Le conseil d’administration et le développement durable

samedi, 09.05.2020

Marie de Fréminville*

Marie de Fréminville

La performance financière reste en tête des préoccupations des actionnaires, et donc des conseils d’administration et des dirigeants, mais la prise en compte de l’impact social et environnemental et de l’intérêt de toutes les parties prenantes est la clé de la durabilité des entreprises!

Commençons par rappeler «Le code suisse de bonnes pratiques pour le gouvernement d’entreprise»: «Le conseil d’administration doit se laisser guider par l’objectif d’un développement durable de l’entreprise. Il définit les objectifs stratégiques et les moyens généraux pour y parvenir. Il désigne les personnes a` qui la gestion des affaires doit être confiée. Il veille dans sa planification a` coordonner la stratégie et les finances».

Les dispositifs en matière de responsabilité sociale et environnementale commencent à être mis en place par les entreprises notamment pour regagner la confiance des clients et des actionnaires, et aussi pour engager les salariés qui ont besoin de sens et de relier leurs activités professionnelles à leurs préoccupations personnelles (la planète, le climat, la pollution, les relations sociales…).

La rareté des ressources naturelles, la précarité sociale, ou la pollution entrainent de nouvelles réflexions sur les risques et sur l’émergence de nouveaux modèles économiques: une partie de la croissance repose désormais sur l’économie circulaire, l’économie collaborative, le «bio» ou l’éco-conception. La finance durable a occupé la place de Genève en octobre 2019! L’investissement durable pourrait devenir une «norme» pour les mondes financier et bancaire, mais aussi pour le monde industriel.

Les classements internationaux des «meilleures entreprises» accordent maintenant une place significative, en plus de la performance économique, à la dimension extra-financière, à la gouvernance, à la diversité, et aux risques climatiques.

Une des conséquences de ces changements est l’augmentation des réglementations: fiscalité, responsabilité des multinationales, transparence du financement de la vie politique, protection des données personnelles, et des débats sont à venir sur la loi sur le CO2, la biodiversité, l’interdiction des carburants et combustibles fossiles d’ici a` 2050.

Certaines entreprises considèrent que de nouvelles mesures ne seraient pas supportables. Dans ce cas, il ne faut pas attendre de nouvelles réglementations, il faut anticiper et répondre aux préoccupations des clients, salariés, actionnaires avant d’être contraints par les réglementations!

Le rôle des conseils d’administration est de s’assurer que l’entreprise non seulement respecte la légalité, mais plus encore est bien engagée dans des démarches de «création de valeur durable», a` travers son offre et son fonctionnement, ainsi que par la prise en compte des nouvelles valeurs générationnelles (l’approche compliance ne suffit plus!).

La diversité des membres du conseil d’administration est un facteur clé de succès, que ce soit une diversité hommes femmes, une diversité de compétences, de personnalités ou de cultures, pour orienter la stratégie de l’entreprise, maîtriser les risques, et anticiper les enjeux d’éthique et de conformité aux réglementations.

* Présidente, Starboard Advisory 





 
 
 

AGEFI

Rafraîchir cache: Ctrl+F5 ou Wiki




...