Le taxi sans chauffeur: c’est parti!

mardi, 08.01.2019

Xavier Comtesse* / Florian Németi**

Xavier Comtesse

Après avoir fait rouler ces voitures autonomes sur des millions de kilomètres en Californie, Waymo, le projet de conduite autonome, a lancé au mois de décembre 2018 un service commercial de robo-taxi dans la région de Phoenix.

Baptisée «Waymo One», cette étape importante pour la société et le secteur naissant des technologies de conduite autonome comporte des réserves.

Le service de voiture autonome Waymo One et l’application qui l’accompagne ne seront disponibles pour personne car, pour l’instant, la société a annoncé qu’elle aurait au volant des pilotes d’essai formés par Waymo (même si la société dispose déjà de véhicules sans conducteur sur la voie publique à Phoenix). Waymo invitera d’abord les résidents de Phoenix faisant partie de son programme pour débutants conçu pour donner à un groupe de personnes approuvées la possibilité d’utiliser une application pour héler un véhicule autonome. Le programme pour débutants, lancé en avril 2017, a rassemblé plus de 400 participants selon les derniers chiffres communiqués par Waymo.

Waymo invitera certains des premiers coureurs à passer au service Waymo One. Selon John Krafcik, CEO, le groupe continuera à exploiter le programme pour les premiers passagers afin de permettre à un groupe sélectionné de fournir des informations continues à Waymo.

«Ils contribueront à tester les premières fonctionnalités avant de passer à Waymo One, qui permet au public d’accéder progressivement à de nouvelles fonctionnalités», a-t-il écrit dans un blog sur Medium.

En dépit de cette restriction majeure, Waymo One est un progrès et signale la progression de l’entreprise vers un service plus large ouvert au public.

Contrairement au programme précédent, les utilisateurs de Waymo One seront en mesure de partager publiquement leurs impressions sur le service. Cela ouvre également la porte au public, car les utilisateurs de Waymo One seront en mesure d’emmener un ami ou un membre de la famille qui ne faisait pas partie du programme pour les premiers usagers.

Le service sera disponible dans une zone définie de Phoenix 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, a annoncé la société. Le service se développera lentement dans de nouveaux quartiers et banlieues de la grande région de Phoenix.

Avant d’accepter le voyage, les cyclistes voient les prix estimés en fonction de facteurs tels que le temps et la distance qui les séparent de leur destination.
Les coureurs pourront poser des questions via l’application ou une console de voiture qui leur donnera un accès instantané à un employé de Waymo.

Waymo a peu à peu opté pour un service commercial à Phoenix depuis le début de ses essais sur les mini-fourgons Chrysler Pacifica en banlieue, comme à Chandler en 2016, puis l’offre a été élargie l’année suivante avec son programme pour les premiers usagers. En 2017, Waymo a retiré les employés et les passagers de sa flotte de tests, envoyant des minivans autonomes dans les rues de la grande région de Phoenix.

En mai de cette année, Waymo autorisait certains des premiers passagers à héler une fourgonnette autonome sans conducteur d’essai humain au volant. Plus récemment, la société a lancé à Phoenix un programme de transport en commun axé sur le transport des personnes vers les arrêts de bus, les gares ferroviaires et les trains légers.

En octobre 2018, Waymo a obtenu le premier permis en Californie permettant de commencer les tests sans conducteur sur les routes publiques.

C’est parti… dans moins de cinq ans on verra des robot-taxi de Google qui s’attaqueront au marché d’Uber et aux autres… un nouveau monde commence.

* Mathématicien
** Directeur, Chambre neuchâteloise de Commerce et de l’Industrie





 
 
 

AGEFI

Rafraîchir cache: Ctrl+F5 ou Wiki



...