Nestlé en négociation pour vendre son unité de soins de la peau

jeudi, 16.05.2019

Le groupe vaudois Nestlé a annoncé jeudi se trouver en "négociation exclusive" pour vendre son unité de soins de la peau, Nestlé Skin Health.

Nestlé Skin Health, dont le siège mondial est à Lausanne, emploie plus de 5000 personnes dans 40 pays.(Keystone)

Nestlé a annoncé jeudi se trouver en "négociation exclusive" pour vendre son unité de soins de la peau, Nestlé Skin Health. Le géant de l'alimentaire discute avec un consortium de repreneurs potentiels dirigé par les fonds EQT et une filiale propriété exclusive d'Abu Dhabi Investment Authority (Adia).

Le prix de vente se situe à 10,2 milliards de francs. La clôture de la transaction pourrait intervenir au second semestre, a précisé la multinationale de Vevey dans un communiqué.

Nestlé Skin Health, dont le siège mondial est à Lausanne, emploie plus de 5000 personnes dans 40 pays. La filiale a dégagé l'année dernière un chiffre d'affaires de 2,8 milliards de francs.

"La proposition de transaction sera soumise à consultation des instances représentatives du personnel et à l'approbation des autorités réglementaires", a assuré le groupe.

Pas une surprise

Nestlé confirme ainsi des informations qu'avait révélées mercredi soir le quotidien britannique Financial Times. Ce dernier a affirmé que d'autres investisseurs étaient sur le coup, notamment KKR ainsi qu'un groupe dirigé par Advent International et Cinven.

L'annonce ne constitue cependant pas une surprise. Depuis des mois, la direction du groupe vaudois avait laissé entendre qu'elle cherchait à se séparer de cette unité.

Début mai, le patron de Nestlé, Ulf Mark Schneider, avait en effet indiqué lors d'une journée des investisseurs que Nestlé Skin Health se trouvait sur le balan. "Nous aurions eu de la peine à trouver des acquéreurs il y a deux ans et demi", avait-il dit, soulignant que cette division était désormais nettement plus attrayante.

Un peu plus tôt en avril, le géant de l'alimentaire avait précisé que la "revue stratégique" concernant cette unité devrait être terminée mi-2019.

La multinationale vaudoise avait créé Nestlé Skin Health en 2014 en reprenant la totalité du laboratoire de dermatologie Galderma, alors détenu conjointement avec L'Oréal. Ce dernier avait cédé à Nestlé sa participation de 50% dans Galderma pour 3,1 milliards d'euros.

Herta prêt à se faire découper

Le processus de restructuration n'est cependant pas encore terminé. Herta risque d'être la prochaine filiale sur la liste des sociétés mises en vente.

La société alimentaire française pourrait se faire dépecer, Nestlé ayant indiqué en février évaluer les options stratégiques pour les activités de charcuterie en France, en Allemagne, en Belgique, au Luxembourg, au Royaume-Uni et en Irlande. Ces dernières ont dégagé l'année dernière des recettes de 680 millions de francs.

Le groupe conserverait les autres activités de Herta, notamment dans les pâtes et les aliments végétariens.

Dans l'immédiat, la concrétisation d'une cession de Nestlé Skin Health recevait un écho favorable du côté des investisseurs. A la Bourse suisse, l'action progressait de 0,8% à 99,43 francs, dans un SMI en hausse de 1,09% à 13h35.

Pour les analystes de Vontobel, cette annonce constitue une "nouvelle positive", Nestlé Skin Health ayant "contribué à la plus grande destruction de valeur dans l'histoire de Nestlé". La banque zurichoise tablait jusqu'à présent sur un prix de vente de seulement 7 milliards de francs.

"Nestlé est sur la bonne voie pour remodeler son portefeuille avec succès", a ajouté Vontobel dans une note, ajoutant que le prochain candidat à la vente était Herta.

Les spécialistes de Jefferies ont évalué le résultat brut d'exploitation (Ebitda) de la division entre 400 et 500 millions de francs. La banque d'investissement américaine entrevoyait la valeur de Nestlé Skin Health a seulement 4 milliards.

Barclays a jugé le prix de vente avancé par Nestlé "attrayant", d'autant plus que le consensus du marché situait ce montant autour de 7 milliards de francs, a souligné la banque britannique dans une note. Le montant dégagé par cette transaction pourrait servir à financer un nouveau rachat d'actions de 20 milliards.(ats)





 
 
 
 

AGEFI

Rafraîchir cache: Ctrl+F5 ou Wiki



...