Pictet très pessimiste sur la conjoncture suisse en 2020

jeudi, 26.03.2020

Pour le groupe bancaire genevois, le coronavirus va coûter cette année très cher à la Suisse en termes de croissance. Soit -2,0 à -2,5% pour le PIB, avant une reprise.

Les prévisions de la banque genevoise figurent parmi les plus pessimistes, du moins pour cette année. (Keystone)

La paralysie de l'économie causée par le coronavirus va coûter cette année très cher à la Suisse en termes de croissance, affirme le groupe bancaire genevois Pictet. "Pour 2020, nous nous attendons à la même contraction qu'en Europe, soit -2,0 à -2,5% pour le PIB, avant une reprise", a indiqué jeudi Christophe Donay, chef de la recherche macro chez Pictet Wealth
Management. Le rebond conjoncturel interviendra l'année prochaine, lorsque les principaux marchés d'exportation bénéficieront d'une embellie.  "Le jour où il aura une reprise globale, en Chine, aux Etats-Unis et dans le reste de l'Europe, la Suisse devrait également connaître une croissance économique", a affirmé M. Donay lors d'une conférence téléphonique. Pictet table sur une progression du PIB de 1,5% pour 2021.
Les prévisions de la banque genevoise figurent parmi les plus pessimistes, du moins pour cette année. Les économistes répertoriés par AWP ayant adapté leurs perspectives après la mi-mars s'attendent à une évolution négative du PIB de l'ordre de -0,9% en
moyenne environ. Pour l'heure, l'institut bâlois BAK a décrit le scénario le plus sombre pour la Suisse, avec un recul conjoncturel de 2,5% cette année, mais avec une reprise vigoureuse de 4,3% en 2021.(awp)





 
 
 
 

AGEFI

Rafraîchir cache: Ctrl+F5 ou Wiki



...