Face à l'effondrement des ventes, Dufry réduit son personnel

mercredi, 24.06.2020

Frappé de plein fouet par la crise du coronavirus, l'entreprise bâloise Dufry va procéder à de sévères réductions de personnel.

Pour l'ensemble de l'année, Dufry anticipe une chute de 40 à 70% des recettes. (Keystone)

L'exploitant de boutiques hors-taxes Dufry compte diminuer ses frais de personnel de 20 à 35% pour essayer de compenser la chute des recettes annuelles liées à la propagation du coronavirus, annonce mercredi l'entreprise bâloise qui compte environ 35'000 collaborateurs au niveau mondial.

Cette réduction de frais se fera via des retraites anticipées, des licenciements, des contributions gouvernementales et le recours au personnel saisonnier, relève le communiqué.

Les détails de cette restructuration globale, qui sera menée entre juin et octobre, seront communiqués ultérieurement. Pour l'ensemble de l'année, une chute de 40 à 70% des recettes est anticipée.

Le groupe, qui gère notamment des boutiques hors-taxes dans des aéroports, totalise 788 postes à plein temps en Suisse. Interrogé par l'agence AWP sur l'impact de cette restructuration sur le marché helvétique, le porte-parole Renzo Radice a relevé que la visibilité était encore trop réduite pour communiquer davantage d'informations.

Il est cependant peu probable que Dufry procède à la fermeture d'enseignes, a déclaré le porte-parole. Le groupe est en train de négocier avec les responsables des aéroports des réductions de loyers pour compenser quelque peu la chute des ventes entraînée par la fermeture des boutiques durant le confinement et la baisse drastique des voyageurs.

Au premier trimestre, l'entreprise a essuyé une diminution de près d'un quart de son chiffre d'affaires, à 1,44 milliard de francs. En termes organiques - ajusté des effets de change et d'acquisition - le repli est de 21,4% en rythme annuel.

En raison des décisions gouvernementales qui ont gelé le transport aérien dans presque toutes les régions du monde, les ventes ont été quasiment réduites à néant en avril (-94,1%).

Les analystes s'attendaient à une telle décision étant donné le contexte, fait remarquer un spécialiste de la Banque cantonale de Zurich.

A 15h20, le titre figurait parmi les grands perdants en recul de 4,7% à 30,42 francs, dans un SPI en baisse de 0,85%. (awp)

>>> Notre dossier Coronavirus





 
 
 
 

AGEFI

Rafraîchir cache: Ctrl+F5 ou Wiki




...