Invenesis étudie l’infiniment petit mais a tout d’une grande

mercredi, 27.02.2019

La jeune entreprise neuchâteloise Invenesis mise sur le savoir-faire unique de ses chercheurs dans le domaine de la santé animale.

Stéphanie Giroud

Invenesis compte huit personnes, dont les trois fondateurs, Elodie Valazza Rufener (2e depuis la droite), Lucien Rufener (4e depuis la droite) et Jean-Luc Perret (3e depuis la gauche). (Crédit: Roman Sojic, Microcity)

Invenesis s’intéresse au microscopique, mais son rayonnement est international. Deux ans après sa création, la start-up, spécialisée dans l’étude des parasites (voir encadré ci-dessous), possède déjà des clients en Europe et aux Etats-Unis. Incubée chez Neode, qui est devenu Microcity à...





 
 
 
 

AGEFI

Rafraîchir cache: Ctrl+F5 ou Wiki




...