Présidentielles françaises: les comptes de candidats examinés

mercredi, 13.06.2018

Une plainte de l'association de lutte contre la corruption Anticor vise Emmanuel Macron, Marine Le Pen, Jean-Luc Mélenchon et Benoît Hamon.

Selon des informations publiées par la presse, Emmanuel Macron a bénéficié pour sa campagne présidentielle de 2017 de rabais importants. (keystone)

Plus d'un an après l'élection d'Emmanuel Macron, les comptes de campagne du nouveau président de la République et de trois de ses principaux adversaires font l'objet d'une plainte. L'association de lutte contre la corruption Anticor vise aussi l'autorité de contrôle.

Cette plainte contre X vise Emmanuel Macron, Marine Le Pen, Jean-Luc Mélenchon et Benoît Hamon. Elle porte sur les délits de tentatives de détournements de fonds publics, abus de confiance et de biens sociaux, violation du code électoral et marchandage. 

Ces comptes ont déjà été vérifiés et il n'y a "pas de raison de penser" que la CNCCFP a "mal fait son travail", a indiqué la ministre de la Justice, Nicole Belloubet, Interrogée par France Inter. Mais Anticor met aussi en cause la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP).

L'association demande au demeurant que soit recherchée "la responsabilité de tout complice ou receleur". Elle déclare mercredi dans un communiqué attendre que "la justice dise clairement si les surfacturations ou sous-facturations" notamment constatées sont légales ou non.

Selon des informations publiées par la presse, Emmanuel Macron a bénéficié pour sa campagne présidentielle de 2017 de rabais importants. Ceux-ci pourraient être assimilés à des dons déguisés et normalement proscrits par la loi, allégations rejetées par le porte-parole du gouvernement.

Le Pen

Concernant la présidente du Rassemblement national (ex-Front national), Marine Le Pen, battue par Emmanuel Macron au second tour, Anticor met notamment en avant le fait que des sociétés appartenant à des cadres du FN ou à leur famille figurent parmi les plus gros prestataires auxquels elle a eu recours pendant sa campagne. L'association va jusqu'à citer des exemples.

Et Anticor de mentionner le cas de l'entreprise du fils du trésorier du FN. L'association anticorruption fait aussi valoir que la commission des comptes de campagne a jugé injustifiées ou excessives certaines dépenses de campagne de Marine Le Pen.

Mélenchon

Les comptes du leader et candidat de La France insoumise Jean-Luc Mélenchon font déjà l'objet d'une enquête. Le Parquet de Paris vérifie leur conformité à la loi, à la suite d'un signalement par la CNCCFP. Celle-ci s'interroge notamment sur les liens entre des prestataires de services et l'équipe de campagne de Jean-Luc Mélenchon. Des interrogations sur lesquelles Anticor s'appuie dans sa plainte.

Pour l'association, Jean-Luc Mélenchon et Marine le Pen peuvent se voir reprocher d'avoir "tenté de détourner de l'argent public au moyen de remboursements par l'Etat de frais de campagne qui n'avaient d'autre but que de servir leur intérêt ou l'intérêt de leurs proches" Concernant les comptes de campagne de l'ancien candidat socialiste Benoît Hamon, Anticor s'appuie sur le constat qu'il a également bénéficié d'importantes remises. (ats)





 
 

 

AGEFI


 

 

 

Rejoignez-nous

 


...