Haya Therapeutics, aux racines de l’insuffisance cardiaque

mercredi, 17.04.2019

La start-up était l’un des deux premiers locataires du StartLab du Biopôle d'Epalinges.

Sophie Marenne

La jeune pousse compte quatre collaborateurs. Samir Ounzain (cofondateur et CEO), Daniel Blessing (cofondateur et CTO), Mohammad Reza Afghahi (CFO) et Dario Ranieri (chercheur et directeur de laboratoire).

La création d’Haya Therapeutics en 2017 coïncide avec la publication par la start-up d’une description du long ARN non codant Wisper, un régulateur spécifique de la fibrose du cœur. «Inhiber Wisper dans des modélisations animales précliniques nous a permis d’empêcher le développement d'insuffisance cardiaque à un niveau sans précédent», déclare Samir Ounzain, cofondateur et CEO de la jeune entreprise née dans l'unité de cardiologie expérimentale du CHUV, après cinq ans de recherches.

A la différence des traitements actuels, Haya Therapeutics ne vise pas à soigner les symptômes des insuffisances cardiaques mais leurs causes sous-jacentes. Grâce à l’injection d’une molécule, un petit fragment d’ADN modifié qui dégraderait Wisper, le processus de fibrose myocardique serait inhibé, bloquant le développement ultérieur d'une insuffisance cardiaque – une affection dont une personne sur cinq souffrira, à terme, à l'échelle mondiale. «Une fois diagnostiqué, le taux de survie des patients est comparable à celui des personnes atteintes d'un cancer à un stade avancé.»

La start-up bouclera bientôt un tour de financement de série A. Par ailleurs, elle se lancera prochainement dans des tests précliniques sur de plus gros animaux. «Selon notre plan de développement, nous visons à soigner nos premiers patients humains dans trois ans.»

-> Lire aussi: Le StartLab célèbre son premier anniversaire





 
 
 
 

AGEFI

Rafraîchir cache: Ctrl+F5 ou Wiki



...