Pas de taux directeurs suisses positifs avant 2021

mercredi, 20.02.2019

Philippe G. Müller*

Philippe G. Müller

Quand les taux d’intérêt suisses à court terme reviendront-ils en territoire positif? Cette question comprend deux aspects: quand la Banque centrale européenne (BCE) rompra-telle avec sa politique de taux d’intérêt négatifs? Et comment la Banque nationale suisse (BNS) se positionnera-t-elle vis-à-vis de la politique monétaire de la BCE?

Pour ce qui est de la politique de la BCE, les risques menaçant l’économie européenne se sont considérablement accentués ces derniers mois. La croissance dans la zone euro a été décevante, de même que les indicateurs du moral des entreprises.
Les risques politiques en Europe ne se sont guère dissipés. Le Brexit se rapproche à grands pas et ses modalités restent floues. Bien que l’Italie ait en partie accédé aux demandes de la Commission européenne quant à sa politique budgétaire, la récession menace désormais les perspectives des finances publiques.

Malgré ces risques, un atterrissage brutal de l’économie européenne est peu probable. Le recul marqué du chômage devrait soutenir l’économie et contribuer à raviver la conjoncture en Europe. Or, même si cela se vérifie, la BCE ne devrait pas relever ses taux directeurs cette année. Une première hausse est attendue au cours du premier trimestre 2020 seulement.

Cela devrait influer sur la croissance et la politique monétaire en Suisse. Cette année, le ralentissement conjoncturel de la zone euro, le renforcement du franc par rapport à l’an passé et les incertitudes politiques devraient peser sur la dynamique économique. La croissance helvétique devrait se situer à 1,5%.

L’un des piliers de la stratégie monétaire de la BNS consiste à maintenir stable l’écart de taux d’intérêt entre les marchés monétaires en Suisse et dans la zone euro, afin d’atténuer la pression à la hausse sur le franc. Dès lors, comment la BNS se positionnera-t-elle face à la BCE? Augmentera-t-elle les taux d’intérêt avant, en même temps, ou après la BCE?

Ces derniers mois, les pressions exercées sur la BNS pour mettre fin aux taux d’intérêt négatifs se sont considérablement accrues. Après quatre années de taux directeurs négatifs, les effets secondaires sur le secteur financier et les caisses de pension sont de plus en plus pesants.

Toutefois, il semble peu probable que la BNS augmente ses taux avant la BCE. Le refroidissement de l’économie européenne et les divers risques politiques en Europe devraient, ces prochains mois, maintenir la pression à la hausse sur le franc. Un premier relèvement des taux en Suisse au premier trimestre 2020, qui coïnciderait avec une première hausse de la part de la BCE, est donc plus probable.

La poursuite de la normalisation monétaire dans la zone euro devrait ensuite permettre à la BNS de relever ses taux d’intérêt à 0% fin 2020 et de remettre pied en territoire positif en 2021. Toutefois, si le ralentissement de l’économie européenne se révèle plus grave que prévu ou si l’un des nombreux risques politiques en Europe se matérialise, il est peu probable que la BNS relève ses taux directeurs dans un avenir proche.

* Economiste responsable pour la Suisse romande, UBS





 
 
 

AGEFI

Rafraîchir cache: Ctrl+F5 ou Wiki



...