Avenir Suisse relativise les investissements chinois en Suisse

vendredi, 12.10.2018

Les investissements étrangers directs sont bénéfiques pour l'économie suisse en termes de productivité, d'emploi et de recettes fiscales, selon le groupe de réflexion libéral Avenir Suisse.

ChemChina a acquis le plus grand producteur de produits chimiques agricoles, la société agroalimentaire suisse Syngenta AG.(keystone)

Avenir Suisse publie une recherche visant à répondre aux inquiétudes suscitées par la prise de contrôle d'entreprises helvétiques par des groupes internationaux.

Ces craintes trouvent notamment leur origine dans les acquisitions récentes de fleurons suisses par des mastodontes chinois, plus particulièrement la reprise de l'agrochimiste Syngenta par Chemchina ou celle de Gategroup par le conglomérat HNA.

Le poids de la Chine dans l'économie helvétique est surestimé, affirme vendredi Avenir Suisse. L'Europe occidentale (60%), les Etats-Unis et le Canada (24%) se taillent la part du lion en termes d'investissements étrangers directs, contre 12% pour l'ensemble de l'Asie.

Entre 2014 et 2017, les transactions réalisées depuis le continent asiatique n'ont représenté que 3% de l'ensemble, explique le groupe de réflexion basé à Berne.

Tout n'est cependant pas rose dans les relations commerciales Suisse-Chine. Avenir Suisse verrait d'un bon oeil l'introduction de "règles de jeu harmonisées" avec l'Empire du Milieu, dont les autorités limitent l'accès des entreprises étrangères au marché domestique.

Dans un contexte de renforcement global du protectionnisme, le groupe de réflexion a analysé le bien-fondé d'un éventuel contrôle étatique des investissements étrangers, un mécanisme que la Suisse, pays traditionnellement ouvert, envisage d'introduire.

A suivre dans la journée: une analyse approfondie de la question disponible sur notre site (et dans notre édition de lundi).





 
 
 
 

AGEFI

Rafraîchir cache: Ctrl+F5 ou Wiki



...