Les pilotes de British Airways acceptent une baisse temporaire de salaire

samedi, 01.08.2020

Afin de limiter le nombre de licenciements prévus par British Airways, les pilotes ont accepté une réduction de salaire de 20% pour deux ans puis un retour progressif à la normale. Il y aura tout de même 270 suppressions de postes.

British Airways envisageait d'abord le licenciement de 1255 pilotes sur 4300 et des conditions moins favorables pour les autres. Au total, la compagnie aérienne pourrait licencier 12.000 personnes soit un quart de ses effectifs.(keystone)

Les pilotes de la compagnie aérienne British Airways ont approuvé un plan prévoyant des baisses de salaires temporaires de 20% pour limiter à 270 les licenciements secs, a annoncé vendredi soir le syndicat des pilotes (Balpa).

Ses membres ont voté à 85% en faveur de ce plan, alors que le secteur aérien s'effondre en raison de la pandémie de nouveau coronavirus. Il prévoit, outre 270 suppressions de postes, des baisses de salaires de 20%, qui doivent être ramenées à 8% dans deux ans, avant un retour au niveau initial à plus long terme.

"Nos membres ont pris une décision pragmatique au regard des circonstances, mais le fait que nous ayons échoué à persuader BA d'éviter tout licenciement contraint représente une amère déception", a déclaré le secrétaire général de la Balpa (British Airline Pilots Association), Brian Strutton.

La compagnie, qui emploie 4300 pilotes, envisageait initialement le licenciement de 1255 d'entre eux et de licencier puis réembaucher les autres à des conditions moins favorables.
La filiale du groupe IAG avait prévenu fin avril qu'elle envisageait au total de licencier 12.000 personnes soit un quart de ses effectifs.

"C'est une période incroyablement difficile pour tout le monde chez British Airways et nous sommes reconnaissants envers la Balpa et nos équipes pour le travail qu'ils ont accompli pour parvenir à cet accord et sauver des centaines d'emplois", a déclaré un porte-parole de la compagnie.

British Airways, qui a fait face il y a quelques jours à la menace d'une grève, ne s'attend pas à retrouver le niveau d'activité qui était le sien avant la crise avant 2023. Le transport aérien est l'un des secteurs frappés le plus durement par la pandémie de nouveau coronavirus et les mesures de distanciation physique pour l'endiguer, qui se sont traduites par un arrêt brutal des déplacements et surtout des voyages en avion.

Les rivales britanniques de BA comme Easyjet, Virgin Atlantic ou l'irlandaise Ryanair ont étalement annoncé la suppression de milliers de postes et selon une étude, 70.000 emplois sont menacés dans les trois mois à venir dans le secteur au Royaume-Uni.(awp/afp)





 
 
 
 

AGEFI

Rafraîchir cache: Ctrl+F5 ou Wiki




...