Les banques d’affaires américaines sont en grande forme, les autres pas

dimanche, 18.10.2020

Aux Etats-Unis, les banques traditionnelles subissent la crise économique. En parallèle, les établissements d’affaires surfent sur des marchés rutilants.

Le siège de Goldman Sachs, à New York. Au troisième trimestre, l'établissement a presque doublé son bénéfice net tandis que son chiffre d'affaires s'envolait de 30%. (Keystone)

Qu'importent les millions de chômeurs et les faillites d'entreprises : si les banques américaines ont, dans une certaine mesure, pâti au troisième trimestre d'une situation économique qui reste difficile, elles ont aussi profité de marchés financiers bouillonnants.

La période a été marquée par un réel contraste, observent plusieurs analystes. D'un côté, les établissements bancaires traditionnels, qui prennent en dépôt l'argent des gens, leur accordent des prêts ou des cartes de crédit, "n'ont pas eu un trimestre excellent", explique Dick Bove, spécialiste du secteur pour Odeon Capital. De l'autre, les banques d'affaires comme Goldman Sachs ou Morgan Stanley, celles qui opèrent sur les marchés financiers ou apportent leurs conseils aux grandes entreprises, "ont eu un trimestre inhabituellement bon", ajoute-t-il.

Signe d'une certaine stabilisation de la situation financière des ménages et sociétés, les grands établissements financiers ont mis beaucoup moins d'argent de côté pour couvrir les éventuels impayés de leurs clients dans les prochains mois qu'au deuxième trimestre. La première banque américaine en termes d'actifs JPMorgan Chase par exemple n'a provisionné que 611 millions de dollars au troisième trimestre, contre 10,5 milliards au trimestre précédent. Mais savoir quand et dans quelle ampleur les banques finiront par faire face à des défauts de paiement "reste un grand mystère", souligne M. Bove. "Car on ne sait pas si les aides du gouvernement ont vraiment réglé les problèmes financiers ou les ont juste reportés à l'année prochaine."

Les allocations chômages ou les subventions aux PME ont notamment permis à beaucoup de particuliers de rembourser plus rapidement les dettes de leurs cartes de crédit, et à beaucoup d'entreprises de refermer les lignes de crédit ouvertes en urgence par les banques au printemps. "On ne pense pas qu'on verra une réelle augmentation des défauts de paiement avant le deuxième semestre de l'année prochaine", affirme la directrice financière de JPMorgan, Jennifer Piepszakr. Mais la reprise reste fragile et la menace d'une deuxième vague massive de contaminations au coronavirus bien réelle. Plusieurs responsables ont plaidé pour des mesures budgétaires supplémentaires.

Si un nouveau plan de soutien n'est pas adopté rapidement à Washington, où les négociations restent pour l'instant dans l'impasse, "on commencera à voir plus de pression avec des défauts de paiements qui arriveront à un rythme beaucoup, beaucoup plus élevé", prédit le directeur financier de Citigroup, Mark Mason.

Volatilité jusqu'à l'élection

En attendant, les mesures de soutien de la banque centrale américaine pèsent sur les profits des banques: en maintenant les taux d'intérêt proches de zéro, l'institution rend les prêts moins chers pour les particuliers et les entreprises, mais aussi moins rentables pour les établissements financiers.

Pour Bank of America et Wells Fargo, deux firmes qui participent largement au financement de l'économie réelle, les recettes générées par leur activité de prêts aux particuliers et PME ont respectivement baissé de 17% et 19%. "Les banques traditionnelles n'ont plus qu'à espérer que l'économie se redresse nettement afin de recommencer à accorder beaucoup plus de prêts", et ainsi compenser avec du volume le peu d'intérêts qu'elles récupèrent sur chaque opération, remarque Kenneth Leon du cabinet CFRA.

Les banques d'affaires et les divisions dédiées au courtage et aux conseils aux entreprises ont, elles, gardé une forme éblouissante au troisième trimestre. Goldman Sachs a presque doublé son bénéfice net tandis que son chiffre d'affaires s'envolait de 30%. Morgan Stanley a vu ses profits bondir de 26%. Les recettes liées au courtage d'actions, d'obligations, de devises ou de matières premières se sont aussi envolées de 30% chez JPMorgan Chase et de 16% chez Citigroup.Après les turbulences qui avaient marqué les marchés à l'arrivée de la pandémie aux Etats-Unis, ces derniers ont continué à se redresser au troisième trimestre. Profitant des bas taux d'intérêt, les grandes entreprises se sont beaucoup endettées auprès des marchés, via des émissions obligataires, tandis que de nombreuses petites sociétés ont profité de la bonne santé des indices boursiers pour faire leur entrée en Bourse. Des opérations souvent pilotées par de grandes banques, qui prélèvent au passage une juteuse commission. (AWP/AFP)

 

 

 





 
 
 

La Suisse pourrait compter près de 10.000 cas de coronavirus

Vendredi, 13 mars 2020

Selon l'analyste Pierre Dessemontet, le nombre de personnes affectées en Suisse par le coronavirus est beaucoup plus élevé que les chiffres officiels et approcherait les 10.000 cas.

Selon l'analyste Pierre Dessemontet, le nombre de personnes affectées en Suisse par le coronavirus se monterait plutôt à 10.000. Lui et d'autres experts appellent la...

