Un soutien de 150'000 francs pour un projet de diagnostic médical

mercredi, 17.07.2019

Un projet de diagnostic médical rapide et peu coûteux d'une start-up de la Haute école d'ingénierie de la HES-SO Valais reçoit un soutien de 150'000 francs de la part de la Fondation Gebert Rüf.

SG

Les deux chercheuses veulent proposer aux petites structures médicales la possibilité de réaliser des diagnostics sur place.

Un test de diagnostic médical bon marché et accessible aux petites structures. C'est le projet développé par Mélinda Uccella et Cindy Weber, deux chercheuses en technologie du vivant de la HES-SO Valais. 

Leur start-up a retenu l'attention de la Fondation Gerbert Rüf qui leur accorde un soutien de 150'000 francs. Cette somme permettra aux chercheuses de lancer le développement de leur premier prototype.

"Nous voulons rapidement proposer un test fonctionnel, mais il faut d’abord passer par les phases cliniques qui durent un minimum de 18 mois", explique Mélinda Uccella dans un communiqué. Leur objectif consiste à proposer aux petites structures médicales la possibilité de réaliser des diagnostics sur place.

Le dispositif LCA, pour Life Cell Agglutination, est doté d’une très haute sensibilité (de l’ordre de 100 cellules par microlitre) et se rapproche des solutions actuellement sur le marché, bien plus coûteuses.

"Il permet d’identifier les pathologies liées au système sanguin ou au système immunitaire d’une personne, à l’aide d’une seule goutte de sang et en moins de 10 minutes. Tous les maladies infectieuses, les cancers et les allergies aux médicaments remplissent sont donc potentiellement concernées", assure Cindy Weber.

Il s’agit de la troisième start-up, après Nivitec et Dynablue, issue de la Haute école d'ingénierie de la HES-SO Valais à recevoir le soutien de la Fondation Gebert Rüf en moins de 6 mois.





 
 
 
 

AGEFI

Rafraîchir cache: Ctrl+F5 ou Wiki




...