Prévoyance et propriété: deux thèmes pour une planification

mercredi, 06.11.2019

Philippe G. Müller*

Philippe G. Müller

L’accès à la propriété immobilière est parfois laborieux. La forte augmentation des prix de l'immobilier éloigne toujours plus le rêve de posséder son propre logement, notamment pour les jeunes. Le capital de prévoyance peut aplanir la voie.

Pour éviter les surprises désagréables et atténuer les risques financiers, il est bon de planifier stratégiquement et simultanément sa retraite et l'achat d'un logement. Etoffer systématiquement son capital dans les 2e et 3e piliers dans ce double but permet d'optimiser l'ensemble de sa situation patrimoniale.

Des solutions de financement

Au vu de l'incertitude qui pèse sur le système de prévoyance obligatoire, combiner la planification de la retraite et l'achat d'un bien immobilier est de plus en plus judicieux. Si le nombre et le montant des retraits du 2e pilier destinés à financer l'achat d'un logement en propriété diminuent depuis quelques années, la tendance pourrait bien s'inverser prochainement. Sur les dix dernières années, les prix des logements ont augmenté près de cinq fois plus vite que le revenu moyen des ménages. Puiser dans son capital de prévoyance permet de surmonter plus facilement l'obstacle du financement.

Le pilier 3a peut également y contribuer. En commençant à le constituer le plus tôt possible, il peut fournir les fonds propres nécessaires à un achat immobilier. Et même si l'achat d'un bien ne se concrétise pas, il y a toujours des économies d'impôt et un capital de prévoyance dont on peut profiter. Néanmoins, si l'on retire des fonds du système de prévoyance afin d'acheter un bien immobilier, il ne faut pas négliger les risques. La rente de retraite est alors souvent moins élevée et, en général, la couverture des risques d'invalidité et de décès est limitée pendant la vie active.

Planifier soigneusement

Les charges courantes d'un logement en propriété, souvent inférieures au loyer payable pour un bien comparable, rendent en principe l'achat avantageux. En outre, la redistribution croissante entre actifs et retraités au sein du 2e pilier, en faveur des pensionnés mais au détriment des employés, incite ces derniers à retirer du capital avant le départ à la retraite. 

Mais il faut éviter d'en tirer des conclusions hâtives. Le mieux est de planifier stratégiquement aussi bien son capital de prévoyance que l'achat d'un logement, en tenant compte de sa situation de vie actuelle et future.

Si le capital de prévoyance est retiré de façon anticipée pour acheter un logement, il est bon de mettre de côté les économies réalisées dans les charges courantes en prévision de la retraite. A l'approche de l'âge de la retraite, la question se pose souvent de savoir s'il vaut mieux opter pour une rente ou pour le versement du capital.

Au vu du faible taux de conversion, le rendement attendu d'un logement locatif ou à usage propre peut constituer un investissement intéressant. Cependant, celui-ci comporte aussi des risques importants, de sorte qu'il convient d'assurer ses besoins minimaux grâce à d'autres sources.

Evaluer chaque situation

La sécurité de l’emploi, le fait d’être affilié à une caisse de pension ou de posséder un ou plusieurs comptes 3a, la couverture des risques, notamment en cas d’invalidité et de décès pendant la vie active, ainsi que la santé de la caisse de pension sont autant de facteurs qui déterminent s’il faut utiliser l’avoir de prévoyance pour l’acquisition d’un logement. Chaque situation est particulière et il est préférable de l’examiner avec un conseiller en prévoyance pour pouvoir répondre de façon optimale aux besoins individuels.

* Economiste responsable pour la Suisse romande, UBS





 
 
 

AGEFI

Rafraîchir cache: Ctrl+F5 ou Wiki




...