La guerre commerciale entre USA et Chine tourne au casse-tête chinois

lundi, 03.06.2019

Cédric Spahr*

Cédric Spahr

Le gouvernement américain a ajouté une dimension technologique à sa guerre commerciale avec la Chine en menaçant de couper les livraisons de logiciels et de composants destinés au fabricant chinois de Huawei. Un délai de grâce de 90 jours redonne une chance à la négociation. Les marchés actions sont susceptibles de baisser encore ces prochaines semaines avant le sommet du G20 au Japon à la fin juin. En dépit des incertitudes liées au conflit commercial entre les Etats-Unis et la Chine, nous estimons que l’environnement monétaire et économique reste généralement favorable aux marchés actions. Nous considérons qu’une correction ramenant l’indice boursier américain S&P 500 entre 2700 et 2800 points en juin constituerait une occasion d’achat. 

La guerre techno-commerciale opposant les Etats-Unis et la Chine est probablement appelée à durer. L’administration Trump et nombre de politiciens américains de tous bords estiment que la Chine a abusé de la globalisation du commerce mondial depuis 2002 pour décupler sa puissance économique aux dépens des Etats-Unis, remettant en question leur supériorité dans les technologies de l’information. Du point de vue chinois, les Américains changent les règles du jeu à leur guise et présentent des exigences maximalistes, incompatibles avec la souveraineté nationale chinoise. La raison suggère qu’un accord commercial reste dans l’intérêt des deux parties. Ceci dit, des impératifs liés à la compétition pour la suprématie dans les technologies de pointe, la fierté nationale, ainsi que le sentiment subjectif d’être en position de force et de pouvoir extraire des concessions supplémentaires d’une contrepartie jugée plus faible, augmentent sensiblement les risques de dérapage sur le long terme. 

L’application d’un tarif douanier uniforme de 25% sur les importations US venant de Chine, d’une valeur d’environ 500 milliards de dollars, pourrait réduire la croissance économique américaine de 0,5% et celle de la Chine de 0,5 à 1,5%. Les bénéfices des entreprises devraient fluctuer plus fortement que la croissance du PIB. Nous estimons que les bénéfices anticipés pourraient fléchir de 5 à 10% selon le degré d’exposition des marchés régionaux et des entreprises à la zone asiatique.

Un conflit commercial d’intensité moyenne qui s’installe dans la durée aura inévitablement une influence négative sur la chaîne logistique globale de nombres d’industries, entre autres le secteur technologique. Ces chaînes de valeur commerciale ont atteint une degré d’interdépendance marqué, qui rendrait leur rupture extrêmement coûteuse. Le gouvernement américain a décidé d’accorder un délai de grâce de 90 jours avant d’interdire aux sociétés technologiques américaines comme Alphabet (Google), Intel et Qualcomm d’approvisionner le fabriquant d’équipement de télécommunication chinois Huawei en logiciels et autres composants. 

Les marchés actions sont susceptibles de réagir avec nervosité ces prochaines semaines, avant le sommet des pays du G20 au Japon à la fin juin, qui offrira une première opportunité pour les chefs d’Etat chinois et américain de signaler un apaisement des tensions commerciales. Malgré les incertitudes, l’environnement monétaire et économique reste constructif. Les investisseurs ne doivent pas non plus surestimer l’impact à court terme de la guerre commerciale et nous sommes acheteur d’une correction ramenant l’indice boursier américain S&P 500 entre 2700 et 2800 points.

* Stratège actions, J. Safra Sarasin





 
 
 

AGEFI

Rafraîchir cache: Ctrl+F5 ou Wiki




...