Touchons le futur dans l’électricité

mardi, 07.01.2020

Henri Zanuttini*

Henri Zanuttini.

Le marché du secteur de l’électricité connait sa plus grosse mutation depuis l’avènement de la pensée écoénergétique. Les missions de l’ Union suisse des installateurs-électriciens USIE, aujourd’hui EIT. Swiss, doivent être redéfinies. Le rêve de l’énergie solaire gratuite s’est transformé en un monopole mercantile. Les enjeux stratégiques de placements de capitaux internationaux en Suisse sur fond de rachat/monopole, ont parachevé l’aseptisation des marques à la croix blanche, ces vaches à lait, dont le savoir-faire n’est plus du tout dynamique. Force est de constater que les acteurs qui ont façonné ces monopoles dorment sur leurs lauriers, et serrent la vis sans fin des normes singulières suisses pour prospérer.
La guerre des prix entre les grosses entités des installations électriques a encore fortement accru la disparition des fabricants, des artisans et des petites sociétés. Depuis 20 ans, on voit clairement que les fournisseurs d’électricité sont devenus des géants du tout faire: chauffage, pompe à chaleur, solaire, alarme, installations électriques...
Va-t-on n’avoir qu’une seule entité pour l’installation électrique?  Les ouvriers de la branche ont de plus à subir le monopole de l’employeur, – l’électricien ne peut pratiquer son métier sans maîtrise fédérale – et reste dépendant du bon vouloir des patrons. On a vu que Unia vient de rentrer en disgrâce en soutenant une CCT 2020-25 sans renouveau salarial depuis 30 ans, mais incroyablement plus de responsabilité à porter. Et pour parachever le toute l’inspectorat fédéral a rendu impossible la pratique du métier tant il y a de normes de sécurité.
La main-d’œuvre désormais fond blanc comme neige et le travail d’appoint au label d’électro fait rage chez les frontaliers. En bref via une entité de placement, tout le monde peut être blanchi comme électro.
Tous les acteurs de ce secteur s’accordent sur un même discours. Alors comment revaloriser un secteur qui en est à la revente de ces marques? On comprend dès lors, que la bonne formule n’est pas de surfer dans une eau dormante, nommée Monopole.
Jeter un pavé dans la mare, c’est si simple mais c’est perçu à contrecourant! pourrais-je résumer mon propos qui vise de créer du travail avec un marché novateur: l’interrupteur tactile! On ne connait pas encore les conséquences de la pollution des émissions d’ondes de toutes natures (par ex. la 5G pour les portables). Alors qu’il serait plus logique d’utiliser les fils électriques pour dialoguer. Dans un avenir proche, nous parlerons d’intelligence électrique. Développons-là!

* Fondateur LedTronic – Knauser Energy

Précision du syndicat Unia

M. Henri Zanuttini affirme dans sa tribune que « Unia vient de rentrer en disgrâce en soutenant une CCT 2020-25 sans renouveau salarial depuis 30 ans, mais incroyablement plus de responsabilité porter. ».

Le syndicat Unia précise que cette affirmation est fausse. « En effet, Unia a obtenu lors du dernier renouvellement de la CCT de l’électricité une augmentation générale de 100 francs des salaires effectifs pour 2020. Il s’agit de l’une des augmentations salariales les plus substantielles négociées par le syndicat Unia dans les secteurs de l’artisanat et de la construction. De plus, ce renouvellement de la CCT a non seulement permis de procéder à une revalorisation de la branche par l’intermédiaire des salaires effectifs et minimums, mais aussi par l’amélioration des conditions de travail. »

 

 





 
 
 

AGEFI

Rafraîchir cache: Ctrl+F5 ou Wiki




...