Le rat des champs, le rat des villes et le rat de laboratoire

lundi, 29.04.2019

Pécub

Moi, dit le rat des champs, j’investis mon argent dans l’écologie, le durable, l’énergie et l’alimentation. Les rendements y sont intéressants et prometteurs. L’eau, les lacs, les glaciers, la pluie et les rivières, il y a de quoi faire. Le soleil, le bois, les barrages, la biomasse et le compostage, une évidence pour le sage. Le blé, le riz, le bœuf, les œufs, les fruits et les poissons, ça rapporte du pognon.

Moi dit le rat des villes, je place mon argent dans le logement, le divertissement et la santé. La pierre restera toujours la pierre, bon an mal an, j’y trouve du quatre à cinq pourcents. Le sport, le football, les vacances, les écrans, la téléphonie et les séries, une rente à vie. La santé, le cancer, les maladies, l’hôpital, les médicaments, les promesses de vie éternelle et les allergies, une croissance à deux chiffres.

Moi dit le rat de laboratoire, je mets tous mes avoirs dans la recherche et le développement. En grattant, analysant, calculant, observant, farfouillant, prospectant, imaginant, furetant, expérimentant, tout et n’importe quoi, un jour par hasard, dans mon laboratoire, on tombera sur une découverte qui rapporte des milliards. Vous, le rat des villes et le rat des champs, vous ne prendrez pas le risque de rater ça.

La cupidité n’est pas une vertu chez les rats, la qualité de vie, c’est plus dans leur nature. Alors, comment réfléchir en bonne intelligence, l’utile, le nécessaire, et les bonheurs de l’existence ? Un temps de clairvoyance partagée plus tard, nos trois rats prirent une grande décision. Tous ensemble, investir dans l’éducation. Pécub





 
 
 

AGEFI

Rafraîchir cache: Ctrl+F5 ou Wiki




...