La survie passe par l’innovation

lundi, 08.06.2020

Céline Renaud*

Céline Renaud

Un mercredi matin, je discute avec une entrepreneure de construction métallique à St-Blaise, société qu’elle a fondée avec son mari. Elle m’explique que dès le début de cette crise sanitaire, ils se sont mis à construire un totem qui est un dispensaire de produit hydroalcoolique entièrement hygiénique qui peut être utilisé dans les hôpitaux et les entreprises. C’est qu’un exemple parmi tant d’autres qui souligne comment, en quelques jours, les entrepreneurs ont démontré leur adaptabilité, leur ingéniosité et leur rapidité en proposant toutes sortes de solutions innovantes.

En ces temps de pandémie mondiale, j’observe le grand écart entre les difficultés sanitaires, sociétales ainsi qu’économiques et l’émergence d’innovations inspirantes. L’innovation est un cri de survie. J’adore observer comment certains entrepreneurs bougent, innovent et se réinventent.

Un autre ami entrepreneur qui pilote des projets de modélisation 3D propose depuis le début de la crise des masques de protection à visière et d’autres systèmes de protection pour toutes les personnes en contact avec les gens.

Combien d’entreprises dans les parfums ou dans les alcools forts ont progressé durant cette période pour mettre au point des gels désinfectants ou des solutions hydroalcooliques? Une autre enseigne qui vendait des bougies s’est mise à vendre des kits pour faire ses propres bougies pour occuper la smala pendant quelques heures durant ce temps de fermeture des écoles. Les exemples ingénieux fourmillent partout. Ce début de déconfinement est aussi le temps de réflexion pour revoir le plan de stratégie à court et à long terme que ce soit en termes de commercialisation ou d’investissement. Et beaucoup sont d’avis que même si cela reprend prochainement, les investissements ne seront pas possibles au niveau planifié initialement.

«Jerestealamaison»

Ce temps est aussi une grande opportunité pour beaucoup d’entreprises. Dans le monde digital, il y a eu vraiment un saut en avant avec un nombre de sites web refaits, avec des cours online et une offre incroyable. Nous avons vu débarquer aussi beaucoup de codes promotionnels pendant cette crise et au lieu de donner un code Covid ou Corona, certains ont préféré écouter le client, se mettre dans sa peau et donner des codes nommés «Jerestealamaison» ou «StayatHome». Il y a eu aussi une grande focalisation sur le fait de profiter de cette crise pour faire de la charité et soutenir des organisations ou des gens dans le besoin ou encore pour soutenir le commerce local. Dans ce sens, nous avons pu observer aussi nombreux acteurs locaux qui offrent la livraison pendant cette crise du Covid-19.

Au niveau des restaurants aussi, ils ont dû se réinventer. Après le choc de l’annonce de la fermeture, beaucoup se sont mis aux fourneaux pour proposer des plats prêts à l’emporter. Les services de livraison aussi ont vu un grand essor. Et avec la réouverture partielle des établissements et la distanciation sociale, il est nécessaire de revoir le fonctionnement. Comme il était usuel dans certains établissements anglo-saxons ou d’autres pays du monde d’avoir des horaires très souples, chez nous, culturellement, nous avons en Suisse des horaires très fixes. Imaginer un service sur deux ou trois horaires parce que simplement la capacité d’accueil des restaurants a été divisée par deux ou par trois est nécessaire pour ces prochains temps. 

Continuer à faire du service à l’emporter et développer cet axe pour qu’il prenne une part significative est aussi essentiel pour les restaurants. Les restaurateurs ont été chamboulés dans leurs habitudes et c’est un besoin de survie qui les a fait changer. 

Avec les nouvelles habitudes prises des travailleurs, notamment avec le télétravail, la possibilité d’accéder à des repas tout prêts chez les restaurateurs du coin ou livrés derrière la porte est vraiment une belle opportunité pour chacun. 

*Entrepreneure et conférencière





 
 
 

AGEFI

Rafraîchir cache: Ctrl+F5 ou Wiki




...