Baisse du QI, appauvrissement du langage et ruine de la pensée

Dimanche, 17 novembre 2019 // Christophe Clavé *

L’effet de Flynn du nom de son concepteur, a prévalu jusque dans les année 1960. Son principe est que le Quotient Intellectuel (QI) moyen ne cesse d’augmenter dans la population. Or depuis les années 1980, les chercheurs en sciences cognitives semblent partager le constat d’une inversion de l’effet Flynn, et d’une baisse du QI moyen. La...

Les quatre profils de leaders incompétents les plus fréquents

Dimanche, 13 octobre 2019 // Christophe Clavé *

Dans un article de la Harvard Business Review, Scott Gregory propose 4 profils caractéristiques de leaders incompétents. L’impact d’un mauvais leader est énorme Dans le pire des cas, le leader est suffisamment mauvais pour démotiver tout le monde. Les équipes sont désengagées. Les salariés travaillent pour eux-mêmes et non pour l’entreprise....

Elections fédérales: «L’UDC devrait rester le premier parti du pays»

Dimanche, 13 octobre 2019 // Maude Bonvin

Pour le politologue Georg Lutz, la bataille se jouera entre les formations écologistes et le PDC, le 20 octobre.

«L’UDC va perdre des plumes, même s’il reste très difficile de chiffrer ses pertes», déclare le politologue, Georg Lutz. Ce parti devrait, malgré tout, rester numéro un dans un pays où les changements politiques sont modestes....

L’envolée folle de Neuvoo, le Google de l'emploi

Jeudi, 19 septembre 2019 // Stéphanie Giroud

L’entreprise Neuvoo, basée à Lausanne et Montréal, vient de lever 40 millions de francs auprès de la Caisse de dépôt et placement du Québec.

Si Neuvoo ne vous dit rien, c’est probablement que vous n’êtes pas à la recherche d’un travail. Lancée en 2011, la jeune entreprise, qui se profile comme le Google de l’emploi à ...

Vaudoise se prépare à franchir un nouveau seuil

Mercredi, 18 septembre 2019 // Philippe Rey

Ses objectifs pour 2020-22 englobent une croissance sélective, notamment en Suisse alémanique. Modernisation de l’IT en non vie pour le groupe Vaudoise présent mercredi à Investora Zurich.

Une croissance des assurances de patrimoine dans la branche non vie au-dessus de celle du marché suisse, avec un ratio combiné (taux de frais + taux de sinistres)...

Les Suisses ne préparent pas suffisamment leur retraite

Jeudi, 12 septembre 2019 // Matteo Ianni

Selon le baromètre de la prévoyance publié par Raiffeisen, les Suisses attendent trop longtemps avant de penser à leur prévoyance vieillesse. La confiance vis-à-vis du système suisse des trois piliers a continué de s’effriter.

Pour sa seconde édition, le baromètre suisse sur la prévoyance publié par Raiffeisen a donné des résultats plutôt...

Apple mise toujours sur l'iPhone

Dimanche, 8 septembre 2019

Cette année, experts et observateurs parient sur trois nouveaux modèles d'iPhone qui sera encore la vedette de la présentation Apple de mardi.

L'iPhone sera la star de la présentation Apple de mardi mais le géant californien des technologies en profitera aussi sans doute pour faire valoir son offre de services et de contenus, en pleine...

Un conseiller clients important quitte Pictet

Vendredi, 6 septembre 2019

La banque privée genevoise va devoir gérer le départ de l'un des principaux responsables pour la gestion de fortune en Europe.

Chez Pictet, l'un des principaux responsables pour la gestion de fortune en Europe serait sur le départ. Patrick Prinz aurait démissionné après plus de 17 ans passés au sein du groupe bancaire genevois, rapporte vendredi le...

Géraldine Juge: «Une entreprise c’est comme un enfant auquel on pense toute la journée»

Jeudi, 5 septembre 2019 // Marine Humbert

A la tête de Separate Ways, Géraldine Juge est la neuvième invitée de notre chronique. Les entrepreneurs s'y racontent sans filet: recette du succès, routines du dimanche, ambitions et inquiétudes. Plongée dans les coulisses de l'entrepreneuriat.

A la tête de Separate Ways depuis 2016, Géraldine Juge propose un service d’accompagnement dans...

Abionic dispose désormais d’une référence précieuse avec Genentech

Jeudi, 5 septembre 2019 // Christian Affolter

Le test rapide qualité laboratoire permettant de diagnostiquer l’asthme allergique sera développé en collaboration avec la biotech américaine membre de Roche.

La plateforme d’Abionic pour des solutions de diagnostic rapides d’une précision proche de celle obtenue en laboratoire après plusieurs heures a un nouveau partenaire de référence. Pour...

UBS bifferait plusieurs centaines de postes dans la banque d'affaires

Jeudi, 5 septembre 2019

La première banque de Suisse UBS va se restructurer. Plusieurs centaines de postes pourraient être supprimés.

Une restructuration serait dans l'air pour les activités de banque d'affaires d'UBS. Le numéro un bancaire helvétique plancherait sur un programme qui pourrait déboucher sur la suppression de plusieurs centaines d'emplois, a rapporté mercredi...

Brexit: Johnson abandonne l'obstruction au texte anti-"no deal"

Jeudi, 5 septembre 2019

Boris Johnson, le Premier ministre britannique, ne fera pas obstruction au texte législatif demandant un nouveau report du Brexit.

Après avoir perdu sa majorité à la Chambre des Communes et échoué à convoquer des élections anticipées mercredi, le Premier ministre britannique Boris Johnson a accepté jeudi matin de ne pas faire d'obstruction au texte...

AGEFI

Rafraîchir cache: Ctrl+F5 ou Wiki




...