devenir propriétaires. Selon une étude publiée par Swiss Life mardi, près des trois quarts des familles actuellement en location envisagent...

Les quatre profils de leaders incompétents les plus fréquents

Dimanche, 13 octobre 2019 // Christophe Clavé *

Dans un article de la Harvard Business Review, Scott Gregory propose 4 profils caractéristiques de leaders incompétents. L’impact d’un mauvais leader est énorme Dans le pire des cas, le leader est suffisamment mauvais pour démotiver tout le monde. Les équipes sont désengagées. Les salariés travaillent pour eux-mêmes et non pour l’entreprise....

Elections fédérales: «L’UDC devrait rester le premier parti du pays»

Dimanche, 13 octobre 2019 // Maude Bonvin

Pour le politologue Georg Lutz, la bataille se jouera entre les formations écologistes et le PDC, le 20 octobre.

«L’UDC va perdre des plumes, même s’il reste très difficile de chiffrer ses pertes», déclare le politologue, Georg Lutz. Ce parti devrait, malgré tout, rester numéro un dans un pays où les changements politiques sont modestes....

L’envolée folle de Neuvoo, le Google de l'emploi

Jeudi, 19 septembre 2019 // Stéphanie Giroud

L’entreprise Neuvoo, basée à Lausanne et Montréal, vient de lever 40 millions de francs auprès de la Caisse de dépôt et placement du Québec.

Si Neuvoo ne vous dit rien, c’est probablement que vous n’êtes pas à la recherche d’un travail. Lancée en 2011, la jeune entreprise, qui se profile comme le Google de l’emploi à ...

Vaudoise se prépare à franchir un nouveau seuil

Mercredi, 18 septembre 2019 // Philippe Rey

Ses objectifs pour 2020-22 englobent une croissance sélective, notamment en Suisse alémanique. Modernisation de l’IT en non vie pour le groupe Vaudoise présent mercredi à Investora Zurich.

Une croissance des assurances de patrimoine dans la branche non vie au-dessus de celle du marché suisse, avec un ratio combiné (taux de frais + taux de sinistres)...

Les Suisses ne préparent pas suffisamment leur retraite

Jeudi, 12 septembre 2019 // Matteo Ianni

Selon le baromètre de la prévoyance publié par Raiffeisen, les Suisses attendent trop longtemps avant de penser à leur prévoyance vieillesse. La confiance vis-à-vis du système suisse des trois piliers a continué de s’effriter.

Pour sa seconde édition, le baromètre suisse sur la prévoyance publié par Raiffeisen a donné des résultats plutôt...

Apple mise toujours sur l'iPhone

Dimanche, 8 septembre 2019

Cette année, experts et observateurs parient sur trois nouveaux modèles d'iPhone qui sera encore la vedette de la présentation Apple de mardi.

L'iPhone sera la star de la présentation Apple de mardi mais le géant californien des technologies en profitera aussi sans doute pour faire valoir son offre de services et de contenus, en pleine...

Un conseiller clients important quitte Pictet

Vendredi, 6 septembre 2019

La banque privée genevoise va devoir gérer le départ de l'un des principaux responsables pour la gestion de fortune en Europe.

Chez Pictet, l'un des principaux responsables pour la gestion de fortune en Europe serait sur le départ. Patrick Prinz aurait démissionné après plus de 17 ans passés au sein du groupe bancaire genevois, rapporte vendredi le...

Géraldine Juge: «Une entreprise c’est comme un enfant auquel on pense toute la journée»

Jeudi, 5 septembre 2019 // Marine Humbert

A la tête de Separate Ways, Géraldine Juge est la neuvième invitée de notre chronique. Les entrepreneurs s'y racontent sans filet: recette du succès, routines du dimanche, ambitions et inquiétudes. Plongée dans les coulisses de l'entrepreneuriat.

A la tête de Separate Ways depuis 2016, Géraldine Juge propose un service d’accompagnement dans...

Abionic dispose désormais d’une référence précieuse avec Genentech

Jeudi, 5 septembre 2019 // Christian Affolter

Le test rapide qualité laboratoire permettant de diagnostiquer l’asthme allergique sera développé en collaboration avec la biotech américaine membre de Roche.

La plateforme d’Abionic pour des solutions de diagnostic rapides d’une précision proche de celle obtenue en laboratoire après plusieurs heures a un nouveau partenaire de référence. Pour...

UBS bifferait plusieurs centaines de postes dans la banque d'affaires

Jeudi, 5 septembre 2019

La première banque de Suisse UBS va se restructurer. Plusieurs centaines de postes pourraient être supprimés.

Une restructuration serait dans l'air pour les activités de banque d'affaires d'UBS. Le numéro un bancaire helvétique plancherait sur un programme qui pourrait déboucher sur la suppression de plusieurs centaines d'emplois, a rapporté mercredi...

Brexit: Johnson abandonne l'obstruction au texte anti-"no deal"

Jeudi, 5 septembre 2019

Boris Johnson, le Premier ministre britannique, ne fera pas obstruction au texte législatif demandant un nouveau report du Brexit.

Après avoir perdu sa majorité à la Chambre des Communes et échoué à convoquer des élections anticipées mercredi, le Premier ministre britannique Boris Johnson a accepté jeudi matin de ne pas faire d'obstruction au texte...

AGEFI

Rafraîchir cache: Ctrl+F5 ou Wiki




...