Landis+Gyr a plongé dans le rouge au premier semestre 2020

lundi, 12.10.2020

Plombé par la effets de la pandémie de Covid-19 et une charge de restructuration, Landis+Gyr a plongé dans le rouge au premier semestre 2020.

La direction du groupe a décidé de réduire sa rémunération de 10% durant six mois, tout comme les membres du conseil d'administration.(Keystone)

Le fabricant zougois de compteurs électriques Landis+Gyr a essuyé une perte nette de 2,27 millions de dollars, contre un bénéfice net de 71,78 de millions un an auparavant.

Après intérêts minoritaires, la perte nette attribuable aux actionnaires de Landis+Gyr s'établit à 2,04 millions de dollars (1,8 million de francs), contre un résultat positif à hauteur de 71,8 à fin juin 2019, ressort-il des chiffres dévoilés lundi. Demeurant pour sa part dans le noir, l'excédent d'exploitation Ebitda n'en a pas moins dégringolé, passant en l'espace d'un an de 128,2 à 31,8 millions de dollars.

Le tassement reflète notamment une charge de 15,4 millions de dollars, liée à la restructuration annoncée le 5 août dernier et devant entraîner la suppression de quelque 700 postes, soit 12% de l'effectif du groupe sis à Zoug. Ces mesures devraient produire leur résultat à compter du 2e semestre 2020, soit des économies annuelles de près de 30 millions. Celles-ci devraient se chiffrer à 5 millions cette année.

Le coût total de la réorganisation, laquelle se déroule conformément au plan prévu, se monte à 19 millions de dollars. La direction du groupe a décidé de réduire sa rémunération de 10% durant six mois, tout comme les membres du conseil d'administration.

L'Ebitda ajusté s'est pour sa part fixé à 50,1 millions de dollars, contre 124,9 millions après six mois en 2019. Dans le contexte de la crise sanitaire liée au nouveau coronavirus, laquelle a aussi entraîné des retards au niveau d'autorisations réglementaires, les revenus nets se sont contractés de 27,7%, passant de 862,8 à 623,5 millions. Corrigée des effets de change, la baisse s'est inscrite à 27,1%.

Ajustées des effets de change, les entrées de commandes ont plongé de 44% à 456,9 millions de dollars. A fin juin, le carnet d'ordres se montait à 2,08 milliards, soit 17% de moins que douze mois auparavant.

Evoquant ses perspectives, Landis+Gyr note que de nombreuses incertitudes subsistent, tant en ce qui concerne la pandémie de Covid-19 que pour l'environnement général des affaires sur des marchés clés tels que l'Amérique du Nord, le Royaume-Uni, la France, les Pays-Bas, la Suisse, l'Allemagne, l'Australie, l'Inde, et le Brésil.

Pour l'exercice en cours dans son ensemble, l'entreprise anticipe un chiffre d'affaires net compris entre 1,3 et 1,4 milliard de dollars. En raison de l'amélioration du levier d'exploitation, le second semestre de l'année devrait présenter des marges plus élevées par rapport à celles du premier semestre.

Des soucis fiscaux pour Landis+Gyr aux Etats-Unis

Landis+Gyr doit aussi faire front à des problèmes fiscaux aux Etats-Unis. Le fabricant zougois de compteurs électriques croise le fer contre l'administration fiscale de Washington (WADOR), laquelle lui réclame pas moins de 22 millions de dollars (19,8 millions de francs).

En parallèle à la présentation de sa performance semestrielle, Landis+Gyr revient sur ce conflit, passé quasiment inaperçu dans le rapport annuel de l'exercice 2019/20, dont l'origine réside dans la décision du WADOR d'appliquer un autre impôt que celui sur les bénéfices.

L'autorité fiscale exige ainsi le paiement de 22 millions de dollars, pénalités et intérêts compris, explique le groupe sis à Zoug.

Contestant l'évaluation, Landis+Gyr juge celle-ci "en contradiction avec les lois et les décisions de justice applicables dans des cas similaires". Des discussions sont donc en cours avec l'autorité fiscale afin de résoudre ce problème. Toutefois, le groupe de Suisse centrale estime qu'une solution passera probablement par une action en justice au cours du 2e semestre de l'exercice 2020/21, procédure qui nécessitera le paiement du montant dû.

Si Landis+Gyr ne peut prédire l'issue finale de l'affaire, l'entreprise se dit convaincue que l'évaluation de l'autorité fiscale sera annulée. Pour l'heure, Landis+Gyr n'a pas constitué de provision à ce titre. Si le groupe devait recourir contre la décision, le paiement nécessaire à ce titre sera comptabilisé au bilan en tant qu'avance.(AWP)





 
 
 
 

AGEFI

Rafraîchir cache: Ctrl+F5 ou Wiki




...