Un New Deal européen?

mercredi, 17.06.2020

Daniel Gros*

Daniel Gros

Pour beaucoup d’observateurs, la récente proposition franco-allemande d’un plan de relance européen financé au moyen d’obligations émises par l’UE pourrait être le «moment hamiltonien» de l’Union. Cette expression fait référence à l’accord de 1790 conclu sous les auspices d’Alexander Hamilton, le premier secrétaire au Trésor des Etats-Unis, décidant de la reprise par le gouvernement fédéral des dettes contractées par les 13 Etats du nouveau pays lors de la guerre d’Indépendance.

A première vue, cette analogie laisse à penser que les eurobonds sont pour très bientôt. Mais à y regarder de plus près, elle ne tient pas, ceci pour trois raisons: 

l Les Etats américains se sont endettés pour une cause commune, la guerre contre la Grande-Bretagne, ce qui n’est pas le cas des Etats membres de l’UE. Certes, on pourrait dire qu’ils combattent un ennemi commun, le Covid-19, mais cette analogie est trompeuse. En raison de leurs dépenses non programmées lors de la pandémie, la plupart des Etats membres connaîtront un supplément de dette; il sera de grande ampleur, mais ne représentera qu’une fraction de leur dette totale.

l Le gouvernement fédéral américain n’a pas remboursé entièrement la dette de guerre des Etats américains, car avant même qu’il ne la prenne en charge, la part de la dette due aux créanciers privés avait été substantiellement restructurée (ce que l’on appelle aujourd’hui la participation du secteur privé à l’effort de redressement). Mais aujourd’hui il est hors de question de restructurer la dette préexistante des Etats membres de l’UE.

l La reprise par le gouvernement fédéral de la dette des Etats pouvait alors sembler inévitable, notamment parce qu’il bénéficiait du transfert à son profit de leur principale source de revenus, les taxes douanières avec l’étranger. De la même manière, l’introduction d’eurobonds à grande échelle nécessiterait de transférer à l’UE une partie importante des revenus des pays membres, tout en limitant leur marge de manœuvre budgétaire. Or très peu de pays européens sont disposés à abandonner toute une partie de leur souveraineté budgétaire.

Pour toutes ces raisons, on ne peut pas dire que le moment est venu de partager à grande échelle les risques liés à la dette publique des pays européens.

On a aussi comparé le plan de relance européen à l’aide américaine à la reconstruction de l’Europe occidentale en 1948 après la guerre (le Plan Marshall). Mais ici aussi les différences dépassent largement les points communs, d’autant que le problème actuel tient à la quasi mise à l’arrêt brutal des ressources productives existantes et non la destruction des infrastructures matérielles.

Le meilleur parallèle historique que l’on puisse trouver est sans doute le New Deal des années 1930 sous la présidence de Franklin D. Roosevelt. A cette époque les USA entraient dans la Grande Dépression alors que leur système bancaire était fragmenté et différent d’un Etat à l’autre et que ces derniers avaient la responsabilité des indemnités chômage et de la lutte contre la pauvreté.

De même qu’aujourd’hui, chômage et pauvreté étaient les problèmes majeurs. Le New Deal ne s’est pas limité à intervenir dans ces domaines qui relevaient des Etats, mais il leur a attribué (ainsi qu’aux municipalités) des fonds fédéraux pour financer les travaux publics et les indemnités chômage. D’ailleurs, les 750 milliards d’euros du fonds de relance Next Generation EU proposé par la Commission européenne dans le cadre de l’initiative franco-allemande seront acheminés par l’intermédiaire des Etats membres et des régions.

Le New Deal a résisté à l’épreuve du temps, il est maintenant reconnu comme une part essentielle de ce que l’on pourrait appeler «la constitution économique des USA». Le défi à long terme pour l’UE est d’adopter une politique économique pour l’après-pandémie qui puisse comme le New Deal jouer le rôle de stabilisateur quand viendra le retour à la normale.

* Directeur, Centre for European Policy Studies

Traduit de l’anglais par Patrice Horovitz / Copyright: Project Syndicate, 2020





 
 
 

AGEFI

Rafraîchir cache: Ctrl+F5 ou Wiki




...