N’attendez pas d’être dirigeant pour être un leader inspirant

dimanche, 05.05.2019

Christophe Clavé *

Un article paru dans la Harvard Business Review en avril 2019 démarre avec un titre formidable «vous n’avez pas à être un dirigeant pour être un leader visionnaire». Pourquoi est-ce un titre formidable? Parce qu’il affirme que le leadership, l’énergie constructive, la proactivité ne sont pas l’apanage des dirigeants. Chacun, à son niveau et à sa place dans l’entreprise est appelé à contribuer à ses succès. C’est un souffle d’air frais, une permission donnée, un appel à l’initiative, à la proactivité.
La nécessité d’un cadre de travail. La première mission du management est de donner aux collaborateurs un cadre de travail qui se compose d’une vision décrivant ce qu’on veut devenir, et les valeurs, décrivant comment on veut y parvenir. Ce cadre permet de libérer les initiatives, la créativité et l’innovation. Ce sont précisément ces éléments qui permettent au management de transformer son rôle, et aux salariés de s’autoriser à contribuer, proposer, prendre des risques, apprendre et innover.
Les dirigeants inspirés savent se mettre à l’écoute
Même si vous n’êtes pas un dirigeant, vous pouvez contribuer au déploiement de la vision développée par la direction. En informant les dirigeants, en faisant des propositions, vous contribuez à façonner ce qui deviendra la vision officielle guidant les actions et les énergies. Les dirigeants inspirés savent se mettre à l’écoute des informations et propositions qui montent du terrain. Qu’il s’agisse de la perception des clients sur les produits de l’entreprise, d’informations concernant les concurrents, les dirigeants avisés sont avant tout à l’écoute. Ne restez pas dans votre coin. Participez dès que possible à des groupes de travail, à des projets, à des panels d’analyse.
C’est en agissant, en s’ouvrant aux multiples dimensions de la vie de l’entreprise que votre propre compréhension des enjeux, et donc la qualité de vos contributions deviendront utiles. Dans votre service, avec vos collègues, vous pouvez aussi traduire, décliner la vision de l’entreprise en ce qui pourra devenir la vision de votre service. Si vous n’êtes pas formellement appelé à y contribuer, prenez des initiatives. Soyez celui qui propose des solutions, des idées, des innovations.
Conservez à l’esprit que la direction de l’entreprise passe son temps à entendre des gens se plaindre sans rien proposer, ou se gargariser de propos généraux sans les transposer en actions utiles. Vos contributions seront d’autant plus pertinentes qu’elles contribueront à l’atteinte des grands objectifs de l’entreprise. On peut être visionnaire même à petite échelle. Certes l’élaboration d’une vision relève du top management. Cela dit, l’exigence d’innovation continue, de flexibilité, d’adaptation permanente implique de prendre en compte les expériences de terrain et de les intégrer dans la constante réinvention de l’entreprise par elle-même.
Donc, concrètement, où que vous soyez dans la hiérarchie de l’entreprise, vous ne perdrez rien à comprendre sa vision et celle de ses dirigeants. Où veulent ils vous emmener? Soyez attentif et saisissez les opportunités de contribuer à l’élaboration et le déploiement de cette vision. Ne restez pas seul dans vos réflexions et votre démarche. Parlez autour de vous, écoutez, partagez.
Bâtir et partager une vision est une des compétences clefs du dirigeant. Démontrez votre compréhension et votre contribution à la vision de votre entreprise sans oublier bien sûr d’y mettre les formes pour les rendre audibles. «Il vaut mieux vaut demander un pardon qu’une permission».

* Professeur de stratégie et de management, INSEEC SBE





 
 
 

AGEFI

Rafraîchir cache: Ctrl+F5 ou Wiki




...