La volte-face de la Fed crée des opportunités sur les actions

lundi, 11.02.2019

Cédric Spahr*

Le changement de cap de la politique monétaire américaine aura une influence durable sur les marchés financiers durant la première moitié de 2019. Des taux directeurs stables ainsi que le déclin des pressions inflationnistes créent un environnement favorable pour les actifs financiers ces prochains mois. 

Les marchés actions ont intégré ces paramètres à court terme et devraient stagner, voir fléchir quelque peu d’ici le mois de mars, offrant une occasion de renforcer les position en actions avec une deuxième période de hausse en point de mire au deuxième trimestre. Nous favorisons dans ce contexte les actions des pays émergents, et sommes aussi positifs sur les valeurs américaine et suisse. 

Le changement de ton substantiel de la Réserve Fédérale à l’occasion de son communiqué de presse du 30 janvier confirme que la volte-face de sa politique monétaire influencera les marchés financiers durant la première moitié de 2019. Quand la banque centrale des Etats-Unis déclare qu’elle prendra le temps de la réflexion pour déterminer le niveau adéquat des taux d’intérêt, elle annonce qu’elle s’engage à prendre en compte toute réaction inhabituelle des marchés financiers, rappelant sa dépendance officieuse face aux soubresauts des marchés actions. Même si nous doutons que Jérôme Powell offrira un «Powell put» aux investisseurs sur le long terme, la Fed indique clairement qu’elle restera l’arme au pied ces prochains mois. Elle ajoute de plus que la réduction automatique de la taille de son bilan dépendra désormais des besoins en réserves du secteur bancaire. Ceci réduit nettement le risque de stress dans les marchés de crédits. Comme la chute du prix du baril de pétrole au quatrième trimestre 2018 réduira substantiellement les pressions inflationnistes durant la première moitié de 2019, les investisseurs ne devraient pas craindre un durcissement monétaire durant cette période, que nous attendons par contre dans la seconde moitié de l’année. 

Dans ce contexte, les taux d’intérêts obligataires ne devraient pas beaucoup bouger. La fin provisoire de la hausse des taux directeurs US ne laissera pas aux taux longs beaucoup de marge de manœuvre pour baisser à court terme. Nous pensons plutôt que le taux sur le bon du Trésor US à 10 ans devrait remonter vers 2.9% d’ici le milieu de l’année, une fois que la période de ralentissement conjoncturel que traversent la Chine et les principales nations exportatrices comme le Japon et l’Allemagne aura atteint son plancher. 

Les marchés actions sont déjà bien remontés et devraient marquer le pas en février, avec un possible fléchissement en mars. Nous pensons néanmoins, nous fondant sur nos indicateurs avancés de liquidité, qu’une correction vers la fin du premier trimestre 2019 représentera une occasion de renforcer les positions en actions en vue de participer à une hausse qui devrait durer jusque vers la fin du deuxième trimestre. Les marchés actions performent habituellement bien durant les périodes de croissance économique ralentie si la politique monétaire reste accommodante. Nous favorisons durant cette période les actions de pays émergents et anticipons aussi de bons rendements sur les actions américaines et suisses. Nous recommandons d’ajouter graduellement vers la fin mars des actions des secteurs technologique et industriel.

*Stratège actions J. Safra Sarasin





 
 
 

AGEFI

Rafraîchir cache: Ctrl+F5 ou Wiki



...