Santé et économie, la difficile conciliation de ces deux impératifs

jeudi, 08.10.2020

Klaus Schwab* / Thierry Malleret **

Klaus Schwab et Thierry Malleret

Quatrième extrait, d’une série de quatre, tiré du chapitre « Réinitialisation individuelle » du livre « Covid-19 : la grande réinitialisation »

La pandémie nous a tous obligés, citoyens et décideurs politiques, volontairement ou non, à entrer dans un débat philosophique sur la manière la moins dommageable possible de maximiser le bien commun. Avant tout, elle nous a incités à réfléchir davantage à ce que signifie réellement le bien commun. Le bien commun est ce qui profite à la société dans son ensemble, mais comment décider collectivement ce qui est le mieux pour nous en tant que communauté? S'agit-il de préserver à tout prix la croissance du PIB et l'activité économique pour tenter d'éviter une hausse du chômage? S'agit-il de prendre soin des membres les plus fragiles de notre communauté et de faire des sacrifices les uns pour les autres? S'agit-il d'une situation intermédiaire et, si oui, quels sont les compromis à faire?

Certaines écoles de pensée philosophiques, comme le libertarianisme (pour lequel la liberté individuelle est la plus importante) et l'utilitarisme (pour lequel la recherche du meilleur résultat pour le plus grand nombre a plus de sens) pourraient même contester que le bien commun est une cause qui mérite d'être défendue, mais les conflits entre des théories morales concurrentes peuvent-ils être résolus ? La pandémie les a portés à ébullition, et provoqué des débats ardents entre les camps opposés. De nombreuses décisions qualifiées de « froides » et rationnelles, motivées exclusivement par des considérations économiques, politiques et sociales, sont en fait profondément influencées par la philosophie morale - la recherche d'une théorie capable d'expliquer ce que nous devrions faire.

En fait, presque toutes les décisions relatives à la meilleure façon de faire face à la pandémie pourraient être considérées comme un choix éthique, ce qui montre que, dans presque tous les cas, les pratiques humaines obéissent à des considérations morales. Dois-je donner à ceux qui n'ont rien et faire preuve d'empathie envers ceux dont l'opinion diffère de la mienne ? Est-il normal de mentir au public pour le plus grand bien ? Est-il acceptable de ne pas aider mes voisins infectés par la COVID-19 ? Dois-je licencier un certain nombre d'employés dans l'espoir de maintenir mon entreprise à flot pour les autres ? Puis-je me retirer dans ma résidence secondaire pour ma propre sécurité et mon propre confort ou dois-je la prêter à quelqu'un dont les besoins dépassent les miens ? Dois-je ignorer l'ordre d'enfermement pour aider un ami ou un membre de ma famille ? Chaque décision, petite ou grande, a une composante éthique, et la façon dont nous répondons à toutes ces questions est ce qui nous permet finalement d'aspirer à une vie meilleure.[…]

Rien ne résume mieux la question du choix éthique que le débat qui a fait rage pendant les premiers confinements sur le compromis entre la santé publique et le coup porté à la croissance. Comme nous l'avons dit précédemment, presque tous les économistes ont brisé le mythe selon lequel le sacrifice de quelques vies sauvera l'économie mais, indépendamment du jugement de ces experts, le débat et les arguments ne se sont pas arrêtés là. Aux États-Unis en particulier, mais pas exclusivement, certains responsables politiques ont estimé qu'il était justifié de donner plus de valeur à l'économie qu’à la vie, approuvant un choix politique qui aurait été inimaginable en Asie ou en Europe, où de telles déclarations auraient été synonymes de suicide politique. […]

Faire passer l’économie avant la vie remonte à une longue tradition, perpétrée par les marchands de Sienne pendant la Grande Peste et ceux de Hambourg qui ont tenté de dissimuler l'épidémie de choléra en 1892. Cependant, il semble presque incongru qu'elle soit toujours d’actualité aujourd'hui, avec toutes les connaissances médicales et les données scientifiques dont nous disposons. L'argument avancé par certains groupes tels que « Americans for Prosperity » est que les récessions tuent les gens. C'est sans doute vrai, mais c'est un fait qui est lui-même ancré dans des choix politiques fondés sur des considérations éthiques. Aux États-Unis, les récessions tuent en effet beaucoup de gens parce que l'absence ou la nature limitée de tout filet de sécurité sociale met leur vie en danger. Comment ? Lorsque les gens perdent leur emploi sans aide de l'État et sans assurance maladie, ils ont tendance à « mourir de désespoir » par suicide, overdose ou alcoolisme, comme le montrent et l'analysent de manière approfondie Anne Case et Angus Deaton. […]

Les bioéthiciens et les philosophes moraux se mettent rarement d’accord sur le fait de compter les années de vie perdues ou sauvées plutôt que de compter uniquement le nombre de décès qui se sont produits ou qui auraient pu être évités. Peter Singer, professeur de bioéthique et auteur de The Life You Can Save, est une voix éminente parmi ceux qui adhèrent à la théorie selon laquelle nous devrions prendre en compte le nombre d'années de vie perdues, et pas seulement le nombre de vies perdues. Il donne l'exemple suivant : en Italie, l'âge moyen des personnes qui meurent de la COVID-19 est de près de 80 ans, ce qui pourrait nous amener à poser la question suivante : combien d'années de vie ont été perdues en Italie, compte tenu du fait qu'un grand nombre des personnes qui sont mortes du virus n'étaient pas seulement âgées mais avaient également des problèmes médicaux sous-jacents ? Certains économistes estiment approximativement que les Italiens ont perdu en moyenne trois ans de vie, un résultat très différent des 40 ou 60 ans de vie perdus lorsque de nombreux jeunes périssent à la guerre.

* Président du World Economic Forum
** 
Directeur associé du Monthly Barometer

>>> Les autres extraits du livre:





 
 
 

AGEFI

Rafraîchir cache: Ctrl+F5 ou Wiki




...