Qui décide, le cœur ou la tête?

mercredi, 01.05.2019

Céline Renaud*

Céline Renaud

Flashback: nous sommes en 2004, je suis derrière mon ordinateur dans les bureaux d’une magnifique marque horlogère en train de compiler les chiffres des ventes du monde entier. J’aime beaucoup cette marque, son potentiel, les possibilités de cette fonction et la diversité des gens que je côtoie. De plus, travailler avec une personnalité de premier ordre du monde horloger est une superbe opportunité.

Cependant, tout au fond de moi, une petite voix me dit que j’ai tout donné ici ce que j’avais à donner et que je suis attendue ailleurs … mais où? Pour faire quoi? Quitter mon emploi sûr avec une bonne rémunération serait une folie. Et pourtant, cette voix est insistante. Je me trouve entre ces deux choix et mon mental tourne en boucle toutes les questions relatives à ces décisions et surtout il met l’accent sur tous les inconvénients à quitter cet emploi.

Ce genre de choix binaires ne sont pas très agréables, ni énergisants. J’ai appris très tôt plusieurs techniques pour les résoudre. Nous pouvons par exemple écrire dans deux colonnes les avantages et les inconvénients et en tirer un bilan. Il est possible d’écrire ou de peindre les questions et les réponses ou encore de partir marcher dans la nature pour tenter d’y répondre. Une autre solution consiste à s’extraire et à prendre de la hauteur pour trouver une 3e réponse hors du périmètre déterminé: thinking out of the box. C’est très utile dans notre quotidien professionnel et privé. Il y a quelques temps déjà, je sentais qu’il me fallait accepter la demande d’intervention à un forum d’un client à un prix qui n’était pas celui escompté. Cependant, quelque chose me disait que le jeu en valait la chandelle. Et effectivement, cette intervention a débouché sur une commande inattendue. 

Une autre fois, il m’est arrivé de me questionner quant à investir dans une formation de 10 jours  aux États-Unis à un prix en-dessus de mes moyens et, pourtant là encore, cela semblait déraisonnable alors qu’une force invisible m’y poussait. Il a y pléthores de ce genre de situations et de choix où nous sommes amenés à nous prononcer. Avec le temps, j’ai décidé de suive mon cœur… Sincèrement, je n’y arrive pas toujours et ma raison reprend vite le dessus, particulièrement sur tout ce qui est en lien avec le délivrable. Je me surpasse encore et toujours pour fournir des résultats et un effort parfois surhumain au lieu de penser à me ressourcer. Je suis câblée ainsi.

Dans tous les cas, il y a plus de 15 ans, dans cette manufacture horlogère, j’ai décidé de suivre cette petite voix et j’ai quitté la voie tracée d’une carrière toute dessinée pour me lancer ensuite le défi de la création d’une manufacture de lutherie. Et ce n’est qu’avec le recul que je peux confirmer que ce chemin de traverse suivi m’a enrichi d’une manière que je n’aurai jamais imaginée. Cela a été mon école de vie, mon MBA. 

Si je vous parle de tout cela, c’est qu’encore actuellement lorsqu’il s’agit de faire de nouveaux choix risqués, mon mental me met en garde. Comme aujourd’hui pour ce jeune chien que j’aimerais intégrer à ma vie. Bien sûr, c’est déraisonnable, infaisable avec ma vie actuelle si remplie. Et ma petite voix est toujours là, extrêmement insistante… Je ne sais pas comment, mais je sais que je saurai résoudre les challenges qui se présenterons à moi. Est-ce qu’aujourd’hui mon cœur va gagner cette bataille? Le futur en décidera…

* CEO et fondatrice, JMC Lutherie 





 
 
 

...