Un exosquelette pour diminuer l'effort des agriculteurs japonais

mercredi, 03.01.2018

Les exosquelettes d'aide à la récolte permettent de faire face au vieillissement des agriculteurs ainsi qu'a l'exode rural que connaît le Japon. Mais leur poids inadapté reste un frein à une commercialisation.

Kubota a lancé une blouse de 3,8 kilos fonctionnant comme un tuteur qui soutient le haut du corps (kubota).

Trois firmes nippones désirent commercialiser un exosquelette spécifiquement dédié au travail agricole, afin de répondre au problème du vieillissement qui progresse dans les campagnes japonaises. La moyenne d'âge des agriculteurs étant fixée à 67 ans, rapporte le magazine Usbek et Rica.

L'ossature équipée de capteurs de mouvements et de micromoteurs placés au niveau des articulations des coudes et de genoux n'est pas destinée à remplacer la main d'oeuvre, mais bien à lui venir en aide en soulageant ses mouvements. Une seconde ossature est exclusivement destinée aux travaux demandent une position accroupie. Des google Glass sont également prévues afin de pouvoir être informé en temps réel de l'état de santé des travailleurs, et de pouvoir adapter les pauses en conséquence.

Mais ces exosquelettes, développés par le professeur Shigeki Toyama, de l’université d’agriculture et de technologie de Tokyo, ne constituent pas une solution miracle. Pesant plus de 20 kilos, les modèles alourdissent les dos déjà fatigués des agriculteurs. Seul un saut technologique permettant de produire plus léger et pour moins cher propulserait ces deux modèles d'exosquelette au statut d'outil fétiche des travailleurs agricoles.

Kubota, géant vert célèbre pour ses tracteurs et utilitaires agricoles, propose une alternative: une blouse de 3,8 kilos fonctionnant comme un tuteur qui soutient le haut du corps pour éviter les courbatures au niveau du cou et des épaules. Mais sans moteur et batteries lourdes, le produit ne convient pas à une grande variété de tâches agricoles.





 
 
 

AGEFI

Rafraîchir cache: Ctrl+F5 ou Wiki


 

Rejoignez-nous


 

...