La Confédération a une gestion des risques problématique

mardi, 21.08.2018

Le Contrôle fédéral des finances appellent la Confédération a renforcer sa gestion des risques.

MeteoSuisse n'a pas développé sa propre stratégie des risques. (keystone)

La Confédération gère ses risques de manière problématique, constate le Contrôle fédéral des finances (CDF) à l'issue d'un audit. Des centaines de millions de francs étant en jeu, les auditeurs appellent à un meilleur pilotage.

L'administration est exposée à des risques variés, rappellent les contrôleurs dans un rapport publié lundi. Les conséquences peuvent être très négatives: la Confédération a ainsi dû allonger l'an dernier 215 millions pour cautionner la flotte de haute mer en crise.

Tout n'est pas noir. Selon les auditeurs, la gestion des risques a atteint un bon niveau de maturité, mais elle n'est pas assez intégrée dans les processus d'encadrement et chaque unité administrative gère ses risques de manière variable.

Les risques sont identifiés selon une approche ascendante et il n'y a pas de stratégie de la direction dans la plupart des cas. MeteoSuisse n'a par exemple pas développé sa propre stratégie des risques, mais l'office en a une culture établie et l'application pragmatique des directives de l'Administration fédérale des finances lui permet une gestion des risques efficaces.

A l'Office fédéral des routes, le dossier est très présent au niveau de la direction. Les risques sont analysés et leur détection contribue à l'amélioration du système. Mais dans de nombreuses unités administratives, l'absence de stratégie spécifique empêche que le sujet soit utilisé comme instrument de pilotage.

Risques supportables indéfinis

Du coup, les offices n'ont pas défini le niveau des risques qu'ils peuvent supporter ni leurs axes d'intervention pour les atténuer. Par ailleurs, les différentes parties concernées ou les relations avec d'autres risques touchant plusieurs unités administratives ou départements ne sont souvent pas prises en compte.

Pour ces cas, le CDF constate surtout des problèmes de communication. La structure actuelle ne garantit pas que les mesures destinées à remédier aux risques transversaux soient connues ou mêmes mises en oeuvre dans toutes les unités administratives concernées, déplorent les contrôleurs qui y voient "une lacune majeure".

En charge de la coordination de la gestion des risques, l'Administration fédérale des finances devrait agir concrètement pour obliger toutes les unités administratives à appliquer des mesures pour réduire les risques transversaux et faire surveiller leur mise en oeuvre. La concernée annonce qu'elle va adapter son manuel, mais elle estime que les règles posées sont efficaces, il suffirait de les appliquer de manière conséquente. (ats)





 
 
 
 

AGEFI

Rafraîchir cache: Ctrl+F5 ou Wiki



...