Glencore-Bunge: le rapprochement est-il plausible?

mercredi, 24.05.2017

Glencore dit avoir approché Bunge qui le dément. Le géant suisse est-il réellement intéressé par les matières agricoles? Son histoire permet d'en douter mais tout est possible.

Nicolette de Joncaire

Chris Mahoney. Il affiche de grandes ambitions malgré un historique mouvementé.

Glencore confirmait hier avoir approché Bunge. Ce dernier le dément aujourd'hui. Peu importe le détail car les consolidations dans le domaine agricole sont à prévoir au vu de la faiblesse des prix et de l'extraordinaire réduction des marges qui peuvent, sur les céréales majeures, devenir négatives.

Plus inattendue est la volonté annoncée de Glencore de se positionner sur un acteur aussi important qu'un membre des fameux "ABCD"*. Même si Ivan Glasenberg réaffirmait ce matin, au cours de l'Assemblée générale de Glencore,  son intérêt pour les matières agricoles, l'historique du groupe dans ce domaine permet d'en douter. D'autant que le rapport financier 2016, paru il y a à moins de trois mois, suggérait que Glencore se désintéressait de l'agriculture. Mais depuis Chris Mahoney, responsable de la division agriculture de Glencore (Glencore Agri), a exprimé de grandes ambitions lors de plusieurs interviews.

Il est en effet difficile d'oublier l'acquisition par Glencore du groupe agro-alimentaire canadien Viterra fin 2012 pour 6,2 milliards de dollars. Et le sort de ses actifs, victimes de cessions successives dont une partie pour cause d'endettement excessif de Glencore.

 Dès le départ, l'achat de Viterra était accompagné de la revente d'une grande partie des actifs canadiens de Viterra à Agrium et à Richardson.  Jugés "non-cœur", le business de détail et une partie des engrais (dont 34% de Canadian Fertilizer) étaient cédés à Agrium pour 1,78 milliards de dollars en 2013. Une portion des actifs de gestion et de distribution des grains canadiens et nord-américains étaient repris par Richardson pour 799 millions de dollars, la même année. Ces deux premières opérations faisaient partie de l'arrangement d'origine. Glencore revendait ensuite deux autres composants de Viterra, Dakota Growers Pasta en juillet 2013 pour 363 millions de dollars, et Joe White Maltings pour 381 millions en août 2013. Jusque là, pas de surprise, la distribution de produits de consommation n'étant pas dans les cordes de Glencore. Mais plus de la moitié des 6,2 dépensés à la base avaient déjà disparu du bilan de Glencore moins d'un an après l'achat.

Il est plus difficile de suivre le sort des anciennes activités de Viterra par la suite dans la mesure où elles furent intégrées dans celles de la division agriculture de Glencore, connue sous le nom de Glencore Agri et dirigée par Chris Mahoney.

Ce que l'on sait, par contre, est que 40% de la division agriculture de Glencore était vendue en avril 2016 au Canada Pension Plan Investment Board pour 2,5 milliards de dollars, et que 10% supplémentaires étaient cédés à la British Columbia Investment Management  Corporation pour 625 millions de dollars, laissant ce qui restait de Glencore Agri amputé de moitié en moins d'un an, pour un montant de 3,125 milliards. Dans les livres de Glencore, ces cessions auraient, en outre, généré une perte de 1,85 milliards de dollars.

On trouve d'ailleurs dans le rapport financier 2016, le commentaire suivant: "Glencore Agri représente l'ensemble du secteur d'exploitation des produits agricoles et il a été déterminé que ses opérations seraient abandonnées avant la clôture de l'opération le 1er décembre 2016 (ndlr: les cessions aux fonds de pension canadiens)" et a été divulguée en tant que telle.

Que, dans ce contexte, Glencore se targue d'avoir approché Bunge (dont la capitalisation boursière était de 11,44 milliards de dollars mardi) pour un rachat éventuel ne peut donc que surprendre. Reste à deviner la nature d'un rapprochement possible: s'il s'agissait d'un échange d'actions comme avec Xstrata, l'opération serait-elle jouable? Il est bien dommage que le sujet n'ait pas été abordé par les actionnaires au cours de l'Assemblée générale de ce matin. Quelques explications eussent été bienvenues.

* Archer Daniels Midland (ADM), Bunge, Cargill et Louis-Dreyfus





 
 
 
 

AGEFI

Rafraîchir cache: Ctrl+F5 ou Wiki




...