Enquête: sérieuses inquiétudes au sein des entreprises suisses

jeudi, 26.03.2020

D’après une enquête de la faîtière economiesuisse, jusqu'à 85% de toutes les entreprises d'exportation vont être touchées par des difficultés d'approvisionnement sous une forme ou une autre dans les deux prochains mois.

MI

Alors qu'environ un tiers des entreprises éprouvent déjà des problèmes de liquidités, cette proportion passera à un niveau très élevé, d'environ 50%.

La faîtière economiesuisse a réalisé une enquête auprès de ses membres pour prendre le pouls de l'état d’esprit actuel au sein de l'économie. Selon cette enquête, les entreprises se préparent à des mois difficiles en raison de la pandémie. Nombre d'entre elles sont déjà aux prises avec des difficultés d'approvisionnement, d'écoulement des produits et une détérioration du comportement de paiement dans le secteur B2B.

>>> Lire notre dossier sur le Coronavirus

Selon l'enquête, les membres d'economiesuisse s'attendent à une augmentation significative du nombre d'entreprises en prise avec des problèmes de liquidité au cours des deux prochains mois. Alors qu'environ un tiers des entreprises éprouvent déjà des problèmes de liquidités, cette proportion passera à un niveau très élevé, d'environ 50%. Les mesures du Conseil fédéral arrivent donc au bon moment pour interrompre les réactions négatives en chaîne. Le problème de liquidité n'est pas seulement accentué par la baisse des chiffres de vente. Un certain nombre d'entreprises signalent également que les comportements en matière de paiement se sont considérablement détériorés, en particulier dans le secteur B2B (entre entreprises). Dans l'ensemble, la faîtière s'attend à une augmentation significative des pertes sur créances irrécouvrables, ce qui exercera donc une pression supplémentaire sur les liquidités.

Difficultés aussi pour les entreprises pharmaceutiques et biotechnologiques

L'enquête relève que des licenciements sont envisagés par 30% des entreprises au cours des deux prochains mois. L'endiguement de la pandémie cause un grand préjudice économique. En moyenne, les entreprises indiquent que leur chiffre d'affaires a diminué d'un cinquième en raison de la crise. Economiesuisse s'attend également à ce que les ventes baissent d'environ un tiers d'ici deux mois.

Une tendance très similaire se dessine dans l'approvisionnement en composants et produits intermédiaires. Là aussi, les entreprises s'attendent à une augmentation des difficultés. Par exemple, les entreprises signalent explicitement des goulets d'étranglement pour les produits suivants: arômes, vitamines, matériaux d'emballage, matériaux de construction, alcool, glycérine, produits médicaux, terres rares, aimants.

L'industrie d'exportation est particulièrement touchée. La faîtière s'attend à ce que, dans deux mois, jusqu'à 85% de toutes les entreprises d'exportation soient touchées par des difficultés d'approvisionnement sous une forme ou une autre.

Les industries pharmaceutiques et biotechnologiques rencontrent des problèmes qui n’ont, jusqu'à présent, pas été mentionnés. En raison de l’engorgement global des hôpitaux, les études cliniques sont actuellement difficilement réalisables. Le développement de nouveaux médicaments est ralenti. Cela est particulièrement problématique pour les start-ups viables mais qui ne génèrent pas encore de ventes.

De manière générale, les entreprises estiment que leur situation économique ne reviendra pas à la normale avant au moins six mois. L'évaluation actuelle repose sur le présupposé crucial qu'il n'y aura pas de fermeture de grande envergure (« shutdown » généralisé). Dans le cas contraire, l’impact négatif s'intensifierait clairement. Les entreprises demandent donc aux autorités de pouvoir continuer à maintenir leur production.

L'économie suisse ne s'attend pas à ce que la crise se termine rapidement. Les entreprises estiment que leur situation économique ne reviendra pas à la normale avant au moins six mois. L'évaluation actuelle repose sur le présupposé crucial qu'il n'y aura pas de fermeture de grande envergure (« shutdown » généralisé). Dans le cas contraire, l’impact négatif s'intensifierait clairement. Les entreprises demandent donc aux autorités de pouvoir continuer à maintenir leur production. 





 
 
 
 

AGEFI

Rafraîchir cache: Ctrl+F5 ou Wiki



...