Artemis a étoffé sa rentabilité en 2019, malgré Feintool

mardi, 26.05.2020

La performance d'Artemis a été tiraillée l'an dernier entre l'impact positif de la consolidation intégrale du cuisiniste Franke, et la contre-performance du spécialiste de la découpe de tôles Feintool.

Principal contributeur du groupe nidwaldien, Franke a vu ses recettes s'envoler de 14,5% à 2,42 milliards. (Keystone)

Le conglomérat industriel et d'investissement Artemis a engrangé l'an dernier un chiffre d'affaires consolidé étoffé de 6,8% à 3,20 milliards de francs. La performance a été tiraillée entre l'impact positif de la consolidation intégrale du cuisiniste Franke, et la contre-performance du spécialiste de la découpe de tôles Feintool dans lequel Artemis détient une majorité.

Apurée des effets d'acquisitions et de changes, l'évolution s'avère négative de 1,3%, précise le compte-rendu diffusé mardi.

Principal contributeur du groupe nidwaldien, Franke a vu ses recettes s'envoler de 14,5% à 2,42 milliards.

L'excédent d'exploitation (Ebit) a bondi de 20% à 144,8 millions de francs, porté entre autres par le rétablissement des marges de Franke et l'absence de correctifs de valeurs sur l'année écoulée. La contribution de Franke, multipliée par deux, a représenté 133,8 millions. Le bénéfice net a progressé de 8,7% à 162,7 millions.

Artemis a réduit la voilure de plus d'un quart en matière d'investissements. Les 288,5 millions consentis ont été attribués principalement à des optimisations chez Franke et Feintool, ainsi qu'à des projets immobiliers portés par la subdivision Real Estate ou encore à l'acquisition pour le compte de Franke du constructeur transalpin de machines à café Dalla Corte.

Artemis a également étoffé ses participations dans plusieurs entreprises. Fin 2019, le groupe disposait de 29,5% dans le producteur de revêtements de sols, de colles et de bandes d'entraînement Forbo, de 22% dans le chauffagiste et climatiseur Arbonia, de 21% dans le sous-traitant automobile Autoneum, de 21% également dans le fabricant de composants industriels Adval Tech ou encore de 11,5% dans le constructeur de machines-textile Rieter.

Sur le premier trimestre de 2020, Artemis revendique une nouvelle poussée de croissance de 4,2% à 749,2 millions, portée par une évolution similaire de la contribution de Franke (567,7 millions) nonobstant les premiers effets de la pandémie de coronavirus.

Invoquant les incertitudes induites par ladite pandémie, le groupe préfère ne pas s'aventurer pour l'heure sur le terrain des projections quantitatives comme qualitatives. La direction souligne néanmoins disposer des ressources nécessaires pour saisir d'éventuelles opportunités d'acquisition ou faire face à de potentiels vents contraires. (awp)





 
 
 
 

AGEFI

Rafraîchir cache: Ctrl+F5 ou Wiki



...