Pascal Broulis, Géraldine Savary... Les procès indécents

lundi, 03.12.2018

Jacques Neirynck*

Il y a des gens qui ont eu la chance de naître dans une famille éduquée, aisée et cultivée, de posséder une bonne santé, de vivre dans un pays civilisé. Ils réussissent mieux que ceux qui n’ont pas eux toutes ces chances, qui ont vécu des vies cabossées et qui gagnent péniblement leur vie dans des métiers durs et sans intérêt.

Cette inégalité est inscrite dans la nature humaine.

Ce n’est la faute des chanceux qu’il y ait des malchanceux. Cependant ces derniers votent pour les extrêmes qui prétendent vouloir tout changer tandis que les chanceux soutiennent le centre qui s’en garde.

C’est au centre de ce nœud de contradictions que se trouve Frederik Paulsen.

Frederik Paulsen n’a violé aucune loi

Dans les procès indigents, intentés à des personnalités aussi différentes que Pascal Broulis et Géraldine Savary, on lui a fait jouer le rôle du corrupteur, de l’ami compromettant et même de l’espion russe. Il a été obligé de se justifier dans deux pleines pages du Temps, en manifestant une juste colère.

Non seulement il n’a violé aucune loi, mais il assume un rôle de mécène à la hauteur de sa fortune. Il bénéficie d’un forfait fiscal, amplement justifié, mais il dépense volontairement en subsides bien plus que les impôts qu’il devrait payer s’il était soumis au régime habituel.

C’est bien cela que lui reprochent tacitement les malchanceux: il a ces moyens d’être généreux qu’eux n’ont pas.

Le soutien à Géraldine Savary

Familier de la social-démocratie, attitude tout à fait normale pour un Scandinave, il a subsidié la campagne électorale de Géraldine Savary.

Dès lors celle-ci devenait gênante pour son parti qui a été obligé la congédier sans scrupule.

Même si aucun reproche ne pouvait lui être adressé, si aucune infraction n’avait été commise, ce simple contact avec un milliardaire risquait de ruiner l’image que le parti socialiste arbore face à un électorat de malchanceux et ainsi lui faire perdre des voix.

Pire, elle a fait partie d’un voyage de groupe, qui comportait également Frederik Paulsen et Pascal Broulis. Inadmissible.

L’essence d’un scandale préfabriqué est la prétendue violation de règles inventées pour les besoins de la cause. On a bien de la peine à les expliciter, tant elles sont insensées.

Faire l’idiot pour recueillir des voix

Tous les riches sont-ils suspects? Est-il interdit à un fortuné de subsidier un parti de gauche? Est-il interdit de le fréquenter lors d’un voyage d’étude? Faut-il choisir ses amis en fonction de leurs convictions politiques et ne fréquenter que des personnes de même rang social?

Faut-il éviter de voyager en Russie à cause de Poutine? Faut-il jouer publiquement le rôle d’une personne de convictions étriquées et d’intérêts limités pour convaincre les électeurs?

Faut-il faire l’idiot pour recueillir les votes des malchanceux?

Si on répond positivement à ces questions, on élimine petit à petit les personnes les plus aptes à conduire une politique intelligente.

* Professeur honoraire de l'EPFL





 
 
 

AGEFI

Rafraîchir cache: Ctrl+F5 ou Wiki



...