Laurent Wauquiez promet une nouvelle droite pour la France

lundi, 01.01.2018

Le président de LR Laurent Wauquiez a promis dimanche, en présentant ses vœux, de construire une nouvelle droite pour réoffrir aux Français un choix face à Emmanuel Macron.

Laurent Wauquiez: "Je veux construire une nouvelle droite avec de nouveaux visages, une nouvelle génération. Tout changer" (Keystone)

"Je veux reconstruire la parole de la droite. Nous avons perdu, nous avons beaucoup déçu, nous avons parfois écoeuré les Français", a déclaré M. Wauquiez président de LR dans une vidéo sur Twitter.

"Je veux construire une nouvelle droite avec de nouveaux visages, une nouvelle génération. Tout changer", a-t-il dit.

"La France doit retrouver ses valeurs", comme "le sens du travail, de l'effort, du mérite, mais aussi les valeurs de respect, de laïcité", a prôné l'ancien ministre.

"Mon premier combat", explique le dirigeant de LR, "sera de défendre les classes moyennes et les retraités face à la hausse de la CSG".

A la rentrée "les impôts vont augmenter de 4,5 milliards d'euros", affirme-t-il, "parce qu'il n'y pas d'économie sur le gaspillage de l'argent public".

L'Insee a estimé que les prélèvements obligatoires acquittés par les ménages pourraient augmenter de 4,5 milliards d'euros en 2018, en raison de la hausse de la fiscalité sur les carburants et le tabac, mais a ensuite minimisé ce chiffre, le gouvernement faisant valoir qu'il omettait plusieurs évolutions fiscales.

"Un second sujet sera la défense de nos valeurs de laïcité face au communautarisme et aux attaques du terrorisme", poursuit-il, se disant opposé à tout retour en France de jihadistes partis en Syrie ou en Irak.

Il plaide aussi pour une baisse des charges des entrepreneurs et des indépendants et proteste contre le fait que selon lui "un salarié au SMIC ne gagne pas plus que s'il restait chez lui à toucher les prestations sociales".

Dernier axe, l'immigration. "Notre pays ne pourra pas continuer à accueillir autant d'immigrés". "Ce serait folie d'accueillir trop de personnes auxquelles on ne peut pas offrir un vrai avenir". "Le gouvernement a reculé sur ces questions à la fin de l'année", accuse-t-il. (awp)


 
 

Testez notre nouvelle App smartphone

 
 


...