L’entreprise «talentueuse» sait nourrir l’étincelle

mardi, 26.11.2019

Charlotte d’Aulnois*

Charlotte d’Aulnois

A l’heure où la vitesse est «la nouvelle monnaie du business» selon une des conclusions du forum de Davos 2016, beaucoup d’entreprises se mobilisent autour de la notion de talent, comme levier de rapidité, d’agilité et de performance face à un monde complexe. En effet, l’hypothèse qui consiste à mieux cerner et nourrir le talent d’une personne et d’une équipe se révèle être un investissement rentable à tous points de vue, garant d’une vraie dynamique pérenne de réussite individuelle et collective. 

Intéressant donc de se poser la question de ce que l’on met à l’intérieur et autour du mot «talent», d’une part afin de mieux comprendre ses mécanismes internes et d’autre part afin qu’il soit relié à une notion plus large de dynamique d’entreprise vivante, qui embarque ses collaborateurs dans un voyage de développement et de dépassement de soi continu, avec l’envie de réussir. Nous sommes donc ici loin des modèles proposés autour de nomenclatures compliquées qui tentent d’évaluer, de maîtriser et de normaliser ce qu’est «un talent», avec toutes les conséquences négatives potentielles sur l’énergie collective.

Notre retour d’expériences tant au sein des PME et que des multinationales apporte un éclairage pragmatique sur la notion de talent et de ses mécanismes internes. Trois éléments et leviers-clés nous semblent importants et indissociables pour qualifier une personne, une équipe et une entreprise de «talentueuse»:

1 - Le «moteur», ses motivations profondes, sa détermination à avancer, son énergie «animale», sa puissance d’action, mis au service du projet.

2 - Le «carburant», les connaissances, les expériences, les conditionnements positifs accumulés et accumulables au fil des années, qui viennent légitimer, asseoir, nourrir la création de valeur au service du projet.

3 - L’ «étincelle», l’envie, le sens donné à l’action, la passion pour le domaine, qui permet la joie et la résilience, et une production de dopamine et de sérotonine indissociables au dépassement de soi.

Pour avancer donc vite, toujours plus vite et plus loin sur une route à la destination incertaine et aux multiples virages, il s’agit de prendre soin des «moteurs», «carburants» et «étincelles», respectivement de l’énergie, de la création de valeur, de la joie et de la résilience de chacun. Le talent est donc un tout, indissociable, connecté, évolutif, précieux mais aussi complexe et fragile, d’où aujourd’hui l’énergie déployée au sein des entreprises pour les attirer et les retenir. 

La question du «comment» l’entreprise d’aujourd’hui procède se pose néanmoins et les recettes du passé ne sont pas toujours des recettes d’avenir. Trop souvent encore, l’entreprise considère ses talents sur la base d’un parcours ou d’un CV et s’attarde à quantifier les «carburants» que sont les expériences et connaissances, seuls leviers véritablement mesurables. 

Comment pourrait-elle aujourd’hui, se mobiliser autour des deux autres leviers si puissants qui constituent le «talent», d’une part «le moteur»l’énergie, d’autre part «l’étincelle» la joie et la résilience afin d’incarner à son tour l’entreprise «talentueuse», celle qui inspire et qui embarque chacun d’entre nous à donner le meilleur de nous-même et à faire des miracles?

* Founder et Managing Partner, GenerativeHumanae





 
 
 

AGEFI

Rafraîchir cache: Ctrl+F5 ou Wiki




...