Sunrise: démission surprise du patron Olaf Swantee

vendredi, 03.01.2020

Le directeur général de Sunrise, Olaf Swantee, est remplacé avec effet immédiat par le responsable des finances André Krause. Commentaire.

Olaf Swantee.

L'opérateur Sunrise a annoncé vendredi plusieurs départs à sa direction, dont celui du patron Olaf Swantee, plus de deux mois après l'échec de la fusion avec son homologue UPC Suisse.
M. Swantee, qui avait rejoint Sunrise en 2016, a été remplacé avec effet immédiat par le responsable des finances André Krause.

Le président Peter Kurer et le vice-président Peter Schöpfer ne se représenteront pas, quant à eux, pour un nouveau mandat à la prochaine assemblée générale du groupe en 2020.
Aucune indication n'a été fournie dans le communiqué sur les raisons de ces départs. Sunrise n'a pas non plus apporté de précision quant à la nomination d'un nouveau directeur financier.

Interrogé par AWP, M. Swantee a évoqué "une décision difficile" prise en concertation avec sa famille. Après le rejet de la fusion par les actionnaires, l'ex-directeur général a estimé "qu'il fallait un nouveau CEO qui développera un nouveau plan à long terme pour la société".

Il a applaudi la nomination d'André Krause à la tête de la direction, estimant que ce dernier connaissait particulièrement bien l'entreprise et était en mesure de la développer.
M. Krause a rejoint le numéro deux helvétique du secteur en 2011, participant notamment à l'entrée en Bourse de la société et à la cession des antennes de télécommunication.

Le nouveau patron, de nationalité allemande, dispose "d'une vaste expérience" dans le domaine, qu'il a notamment acquise dans ses précédentes fonctions de directeur financier chez Telefónica O2 Germany.

Face à la résistance de certains actionnaires réticents à procéder à une augmentation de capital de 2,8 milliards de francs, principalement l'allemand Freenet, Sunrise avait abandonné en octobre dernier le rachat d'UPC Suisse pour 6,3 milliards.


Analystes divisés

La résiliation de l'accord de vente avec le propriétaire Liberty Global a entraîné le versement au géant américain d'une pénalité de 50 millions de francs.Les analystes n'ont pas été étonnés par cette démission, mais sont néanmoins déçus par le départ d'un responsable perçu comme compétent.Ces changements "ne sont pas inattendus après l'échec du rachat d'UPC, mais très regrettables vu la stratégie positive d'Olaf Swantee", ont souligné les spécialistes de la banque Vontobel. Le passage de témoin au directeur financier garantit une forme de continuité, mais le groupe doit redéfinir sa stratégie en tant qu'entreprise indépendante.Malgré ces difficultés, le dividende "attrayant" versé par Sunrise devrait soutenir le cours de l'action, ont estimé dans une note les analystes de l'établissement zurichois.A la Bourse suisse, les investisseurs réagissaient positivement. A 13h19, le titre Sunrise progressait de 0,5% à 76,45 francs, faisant nettement mieux qu'un indice élargi SPI en hausse de 0,05% pour la première séance de l'année.

Commentaire: Les germes de la nouvelles stratégie sont là

Les protagonistes de la fusion avec UPC quittent Sunrise. Les départs du président Peter Kurer et du CEO Olaf Swantee paraissent parfaitement logiques, malgré un timing qui peut surprendre. Pour le premier, c’est clairement le cas, tant il a cherché à faire passer ce projet, en tentant même de contourner l’opposition de l’actionnaire le plus important. Mais pour le second, cela suscite plus de doutes. Certes, en se basant sur ses déclarations publiques, il a défendu le projet avec au moins autant de vigueur que le président. Le positionnement stratégique de Sunrise n’a en revanche heureusement pas été aussi radical, voire quelque peu contradictoire. Très pertinente du point de vue des caractéristiques technologiques, l’idée du déploiement de la 5G dans les régions périphériques en tant que réseau le plus performant concurrence le câble de manière au moins implicite. Les germes du nouveau positionnement de Sunrise semblent ainsi déjà contenus dans la structure actuelle du groupe. L’arrivée de la 5G signifie que les chances des opérateurs focalisés sur un réseau mobile n’ont jamais été aussi bonnes. D’autant plus qu’au sein des consommateurs, la tendance risque d’aller vers l’intégration de plusieurs services (téléphone mobile, internet, télévision) dans un seul abonnement, plutôt que de s’appuyer sur des offres combinées. Deux inconnues majeures subsistent cependant: l’orientation stratégique que voudra donner André Krause, et la vitesse du déploiement de la 5G en Suisse, qui dépend largement de décisions politiques. (Christian Affolter)





 
 
 
 

AGEFI

Rafraîchir cache: Ctrl+F5 ou Wiki




...