Siodb met son outil de cryptage sur le marché

mercredi, 20.05.2020

Le logiciel de base de données de la start-up zougoise Siodb est accessible à tous depuis mardi. Open Source, il permet aux PME de gérer leurs informations clients de façon sécurisée et sans payer de licences.

Sophie Marenne

Nicolas Penot. Au cours de sa carrière, cet ingénieur informaticien a souvent été confronté à des manques de sécurité dans la gestion des données au sein des entreprises pour lesquelles il travaillait.

Top départ: après un an de recherches puis encore un an de développement, la start-up Siodb a dévoilé les coulisses de son programme éponyme, ce mardi. Le code source de son logiciel de base de données relationnelles est désormais disponible pour tous, conformément à la philosophie Open Source. «Le design, les options et la direction du logiciel seront gouvernés, non pas par notre unique entreprise, mais par la communauté de ses utilisateurs», indique Nicolas Penot, fondateur et CEO de Siodb. L’étape est décisive pour la jeune entreprise puisque son équipe de trois collaborateurs a jugé que la sixième version de la solution était prête pour l’intégration chez des clients.

Bien que basée à Zoug, l’entreprise n’est pas sans lien avec la Suisse romande puisqu’elle s’appuie largement sur la firme informatique delémontaine DBI Services qui compte plus de 60 collaborateurs et a pris des parts dans l’aventure.
Mis à la disposition du grand public, le logiciel pourra se déployer bien plus largement que s’il était porté uniquement par la jeune entreprise, à l’exemple de Red Hat, le système d’exploitation de Linux qui a conquis le monde. «L’Open Source devrait aussi renforcer notre programme car davantage de développeurs pourront y mener des tests et éventuellement en détecter les failles», précise l’ingénieur informaticien qui espère voir Siodb drainer une cinquantaine de contributeurs d’ici à la fin de l’année.

Le portail de gestion de données s’adresse à toutes les sociétés qui ont besoin de stocker des informations à caractère personnel. Il vise à remplacer des solutions propriétaires comme Database d’Oracle, SQL de Microsoft, PostgreSQL ou MariaDB. «Ces technologie de stockage d’adresses email et de noms d’utilisateurs ont pris de l’âge. Elles ont été conçues dans des paradigmes technologiques où la petite taille des disques durs impliquait qu’on se batte à coup de mégaoctets. Ce n’est plus le cas grâce aux innovations actuelles.» La solution de Siodb se targue d’être plus agile que ses prédécesseurs en s’appuyant sur une architecture Big Data.

Gratuit et clé en main

L’entrepreneur relève un autre handicap des produits les plus courants: leur coût, notamment en vue d’une mise en conformité face au Règlement général sur la protection des données (RGPD). L’application de Siodb cible tout particulièrement les PME, gérant et protégeant leurs informations clients à moindres frais. «Notre logiciel automatise au maximum les tâches opérationnelles. Pas besoin de faire venir un expert pour l’installer ou en configurer l’encryptage», commente Nicolas Penot. Le chiffrement en format codé est d’ailleurs configuré par défaut, ce qui permet même aux plus petites sociétés de protéger les données qu’elles récoltent.

Pour monétiser son travail, la jeune entreprise compte sur une clientèle B2B qui souscrira à un abonnement mensuel pour des services et options supplémentaires, notamment la garantie d’un support en cas de problème. «Au final, de grandes compagnies paieront pour les petites sociétés encore incapables de payer des licences», décrit Nicolas Penot. Selon l’entreprise américaine de conseil Gartner, le marché mondial des systèmes de bases de données pèse 46 milliards de dollars et a grossi de 18% rien qu’en 2018.

Partenaires suisses recherchés 

Pour la suite de son développement, Siodb cherche maintenant des partenaires locaux, le marché suisse étant prioritaire. Son objectif: s’allier avec des fournisseurs cloud et des intégrateurs logiciels suisses. «Ces compagnies se baseraient sur notre logiciel pour fournir des solutions à leurs propres clients», explique-t-il en espérant bientôt pouvoir mettre en place des projets pilotes avec de telles sociétés.

L’entreprise dont le nom signifie «Secure Input Output Database» a été créée en mai 2019. Soutenue par l’agence de la Confédération pour l’innovation Innosuisse, elle est en pleine levée de fonds d’amorçage et cherche à récolter un montant total de 1,2 million. 

Lire aussi: Siodb veut mettre le cryptage et la confidentialité à la portée de tous





 
 
 
 

AGEFI

Rafraîchir cache: Ctrl+F5 ou Wiki




...